Mexico, 5 mai 2022. Le forum tire à sa fin avec le début des assemblées de convergences qui se sont amorcées au cours de la journée de jeudi 5 mai. Sept assemblées de convergences furent officiellement inscrites, sans compter le réseautage qui a pu se conclure dans les ateliers autogérés. On note des assemblées de convergence sur les alternatives radicales du réseau Adelante, sur le Machrek/Maghreb, sur la Palestine avec comme thème Unis contre l’apartheid, sur Féminismes et luttes contre le patriarcat, sur les économies transformatrices et sur l’éducation, en plus de la tenue de la 7e Assemblée mondiale de l’Alliance internationale des Habitants pour la planète. Voici quelques faits saillants de la déclaration finale de l’assemblée de convergence sur l’éducation.

Le titre de la déclaration de l’assemblée de convergence sur l’éducation, «Manifeste pour les autres éducations», résume la perspective adoptée par les personnes participantes à l’assemblée. L’«Autre éducation» est d’abord celle esquissée «pour un autre monde possible». Il s’agit ainsi de marquer l’intention de développer une «éducation décolonisatrice, dépatriarcale, anticapitaliste et antiraciste», comme le mentionne d’entrée de jeu la déclaration.

Par ailleurs, il s’agit d’un projet qui définit des propositions concrètes à mettre en œuvre dans la société actuelle en vue de mettre en place une marche vers une autre éducation. La déclaration définit ainsi le projet éducatif : une «éducation publique, gratuite et de qualité, avec une pertinence culturelle et une pertinence sociale, libératrice, transformatrice et populaire, communautaire et démocratique, interculturelle, diverse, plurielle et inclusive, basée sur la justice épistémique et le dialogue interscientifique».

Enfin, on retrouve aussi un plaidoyer pour une autre éducation, non formelle, de conscientisation et de transformation sociale. La déclaration fait la promotion d’une éducation au service de la citoyenneté, en affirmant la centralité de l’éducation populaire, dans une perspective «large, inclusive et transformatrice». Il s’agit de développer une éducation tout au long de la vie qui valorise la diversité et l’inclusion, dans une période d’accentuation des divisions et des inégalités.

«Nous ratifions qu’en ces temps, l’éducation doit approfondir ses processus éthiques et politiques et contribuer à la transformation sociale en interaction constante avec les mouvements sociaux, les citoyens, les peuples autochtones et les paysans qui génèrent des réponses alternatives. Prôner la démocratisation de l’éducation, la socialisation et le dialogue des savoirs avec des approches et des méthodologies d’éducation populaire.»

Avec la pandémie, la pression est très forte sur les gouvernements et les acteurs privés pour utiliser la technologie de manière étendue dans l’enseignement. La déclaration affirme que le numérique «n’est pas la solution ni est suffisante pour résoudre les grands problèmes de l’éducation», malgré une reconnaissance que l’utilisation de la technologie est importante. On demande de garantir les droits numériques et d’offrir des plates-formes et des logiciels gratuits et pertinents. Ainsi, l’éducation des jeunes et des adultes est placée sous le signe de pratiques plus humaines, et aussi de la solidarité, du dialogue, du respect de la diversité, en vue de construire une société juste, démocratique, avec le plein exercice des droits par chacun et chacune.

La déclaration reconnaît également l’importance des enseignantes et des enseignants, tout autant que des éducatrices et des éducateurs dans les secteurs aux apprentissages non formels, ainsi que toutes les personnes impliquées en éducation. D’ailleurs, la plupart des activités en éducation se sont tenues dans les locaux de l’organisation syndicale Coordination nationale des travailleurs-euses de l’Éducation (CNTE-democratica), une organisation indépendante de l’État qui s’est séparée de l’organisation inféodée au pouvoir institutionnel à l’époque du Parti révolutionnaire institutionnel et qui a régné pendant des décennies au Mexique, au détriment des mouvements et des personnels en éducation.

Ronald Cameron,

Déclaration à venir