L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a adopté hier une résolution déclarant nulles toutes les procédures israéliennes visant à modifier l’identité de la ville sainte de Jérusalem et son statu quo juridique, rapporte Xinhua.

Lors de sa 214e session à Paris, le Conseil exécutif de l’UNESCO a adopté à l’unanimité la résolution qui a été soumise par la Jordanie en coordination avec des groupes palestiniens, arabes et islamiques.

« La résolution demande à Israël de cesser ses provocations et ses procédures illégales unilatérales contre Haram Al-Sharif … y compris la mosquée Al-Aqsa, ainsi que la vieille ville de Jérusalem et ses murs », indique le site d’information.

Un porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères a déclaré que la résolution réitère les 21 résolutions précédentes émises par le conseil exécutif et les 11 résolutions du Comité du patrimoine mondial relatives à Jérusalem, qui ont toutes exprimé leur inquiétude face à l’incapacité d’Israël, la force d’occupation, à arrêter les excavations, le creusement de tunnels et tous les travaux illégaux dans la partie occupée de Jérusalem-Est.

La résolution, selon le ministère des Affaires étrangères, renforce la position jordanienne sur la vieille ville, ses murs et les lieux saints islamiques et chrétiens. La résolution réitère que toutes les mesures israéliennes prises pour changer l’identité de la ville sont « nulles et non avenues ».

La résolution demande également qu’une mission de l’UNESCO soit envoyée à Jérusalem pour inspecter les violations commises par l’occupation.

Une deuxième résolution portant sur l’éducation et le patrimoine palestiniens, en soutien au programme scolaire palestinien, a également été adoptée.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Al-Malki, s’est félicité de l’adoption des résolutions et a souligné l’importance de les adopter en ce moment, citant « les violations systématiques et généralisées continues menées par Israël, la puissance occupante illégale, contre les droits du peuple palestinien ».

L’article original est accessible ici