Le phénix est une figure présente dans plusieurs cultures orientales, connue dans la mythologie russe sous le nom d’Anivia. Tous les cinq cents ans, il est consumé par le feu et renaît de ses cendres. Pour les civilisations, il symbolise l’espoir, la prestance, la mémoire et la régénération.

Par Javier Belda

Le système planétaire

Sur Terre, non seulement des conditions insoupçonnées pour le développement de la vie se sont produites, mais des civilisations se sont également développées.

Parmi les conditions préalables à la survie il y a 3400 millions d’années, on trouve l’exemple fascinant de la formation du champ magnétique, qui est à l’origine de notre atmosphère, nous protège du vent solaire et empêche les impacts de météorites. Ce genre de choses nous amène à soupçonner que « dans tout ce qui existe, il y a un plan » (Silo, 1972), bien qu’en ces temps sombres que nous traversons, il soit difficile de l’imaginer.

La grande civilisation technologique mondiale est à l’aube de l’abondance énergétique, de l’intelligence artificielle, de l’exploration galactique, de l’extension de la vie, de la découverte d’autres dimensions et de leur utilisation pour voyager dans le temps, de la compréhension de la connectivité du cerveau avec un système universel non local et d’un long etcétéra de nouveaux paradigmes.

Une maxime de survie est qu’un système, dans ce cas le système-planète, ne peut avoir de divisions internes. Elle a besoin de tout son potentiel, de toute sa coopération technologique, économique, intellectuelle et en matière de ressources pour passer à de nouveaux stades d’évolution. Sinon, essayer d’aller à l’encontre de l’évolution conduirait à l’anéantissement du système. Il n’est pas possible, selon la loi du processus, de rester immobile ou de régresser vers le passé.

Comment est-il possible que nous n’ayons pas encore réussi à surmonter la fracture régionale ? Et, plus surprenant encore, comment une élite sombre et puissante a-t-elle été générée au sein du système planétaire qui nous amène si près de l’extinction de la vie ?

Essayons de comprendre cela à travers une vision systémique-humaniste.

Les analystes de la singularité [1] ont placé sur leurs cartes divers événements appelés « transitions de phase ». Alexander Panov a recensé 19 crises systémiques ou transitions de phase [2], parmi lesquelles : l’apparition de la vie sur Terre (il y a 4 milliards d’années), la révolution néolithique (entre 12 et 9 000 ans), le début de l’ère moderne (vers 1450-1550) ou la crise et la chute du bloc socialiste, ainsi que la mondialisation des technologies de l’information (1991) (Panov, 1992).

Transitions de phase par Alexader Panov

Ces transitions ont la qualité d’affecter l’ensemble du système-planète, en y produisant une nouvelle configuration, qui a des répercussions du plus global au plus particulier ; après la crise, la situation du système est tellement affectée qu’elle change l’image de la projection linéaire du futur.

Le plus frappant dans ces transitions est qu’elles se produisent dans un intervalle de temps de plus en plus court. Autrement dit, entre l’apparition de la vie sur Terre et la révolution Néoprotérozoïque, 2,5 milliards d’années se sont écoulées, mais entre le début de l’ère postindustrielle et la révolution informatique, il ne s’est écoulé que 41 ans.

Cela a conduit à une conclusion sans équivoque : il arrivera un moment où les crises systémiques se produiront presque simultanément, jusqu’à atteindre un point de Singularité, tout comme les lois de la physique s’effondrent à l’intérieur d’un trou noir, pour utiliser une comparaison.

Une autre question est de savoir comment nous imaginons l’après-Singularité. De manière générale, il existe trois visions :

1- l’attracteur descendant où la thermodynamique du système s’impose (sa disparition),

2- l’attracteur horizontal, dans lequel le système est stabilisé par un changement de périmètre, par exemple le monde virtuel (comme la matrice ou le métavers poussé à l’extrême).

3- et l’attracteur étrange vertical, qui implique un fort décalage vers le haut du vecteur (de la flèche cosmologique du temps) par rapport aux conditions naturelles. [3]

Nous observons que la pandémie de covid-19 devrait occuper une place de crise de transition de phase et qu’en moins de deux ans, sans avoir conclu la crise précédente, survient le conflit Ukraine-Russie, avec des répercussions impossibles à imaginer il y a quelques mois ou semaines.

Pour reprendre les mots de Pepe Escobar, « l’Occident collectif vient de fabriquer un nouveau et sordide clivage Est-Ouest ».

Même dans les rêves les plus optimistes de la gauche nostalgique, l’Est n’aurait pas prédit une sortie de l’étalon dollar telle que celle qui se déroule actuellement à un rythme vertigineux.

L’Union économique eurasienne (UEE) et la Chine commencent à concevoir un nouveau système monétaire et financier qui évite le dollar américain, supervisé par Sergei Glazyev et destiné à concurrencer le système de Bretton Woods.

L’Arabie saoudite, auteur des bombardements, de la famine et du génocide au Yémen, armée par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE, va de l’avant avec l’avènement du pétroyuan.

L’Inde, troisième plus grand importateur de pétrole au monde, est sur le point de signer un méga-contrat pour acheter du pétrole à la Russie avec une forte réduction et en utilisant un mécanisme rouble-rupiah. [4]

Si nous appliquons la formule de Panov pour prédire la prochaine crise suivant le « régime d’accélération alpha », nous constatons que la nouvelle transition de phase est imminente et nous mène tout droit à la Singularité. Dans cette perspective, la réponse à la question de savoir quand la singularité se produira serait résolue : elle se produit maintenant.

Il est possible que ces événements soient déclenchés, voire liés les uns aux autres, car le virus covid-19 présente les caractéristiques d’un virus biotechnologique, et de plus en plus de preuves le démontrent. [5] [6]

La question se pose alors de savoir si les transitions de phase ne se produisent pas par leur propre nature évolutive, mais sont également des phénomènes induits par l’homme. La réponse est simple, cela ne fait pas vraiment de différence, car les humains font partie du système planétaire.

La question suivante est de savoir s’il est possible de neutraliser les tentatives de destruction sans que l’élément destructeur ne s’éteigne. Il est également évident que cela n’est pas possible, car si le germe du chaos reste actif, il finira par trouver de nouvelles opportunités de promotion. En outre, ce qui semble être corrompu n’est pas seulement un germe, car il a déjà propagé son infection.

En d’autres termes : germe = l’élite secrète mondiale qui possède l’appareil d’armement économique et qui a besoin d’un terrain pour le mettre en œuvre, ce qui correspond aux États membres de l’OTAN.

Essayons donc d’imaginer ce qui est inscrit dans l’ADN de l’évolution à grande échelle : si l’issue n’est pas l’hiver nucléaire pour tous (attracteur descendant), il y aura nécessairement un effondrement du bloc atlantique, ce qui devrait arriver très bientôt, étant donné l’accélération du point de la flèche du temps où nous nous trouvons.

Alors que le côté oriental ne représente pas une menace corruptrice pour la planète-système, car il est encore en phase de génération, ou de dégénérescence, on le verra, mais n’est pas encore dans une phase finale décisive et ultime, comme l’est le modèle occidental.

Revenons maintenant à la question de Pomerants : comment sortir de cette situation ?

S’il y a un nouveau monde, il impliquera l’hégémonie de l’Orient aux côtés de l’Amérique latine et de la Méso-Amérique et, ensuite, une étape inconnue pour la planète, peut-être vertigineuse, peut-être spirituelle, peut-être réparatrice…

En ce qui concerne la civilisation chinoise classique, qui exerce une si forte influence sur la société extrême-orientale actuelle, il convient de noter que l’humanisme en constituait la base même (Vasiliev, 1994).

S’appuyant sur la « règle d’or » de l’éthique humaine universelle, « Ne traite pas les autres d’une manière dont tu ne voudrais pas qu’ils te traitent », Confucius a tenté de former chez ses disciples, et à travers eux dans toutes les générations suivantes, un esprit de grande prudence. Dans ce but, il a créé une idée abstraite artificielle d’une personne noble, Chun-Tzu, la personne idéale. Ce modèle d’être humain hautement moral et hautement bon, qui ne pense pas quotidiennement à son gain personnel mais au devoir suprême, qui se consacre à l’éducation de l’humanité, à l’éducation des êtres humains dans l’esprit de la justice et qui donne à tous l’exemple impeccable du perfectionnement constant de soi, de la connaissance et de la réflexion sur les nouvelles connaissances, de savoir agir dans toute situation sans perdre sa dignité, sans trahir ses idéaux. [7]

Si c’est une question de foi, le moment est venu de la garder à l’esprit, car elle n’a jamais été aussi nécessaire. Faisons une pause ici pour quelques minutes de silence, en cherchant à faire le vide dans nos esprits.

À un moment donné de la journée ou de la nuit, inspirez une bouffée d’air et imaginez que vous prenez cet air dans votre cœur. Puis demandez fortement pour vous et vos proches. Demande avec force de t’éloigner de tout ce qui t’apporte la contradiction ; demande que ta vie ait l’unité. Ne consacrez pas trop de temps à cette brève prière, à cette brève demande, car il suffira d’interrompre un instant ce qui se passe dans votre vie pour que vos sentiments et vos idées s’éclaircissent au contact de votre moi intérieur.

En avançant de cette manière, peut-être qu’un jour vous verrez un signal. Un signal qui se présente parfois avec des erreurs et parfois avec des certitudes. Un signal auquel on fait allusion tout doucement, mais qui, à de rares moments de la vie, éclate comme un feu sacré, suscitant le ravissement des amoureux, l’inspiration des artistes et l’extase des mystiques. Car, il faut le dire, les religions comme les œuvres d’art et les grandes inspirations de la vie viennent de là, des différentes traductions de ce signal, et il n’y a aucune raison de croire que ces traductions représentent fidèlement le monde qu’elles traduisent. Ce signal dans votre conscience est la traduction en images de ce qui n’a pas d’images, c’est le contact avec les profondeurs de l’esprit humain, une profondeur insondable dans laquelle l’espace est infini et le temps éternel.

À certains moments de l’histoire, un cri s’élève, un appel déchirant d’individus et de peuples. Puis, des profondeurs vient un signal. Que ce signal soit traduit avec bonté en ces temps, traduit pour surmonter la douleur et la souffrance. Car derrière ce signal soufflent les vents d’un grand changement. [8]

 

Notes

1- Singularité. Accélération historique 2 de 2

2- Alexander Panov : Point de bifurcation évolutif ? Institut d’astronomie – Université Lomonosov – Moscou

3- Akop Nazaretian. « L’avenir non linéaire ». Ed.Suma Qamaña. Buenos Aires, 2016. Chapitre 2.1.1 Lois de la nature et conscience créatrice.

4- Tout ce qui brille n’est pas forcément de l’or russe.

5- Russie Mod : Briefing sur l’analyse des documents relatifs aux activités militaires et biologiques américaines en Ukraine.

6- Les Etats-Unis admettent financer des laboratoires biologiques en Ukraine, avec Dilyana Gaytandzhieva (mintpressnews.com)

7- L’humanisme dans différentes cultures. Annuaire 1994. | CMHE. Leonid Vasiliev : Les traditions confucéennes et l’Extrême-Orient contemporain.

8- Silo, « Inauguration de la salle Amérique du Sud », 07/05/2005. www.silo.net

 


Première partie : Une nouvelle configuration planétaire après la guerre en Ukraine, I

institutohps.org

 

Traduction de l’espagnol, Marie Prost