Une modification de la définition des petits agriculteurs par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a pour conséquence que leur part dans la production alimentaire mondiale semble désormais plusieurs fois plus faible qu’auparavant. Les organisations de la société civile et les représentants des petits agriculteurs y voient un grand danger qui pourrait conduire à un changement de politique vers un soutien accru aux grandes exploitations industrielles. Il en résulterait la destruction des structures régionales et locales traditionnelles des petites exploitations agricoles, alors que ce sont justement ces dernières qui contribuent énormément à l’alimentation mondiale.

Les petits agriculteurs nourrissent le monde à hauteur de 70%

Depuis de nombreuses années, il y avait un relatif consensus sur le fait que les petits agriculteurs et les exploitations familiales produisent environ 70% de tous les aliments dans le monde, contre 30% seulement pour l’agriculture industrielle, cette dernière étant toutefois responsable de la majorité des dommages environnementaux, en premier lieu l’industrie de la viande et des produits laitiers, car contrairement aux petits agriculteurs, elle ne gère pas ses activités de manière écologique et régionale, mais économique et globale. La part du lion de l’alimentation mondiale est assurée par les petites exploitations familiales et même la FAO partait de cette proportion, qu’elle chiffrait même à 80% dans son rapport de 2014 (voir le communiqué de presse d’octobre 2014).

Les petits agriculteurs, surtout dans le Sud du monde, sur les continents africain et asiatique, mais aussi dans certaines régions d’Amérique latine, produisent principalement pour les marchés locaux et régionaux. Ils disposent souvent de moins de moyens techniques, mais créent des emplois locaux et contribuent ainsi considérablement à assurer la subsistance dans les zones rurales. De plus, ils utilisent des méthodes de culture traditionnelles et régénératives, utilisent moins de pesticides et de génie génétique et accordent plus d’importance à l’équilibre écologique en cultivant la biodiversité et en évitant la monoculture. En bref, ils travaillent avec et non contre la nature, produisent des aliments plus nutritifs que l’industrie agricole et préservent en outre les ressources et le climat, ne serait-ce qu’en réduisant les distances de transport et les emballages.

Consensus sur l’importance des petits paysans

C’est pourquoi il a été convenu jusqu’à présent, tant à la FAO que dans d’autres organisations des Nations unies comme le Fonds international de développement agricole (FIDA), que les petits exploitants agricoles constituent l’épine dorsale de l’alimentation mondiale et doivent être soutenus en conséquence. Ainsi, les Nations unies ont également proclamé la « Décennie de l’agriculture familiale » pour 2019-2028. Martin Frick, directeur du bureau berlinois du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, a récemment confirmé dans une interview accordée à la Fondation Heinrich Böll les conséquences de la guerre en Ukraine sur la sécurité alimentaire mondiale : « Les marchés locaux jouent un rôle tout à fait essentiel, car 80% de l’alimentation mondiale est toujours produite par les petits agriculteurs et agricultrices. Si nous prenons la justice climatique au sérieux, nous devons avant tout soutenir les petits agriculteurs. La crise du Covid et l’onde de choc du conflit en Ukraine montrent que nous avons besoin de systèmes alimentaires localisés résilients ».

La volte-face de la FAO

Il semble pourtant que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ait récemment changé de cap. Selon son dernier rapport de 2021, les petits agriculteurs et les exploitations familiales ne devraient soudainement plus produire que 30% de la nourriture mondiale. Il s’agit là d’un revirement considérable qui ne s’explique pas par un changement des conditions ou des structures de l’agriculture, mais par une modification de la définition du terme « petits exploitants ».

Ainsi, la FAO a désormais établi qu’une exploitation n’est considérée comme « petite » (en anglais « small farm ») que si elle exploite une surface de moins de 2 hectares. Cette définition est problématique, car elle ne tient compte ni des conditions géographiques, ni du type de production agricole, ni d’autres facteurs. Par exemple, « un cultivateur de canne à sucre de 25 hectares au Rwanda peut être considéré comme un grand agriculteur, alors qu’un agriculteur qui cultive 200 hectares de canne à sucre au Brésil est considéré comme un petit agriculteur à l’échelle locale », comme l’explique l’article « Mais que sont les petits agriculteurs ? » de Thomas Beutler sur le site web « 2000m2 » de la Fondation pour l’avenir de l’agriculture.

De la valeur nutritive à la valeur marchande – des priorités déplacées ?

Outre la modification de la taille de la surface utilisée pour définir les petits exploitants, qui fait que beaucoup d’entre eux passent désormais à travers les mailles du filet et ne sont tout simplement plus comptabilisés, un autre changement de cap se dessine : Le nouveau rapport mesure la productivité des petits exploitants agricoles en fonction de la valeur commerciale du marché plutôt que de la consommation réelle. Ce faisant, il ne tient pas compte de la capacité des petits exploitants à nourrir leurs familles et leurs communautés sans contrepartie ou en dehors des marchés commerciaux identifiables. Les excédents souvent distribués aux personnes dans le besoin pendant les semaines de récolte sont également d’une grande importance pour la lutte contre la faim, en particulier dans les pays pauvres. Cette nouvelle façon de mesurer la productivité fait apparaître les petits agriculteurs comme étant plus « inefficaces » qu’ils ne le sont en réalité. D’autre part, les surplus de production générés par l’agriculture industrielle et le gaspillage alimentaire ne sont pas déduits de la productivité de l’agro-industrie lors de la mesure de celle-ci. Un changement de cap est clairement en train de s’opérer, l’accent étant désormais mis davantage sur la détectabilité commerciale que sur la lutte effective contre la faim.

Lettre ouverte

En réaction à la volte-face de la FAO, huit organisations de la société civile qui s’intéressent depuis des années à l’agriculture, aux droits des petits agriculteurs et à la souveraineté alimentaire, c’est-à-dire au droit des personnes et des États souverains de déterminer démocratiquement leurs propres politiques agricoles et alimentaires, ont écrit une lettre ouverte au directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui fait partie des Nations unies et a donc l’obligation sociale de publier des données fiables.

Dans la lettre ouverte à la FAO, que nous publions ci-dessous, il est demandé de prendre position et de clarifier les chiffres et les données, car cela pourrait avoir des conséquences politiques non négligeables. Outre l’attaque contre les droits des petits agriculteurs, déjà menacés par l’expansion agro-industrielle, le changement climatique et l’accaparement des terres, les organisations signataires y voient une carte blanche pour réduire à l’avenir les aides et le soutien aux petits agriculteurs et à l’agriculture familiale, au profit de l’agro-industrie axée sur le profit, comme le recommande même l’une des deux études sur lesquelles se base le nouveau rapport de la FAO. Cela pourrait avoir des conséquences fatales pour la lutte mondiale contre la faim, car le simple fait de changer les définitions et les méthodes de comptage ne change rien au fait que ce sont toujours les petits agriculteurs qui nourrissent le monde, et qu’ils le font de manière plus productive et plus respectueuse de l’environnement que l’agro-industrie.

Une tendance dangereuse

Une tendance dangereuse semble se dessiner au sein des Nations Unies. L’automne dernier, le Sommet de l’alimentation 2021 des Nations unies a été boycotté par de nombreuses organisations de petits paysans et d’autochtones, représentées par l’alliance « Civil Society and Indigenous Peoples’ Mechanism for relations with the United Nations Committee on World Food Security », qui compte plus de 300 millions de membres issus de 500 groupes de la société civile. Ils ont déploré le « kidnapping » du sommet par le partenariat avec le Forum économique mondial et ont organisé un contre-sommet pour exprimer leur déception de ne pas entendre les voix des nombreux petits paysans du monde entier, alors que les grandes entreprises agroalimentaires transnationales étaient représentées de manière disproportionnée. Comme l’ont signalé de nombreux mouvements sociaux et organisations de la société civile qui se prononcent depuis des années pour une transformation agroécologique et basée sur les droits humains des systèmes alimentaires existants, le Sommet de l’alimentation des Nations unies s’est transformé en un événement industriel.

La survie d’environ 500 millions de petites exploitations agricoles familiales dans le monde serait ainsi menacée, ce qui est déjà une raison suffisante pour considérer le changement de cap de la FAO d’un œil très critique. Mais comme nous ne parlons ici de rien de moins que de l’alimentation mondiale et que le nombre de personnes souffrant de la faim ne cesse d’augmenter – malgré des programmes alimentaires à grande échelle comme la Révolution verte pour l’Afrique (AGRA), financés par des fondations dites philanthropiques, qui ont conduit à ce qu’il y ait aujourd’hui plus de personnes souffrant de la faim en Afrique qu’auparavant, et qui ont donc lamentablement échoué, il convient d’y regarder de très près.

Des structures locales pour des solutions globales

Il reste à voir si la FAO réagira à la lettre ouverte et de quelle manière. Mais si elle est vraiment sérieuse dans sa volonté de lutter contre la faim dans le monde et de respecter les objectifs de développement durable de l’ONU, il n’y a pas d’autre solution que de soutenir et de renforcer les petits agriculteurs, dont une part non négligeable est d’ailleurs constituée de femmes, avec leurs réseaux sociaux et leurs structures locales, au lieu de les laisser en dehors du discours. La solution à la faim dans le monde réside dans une répartition équitable des ressources et les petits agriculteurs ne cherchent pas à réaliser un profit maximal, mais à préserver leurs communautés locales et régionales, dont ils font partie intégrante, et dont fait partie une nature intacte qui les fait vivre. Comme l’a déjà souligné Vandana Shiva dans son livre « Qui nourrit vraiment le monde ? – L’échec de l’agro-industrie et le tournant nécessaire vers l’agroécologie », les petits agriculteurs, et surtout les petites agricultrices, sont les véritables nourriciers, les producteurs d’aliments sains, les gardiens des ressources naturelles telles que le sol, l’eau et les semences libres, les conservateurs de la biodiversité et de la richesse des espèces, sans oublier les protecteurs du climat.

* * *

Lettre à la l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO

1er février 2022

Dr QU Dongyu,

Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture
Viale delle Terme di Caracalla00153
Rome, Italie

Cher Monsieur QU,

Objet : Confusion de la FAO sur le rôle des petits agriculteurs dans la satisfaction des besoins alimentaires de la population mondiale

Un récent rapport de la FAO révèle des contradictions quant à la contribution des petits exploitants agricoles à la sécurité alimentaire mondiale. Ainsi, il n’est pas clair de savoir ce que la FAO entend par petit agriculteur ou petite exploitation familiale, quelle est la taille des terres, si tant est qu’il s’agisse d’une petite exploitation, quelle est l’importance de la distinction entre production et consommation alimentaire, quelle est la différence entre valeur marchande et valeur nutritionnelle et comment la chaîne alimentaire industrielle échoue toujours. Le manque de clarté de la définition de la FAO, associé à certains autres documents (1), contribue à donner au public la fausse impression que les petits exploitants ne produisent qu’un tiers de la nourriture mondiale (2), alors que les signataires concluent que les petits exploitants sont les principaux fournisseurs de nourriture pour au moins 70 % de la population mondiale (3).

Les données et les hypothèses politiques contenues dans la publication de la FAO de juin 2021 (Quelles sont les exploitations agricoles qui nourrissent le monde et les terres agricoles sont-elles devenues plus concentrées ? ) révèlent d’importantes contradictions qui nécessitent des éclaircissements.

Le rapport de 2021 entend dissiper la confusion créée par un document de la FAO de 2014 (4), qui suggérait que 80 % de l’alimentation mondiale était produite par l’agriculture familiale, en utilisant désormais une définition de la petite agriculture familiale qui est en contradiction avec la Décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale (2019-2028) lancée par la FAO et le FIDA. La définition FAO-IFAD de l’agriculture familiale englobe « les modèles d’agriculture, de pêche, de foresterie, de pâturage et d’aquaculture et inclut les petits agriculteurs, les peuples autochtones, les communautés traditionnelles, les pêcheurs, les exploitants de montagne, les utilisateurs de la forêt ainsi que les petits éleveurs et bergers ». (5) Cette définition est similaire à ce que nous appellerions la production à petite échelle, bien que nous incluions également la production alimentaire urbaine et périurbaine. De manière surprenante, la publication de la FAO de 2021 limite désormais les petites exploitations aux cultures et à certaines avec élevage à la ferme (6). En limitant ainsi unilatéralement la diversité des systèmes de production paysans et en insistant sur le fait que les petites exploitations ne doivent pas dépasser 2 hectares, l’étude 2021 conclut que les petits exploitants produisent 35 % de l’alimentation mondiale sur 12 % des terres arables (7).

La limite arbitraire de 2 hectares fixée par le rapport est en contradiction avec les conclusions du statisticien en chef de la FAO qui, sur la base d’une consultation de 2018 à laquelle ont participé plus de 50 États, a rejeté un seuil universel de propriété foncière et a établi à la place une série de mesures relatives pour définir les petites exploitations agricoles de manière différente selon les pays (8).

Réaffirmant le droit des petits exploitants à s’identifier, nous constatons également que les descriptions des petites exploitations définies au niveau national représentent en moyenne 5 hectares, soit environ 25 % de la surface agricole totale (9), et concluons – avec d’autres études citées dans le rapport 2021 de la FAO (10) – que les petites exploitations agricoles du monde produisent environ la moitié de la nourriture mondiale. Cela signifie que si l’on applique la définition standard FAO-IFAD (c’est-à-dire incluant les pêcheurs artisanaux, les producteurs urbains, les chasseurs-cueilleurs et les petits éleveurs et bergers), la part des petits agriculteurs dans la production alimentaire mondiale atteindra environ 70 % (11).

En outre, le rapport 2021 de la FAO mesure la productivité en termes de « valeur », qui est probablement, bien que non définie, la valeur marchande (12). Cela n’est pas réaliste. Bien que les petits exploitants vendent couramment sur le marché, ils nourrissent également leurs familles et leurs communautés en dehors des marchés commerciaux. On ne saurait non plus surestimer la valeur des aliments « de famine » ou « peu utilisés », qui sont vitaux dans les semaines précédant la récolte (et a fortiori dans notre climat futur). Les familles d’agriculteurs cultivent également des aliments riches en nutriments qui ne sont pas disponibles ou abordables sur le marché (13).

Au-delà de la confusion sur la valeur, nous ne sommes pas d’accord avec le fait que le rapport se concentre sur la production alimentaire et non sur sa consommation. Les secteurs industriels des pertes et du gaspillage alimentaires – y compris la surproduction intentionnelle (14) (et la surconsommation) (15) – ne sont pas abordés dans le rapport, malgré leur importance pour le marché. Nous restons convaincus que les petits exploitants agricoles non seulement cultivent une grande partie de la nourriture mondiale, mais qu’ils réussissent aussi beaucoup mieux à satisfaire les besoins alimentaires des personnes en situation d’insécurité.

Nous sommes surpris de constater que la dernière publication de la FAO met à mal sa propre opinion, défendue depuis longtemps, selon laquelle les petites exploitations sont plus productives que les grandes (16). Bien qu’elles ne cultivent que 12 % des terres, le rapport de 2021 reconnaît que les petites exploitations (moins de 2 hectares) produisent 35 % des aliments – ce qui suggère que les petites exploitations devraient être presque trois fois plus productives. Pourtant, les auteurs se déclarent neutres en ce qui concerne la productivité des petites exploitations agricoles.

Le document de la FAO de 2021 fait également valoir que les grandes exploitations occupent au moins 70 % de la surface agricole mondiale et ont reçu une attention disproportionnée de la part des décideurs politiques par rapport aux petites exploitations. L’étude insiste sur la nécessité d’accorder une plus grande attention aux systèmes de production de plus grande taille afin de répondre aux futurs besoins alimentaires mondiaux (17). Aucune donnée n’est présentée pour justifier un parti pris politique en faveur des petits exploitants.

Néanmoins, l’étude a raison sur un point – sauf sur celui qu’elle veut faire passer. Les décideurs politiques doivent comprendre pourquoi la chaîne alimentaire industrielle produit si peu de nourriture alors qu’elle consomme la plus grande partie des terres et des ressources agricoles du monde. Les décideurs politiques devraient se demander pourquoi ils investissent d’énormes subventions commerciales, des terres et d’autres incitations dans un système industriel qui a tant de pouvoir et de rentabilité et qui nuit tant à notre environnement et à notre sécurité alimentaire (18).

Comme le reconnaissent de nombreuses études, les estimations sont approximatives en raison de données incomplètes et peu fiables et du fait que l’on se fonde sur des données datant d’un quart de siècle (19). Il existe néanmoins des preuves convaincantes que la production à petite échelle et la production à petite échelle non agricole sont absolument vitales pour au moins 70 % de la population mondiale. Le rapport de la FAO de 2021 remet en question cette estimation de 70 % par des conclusions plutôt que par des statistiques et risque, là encore, d’induire les décideurs politiques en erreur et de fausser les priorités. Nous aimerions avoir l’occasion de discuter de nos divergences politiques et de données dans un avenir proche.

En résumé, la communauté internationale gagnerait à moins de confusion et à plus de recherche et de clarté partagées de la part de la FAO. Peu de questions sont plus importantes que celle de savoir quel système – l’agro-industrie, qui consomme plus de 70 % des ressources agricoles et ne nourrit que 30 % de la population, ou la souveraineté alimentaire, qui nourrit déjà 70 % de la population avec moins d’un tiers des ressources agricoles (20) – est le mieux à même de relever les énormes défis des systèmes alimentaires du 21e siècle.

Nous attendons votre réponse avec impatience.

Avec mes salutations distinguées,

Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique
Une culture en pleine croissance
Groupe ETC
GRAIN
Groundswell International
Institut pour l’agriculture et les politiques commerciales
Alliance des travailleurs agricoles
Institut d’Oakland

(1) Namely : Ricciardi et al. (2018), « How much of the world’s food do smallholders produce ? », Global Food Security 17, 64-72.

(2) Rapport FAO 2021 : Lowder et al (2021) » Which farms feed the world and has farmland become more concentrated ? », World Development, 142, p.1.

(3) ETC Group (2017), « With climate chaos : Who will feed us ? », 3rd Edition, p. 6. Disponible en ligne sur : https://www.etcgroup.org/sites/www.etcgroup.org/files/files/etc-whowillfeedus-english-webshare.pdf

(4) FAO (2014), La situation de l’alimentation et de l’agriculture, p. xi, Rome. Disponible en ligne à : https://www.fao.org/3/i4040e/i4040e.pdf

(5) FAO et FIDA (2019), La Décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale 2019-2028. Plan d’action mondial, p.8. Rome.

(6) La FAO 2021 utilise la définition de smallholder de Ricciardi et al. (2018), « How much of the world’s food do smallholders produce ? », Global Food Security 17, 64-72.

(7) Rapport FAO 2021 : Lowder et al (2021) » Which farms feed the world and has farmland become more concentrated ? », World Development, 142, p.1.

(8) FAO (2018) « Proposed International Definition of Small-scale Food Producers -Monitoring the Sustainable Development Goal Indicators 2.3.1 and 2.3.2. », Rome. Disponible en ligne à : unstats.un.org/unsd/statcom/49th-session/documents/BG-Item3j-small-scale-food-producers-definitionFAO-E.pdf

(9) GRAIN, « Hungry for land : Small farmers feed the world with less than a quarter of all farmland », mai 2014. Disponible en ligne sur : https://grain.org/article/entries/4929-hungry-for-land-small-farmers-feed-the-world-with-less-than-a-quarter-of-all-farmland

(10) FAO (2021), p.6 Références : Graeub (2016), The state of family farms in the world, World Development, 87, pp. 15. Ricciardi et al. (2018), « How much of the world’s food does smallholders produce ? », Global Food Security 17, 64-72. When the smallholder definition is increased to 5 ha as per some country definition, the Ricciardi et al. (2018) paper reaches the conclusion that small holder farmers provide 44 to 48% food calories.

(11) ETC Group (2017), « With climate chaos : Who will feed us ? », 3rd Edition, p. 6. Disponible en ligne sur : https://www.etcgroup.org/sites/www.etcgroup.org/files/files/etc-whowillfeedus-english-webshare.pdf

(13) Danny Hunter, Stefano Padulosi, E.D. Israel Oliver King, M. S. Swaminathan, Orphan Crops for Sustainable Food and Nutrition Security, Earthscan, 2022.

(14) Chapitre 2 « Loss and waste Are we really measuring a problem ? » par Elise Golan, Travis Minor, et Suzanne Thornsbury in Suzanne Thornsbury, Ashok K. Mishra (editors), Travis Minor, The Economics of Food Loss in the Produce Industry, Routledge, 2020.

(15) ETC Group (2017), « With climate chaos : Who will feed us ? », 3rd Edition, pp.16. Disponible en ligne sur : https://www.etcgroup.org/sites/www.etcgroup.org/files/files/etc-whowillfeedus-english-webshare.pdf

(16) « L’analyse de la FAO des données de l’enquête auprès des ménages soutient l’hypothèse inverse de la productivité, car les petites exploitations agricoles semblent avoir des rendements plus élevés pour certaines cultures que les grandes exploitations familiales (Figure 6) » FAO (2014), La situation de l’alimentation et de l’agriculture, p. 17, Fig.6., Rome. Disponible en ligne à : https://www.fao.org/3/i4040e/i4040e.pdf

(17), FAO 2021 report, Lowder et al. (2021), p.4 : « Toutefois, dans la mesure où les organisations internationales se concentrent sur ce qui se passe dans le bas de la distribution, leur attention pourrait être détournée de l’état des exploitations agricoles de moyenne et grande échelle qui représentent la grande majorité des terres agricoles. Il serait difficile, voire impossible, d’avoir une vision non biaisée de l’état de l’agriculture à grande échelle et de l’agriculture d’entreprise si les organisations internationales ne se focalisaient que sur les petits exploitants et les petites exploitations ».

(18) ETC Group (2017), « With climate chaos : Who will feed us ? », 3rd Edition, p. 17 (4.Who is using up our agricultural resources ?). Disponible en ligne à : https://www.etcgroup.org/sites/www.etcgroup.org/files/files/etc-whowillfeedus-english-webshare.pdf

(19) OCDE, « Overcoming Evidence Gaps on Food Systems », OECD-Food, Agriculture and Fisheries. Juillet 2021, nº163.

(20) ETC Group (2017), « With climate chaos : Who will feed us ? », 3rd Edition, p. 17 (4.Who is using up our agricultural resources ?). Disponible en ligne à : https://www.etcgroup.org/sites/www.etcgroup.org/files/files/etc-whowillfeedus-english-webshare.pdf

 

Original en anglais

Document de référence sur la lettre ouverte