La Journée mondiale de l’eau est célébrée le 22 mars. Cette date a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1992. Elle vise à sensibiliser à la crise globale de l’eau et à la nécessité de mettre en œuvre des solutions urgentes pour résoudre cette crise qui touche des milliards de personnes et la planète dans son ensemble. L’eau est la vie. La vie est menacée.

REHUNO Santé célèbre la Journée internationale de l’eau en ajoutant sa voix à celles de millions de personnes et d’organisations qui demandent des réponses et des actions urgentes pour inverser la crise globale de l’eau.

L’eau est un symbole de la vie. Notre corps est composé à 60 % d’eau. 78 % de la surface de la planète est couverte d’eau. Les différentes cultures et l’histoire de l’humanité nous montrent l’eau comme un symbole, un reflet et un moyen de subsistance de ce qui arrive à la vie et à son évolution sur la planète.

Depuis REHUNO, dans différentes notes, nous avons voulu montrer les conditions de violence sociale qu’implique la crise de l’eau.

  • Dans le premier article, nous avons dénoncé la situation actuelle où un tiers de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable et on estime que d’ici 2050 cette situation atteindra 50% de la population mondiale avec une augmentation des maladies, des famines et des décès associés.
  • Dans la deuxième note, nous présentons des solutions immédiates et éprouvées pour résoudre l’accès à l’eau potable, basées sur la conversion de l’eau salée.
  • Dans la troisième note, nous dénonçons le rapport monstrueux entre les budgets alloués par les pays pour financer les dépenses d’armement et de guerre et ceux alloués pour résoudre les problèmes d’accès à la santé et plus précisément à l’eau potable : « Budgets pour la mort vs. budgets pour la vie ».

Mais cela n’est pas nouveau. Des millions de personnes élèvent des voix et des revendications similaires sous toutes les latitudes de la planète. Cette tendance peut-elle être inversée ? Une transformation profonde de cette situation est-elle possible ? Quelle est la racine de ce problème ?

Il ne s’agit pas d’un problème politique ou géopolitique, ni d’un problème culturel ou ethnique. La racine du problème réside dans la valeur fondamentale qui alimente le système social mondial actuel : l’argent, le pouvoir de l’argent, le « mythe » de l’argent. Ce mythe fondamental qui illusionne la société comme symbole de pouvoir, de consommation, de permanence, de violence.

La solution aux problèmes écologiques fondamentaux (y compris ceux liés à l’eau) serait résolue progressivement sur une période de 30 à 50 ans si la société mondiale affectait les ressources économiques et technologiques (déjà existantes) à leur solution prioritaire.

Est-ce possible ? Oui. Est-ce utopique ? Peut-être.

La chute ou la transformation d’un « mythe » comme celui, actuel, de l’argent ne passera pas par des discussions politiques. Cela ne sera possible que si la société commence à nourrir et à promouvoir un nouvel espoir, un nouvel horizon social, en dépassant la violence et la souffrance actuelles.

Quelle utopie, quel nouveau « mythe » nourrira cet espoir ? L’une d’entre elles est sans aucun doute d’avancer (directement ou indirectement) vers la constitution d’une « Nation humaine universelle » qui donne la priorité au bien-être humain sans préjugés économiques, régionaux, ethniques ou culturels. Une seule planète, une seule nation, une seule société mondiale.

En ce 22 mars, Journée mondiale de l’eau, élevons nos voix pour exiger que soit surmontée la crise de l’eau qui touche la planète. Dans le même temps, levons les yeux et nourrissons dans nos cœurs cet idéal qui se niche au fond de millions de personnes : la constitution d’une Nation Humaine Universelle. Dans cette nouvelle perspective, toute réponse et toute solution aux problèmes écologiques et environnementaux actuels sera plus facile… elle sera possible.

REHUNO Santé

rehuno.salud@gmail.com