Communiqué de l’Agora des habitants de la Terre

La revendication a été lancée le 20 novembre en Italie et le 7 décembre en France. Parmi les objectifs, les signataires exigent :

  • l’interdiction immédiate des transactions financières sur l’eau à la bourse ;
  • l’interdiction de coter en bourse les entreprises de services d’eau ;
  • le droit des rivières, des mers, des lacs, des glaciers et de leurs écosystèmes à exister en tant que tels, en tant que biens universels de la vie, soit reconnu. La valeur de la vie n’est pas son prix ;
  • le principe du « pollueur payeur » est remplacé par le principe de « interdit de polluer »
  • la création du Conseil des citoyens pour la sécurité hydrique mondiale ;
  • des poursuites judiciaires contre les États qui ne sauvegardent pas et ne garantissent pas la régénération de l’eau, de la vie, et laissent à la monétisation de la nature l’imposture de la protection du monde naturel.

La collecte de signatures se poursuit, en principe, jusqu’au 22 mars 2022, Journée Mondiale de l’Eau des Nations Unies. Nous vous invitons chaleureusement à signer, si vous ne l’avez pas encore fait.

Voici iles liens

Italie https://chng.it/p8w8y4qP
France https://chng.it/GRfLSj9y

La lutte pour libérer l’eau de la bourse est très difficile et sera longue. La finance libre et souveraine est le pouvoir « politique » le plus fort qui existe actuellement. Gagner contre la finance spéculative est l’affaire de tous les habitants de la terre.

Notre intention est, si nous le pouvons, d’étendre la collecte des signatures, en étroite collaboration avec de nombreuses autres associations, à d’autres pays européens, à l’Amérique latine, à l’Afrique et à l’Asie. Comme nous n’avons pas accès aux données de base, pour des raisons de confidentialité, il n’est pas possible de faire une analyse sociale des personnes qui ont signé la proposition « Libérer l’eau de la bourse » sur change.org. La seule chose que l’on puisse dire avec certitude est simple : le nombre de signatures recueillies n’est pas faible, loin de là. Le nombre de signatures recueillies par notre proposition en Italie et en France est le plus élevé à ce jour par une « pétition » sur le thème de l’eau sur une plate-forme informatique internationale/ À l’exception, bien sûr, de la collecte des signatures requises -par exemple en Italie – pour un projet de loi d’initiative populaire, qui nécessite 500 000 signatures.

En Italie, le nombre de signatures place notre proposition dans le top du 1er % « pétitions » signées sur change.org. En France, elle figure parmi les 2% les plus signées. C’est un succès. Nous devons continuer d’en étendre le rayonnement au niveau mondial. L’enjeu est de taille.

Nous serons heureux d’accueillir tous ceux qui souhaitent rejoindre l’initiative « Libérons l’eau de la Bourse ». Prière de contacter :

en Italie, Elena Mazzoni ellykurt@yahoo.it.
ou Luca Cecchi/Marinella Nasoni,
56lucacecchi@gmail.com:

En France : Laury Gingreau, laury.gingreau@yahoo.fr.