Un tribunal britannique a annulé la décision antérieure empêchant l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Le fondateur de Wikileaks est accusé d’avoir publié des informations sur des crimes de guerre et actes de torture commis par les États-Unis en Irak et en Afghanistan. Julian Assange n’a pas été autorisé à assister à l’audience d’appel.

Au début de l’année, le tribunal chargé de l’affaire Assange a rejeté son extradition vers les États-Unis en raison de sa santé mentale et des conditions des prisons américaines. Aujourd’hui, la Cour suprême qui entend l’appel dans cette affaire a annulé la décision précédente et donné le feu vert à son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 ans de prison.

Ironiquement, cette décision a été prise aujourd’hui 10 décembre, journée mondiale des droits humains. Il s’agit d’un coup dur pour la liberté de la presse dans le monde, comme l’ont souligné de nombreuses organisations telles qu’Amnesty International, Reporters sans frontières, Human Rights Watch, des associations de journalistes et bien d’autres.

Stella Moris, la fiancée de Julian Assange, a déclaré à propos de cette décision qu’elle constitue un échec de la justice et qu’elle est dangereuse. « Nous ferons appel dès que possible », a-t-elle déclaré immédiatement après l’annonce de la décision.

Le 26 septembre, les plans de la CIA pour assassiner Julian Assange ont été révélés dans un rapport qui fait l’effet d’une bombe. L’enquête détaillée a révélé que des discussions pour tuer Julian Assange à Londres avaient eu lieu « aux plus hauts niveaux » de la CIA et de la Maison Blanche de Trump et que des « options » d’assassinat avaient été planifiées sur ordre de Mike Pompeo, alors directeur de la CIA. L’enquête a révélé que les plans d’enlèvement et de remise d’Assange étaient très avancés et que les opérations de la CIA ont conduit à la décision politique d’engager des poursuites contre lui.

Le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a déclaré : « La vie de Julian est une fois de plus menacée, tout comme le droit des journalistes à publier des documents que les gouvernements et les entreprises trouvent gênants. Il s’agit du droit d’une presse libre de publier sans être menacée par une superpuissance intimidante. »

Le directeur de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, a déclaré cette décision « historique », Assange ayant été ciblé pour sa contribution journalistique. « Nous défendons cette affaire en raison de ses implications dangereuses pour l’avenir de la liberté de la presse dans le monde. Cette décision est annoncée le jour où le prix Nobel de la paix est décerné à deux journalistes et où 111 gouvernements sont invités au sommet sur la démocratie organisé par les États-Unis. Il ne pourrait y avoir de plus grand symbole de contradiction. »

Le directeur de la Fondation pour la liberté de la presse, Trevor Timm, déclarait à propos de cette décision : « C’est un point noir dans l’histoire de la liberté de la presse. Le fait que les procureurs américains aient continué à faire pression pour obtenir ce résultat est une trahison des principes journalistiques et l’administration Biden s’en attribue le mérite. Comme l’expliquent depuis des décennies de courageux dénonciateurs, ce type d’abus de l’Espionage Act contre les sources – et maintenant les journalistes et les rédacteurs – est une honte pour les idéaux fondamentaux de la justice. »

Yanis Varoufakis a également déclaré que : « La Cour suprême de Grande-Bretagne a manqué une occasion unique de sauver l’honneur et la réputation du système judiciaire britannique après tant d’années de complicité dans la tentative d’extermination, le meurtre en fait, d’un homme dont le seul ‘crime’ était de nous éclairer sur les crimes que les dirigeants de l’Occident ‘libéral’ commettent dans notre dos et en notre nom. »

Assange restera en détention dans la prison de haute sécurité de Londres jusqu’à ce qu’un ordre d’extradition définitif soit émis par le ministère de l’Intérieur britannique.