Au Honduras, on est en train de finaliser le dépouillement des bulletins de vote des élections générales qui déclarent la victoire de la candidate de l’opposition, Xiomara Castro. On craint une éventuelle fraude de la part des députés. L’organe électoral suprême recomptera ensuite les voix de 14 pour cent des bulletins de vote.

S’il y a bien une chose qui ressort de ces élections, c’est qu’une grande majorité des honduriens ne veut plus rien avoir à faire avec ceux qui ont usurpé le pouvoir pendant douze ans.

« Avec une victoire aussi écrasante, Xiomara est devenue une leader nationale qui a su vaincre la haine de ses adversaires grâce à son discours proposant l’espoir et la paix », indique Joel Almendares, le Secrétaire Général de la Confédération Unitaire des Travailleurs du Honduras, la CUTH, a la Régionale Latino-américaine de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA), Rel UITA.

« Elle a su redonner sécurité et confiance aux travailleurs, au peuple de manière générale, et leur promettre qu’elle va se battre contre la corruption, qu’elle va appliquer la justice et mettre fin à l’impunité, qu’elle va remettre en place l’institutionnalité. Le peuple hondurien l’a écoutée et s’est rendu aux urnes », ajoute-t-il.

Le dirigeant syndical explique qu’il règne une atmosphère différente au Honduras ces jours-ci. Les travailleurs espèrent que la persécution et la violation flagrante des droits des travailleurs et des syndicats prendront bientôt fin.

« C’est comme si après douze ans de dictature et de perte d’institutionnalité, le peuple commençait à comprendre qu’il existe une possibilité, qu’il y a encore de l’espoir, que tout n’est pas perdu », indique-t-il.

Joel Almendares déclare qu’il est confiant et que tout va bien se passer.

« Des groupes de travail ont déjà été formés et prennent en charge le processus de transition, et on est en train de construire un plan pour les 100 premiers jours du gouvernement, en prenant en compte les différents secteurs.

C’est un énorme défi. Ce ne sera pas facile car le pays est ruiné.

On va devoir poser plusieurs diagnostics, réallouer le budget national et consacrer tous nos efforts et notre détermination à la reconstruction. Le peuple aspire au changement », a-t-il déclaré.

Les priorités : la santé et l’éducation

« Nous en avons marre d’investir dans des armes et bombes lacrymogènes. Nous allons utiliser cet argent pour renforcer notre système de santé et d’éducation, pour acheter des livres et des médicaments plutôt que des balles meurtrières, » affirme le Secrétaire Général de la CUTH.

Almendares indique que le peuple observe attentivement ce qu’il se passe alors que l’on craint une possible fraude dans l’élection de députées et députés.

« Le parti du gouvernement savait qu’il allait perdre la présidence et il s’est entêté à chercher comment obtenir plus de députés, en fraudant. Il y a plus de 2000 bulletins incohérents. Cela entraîne un recomptage des bulletins. Ils veulent entrer massivement au Congrès avec la mauvaise intention de ne pas laisser gouverner Xiomara Castro et de lui faire obstacle. Jamais le peuple ne les a intéressé, seuls leurs intérêts mesquins importent. Ils doivent payer pour cela », alerte-t-il.

« Le peuple observe attentivement ce qu’il se passe, il accompagne le futur gouvernement de Xiomara. Il ne va pas se laisser faire si la volonté manifestée par les urnes n’est pas respectée, » conclut-il.

 

Traduction de l’espagnol, Frédérique Drouet