Chomsky, aujourd’hui âgé de 92 ans, est l’auteur de plusieurs best-sellers politiques, traduits en plusieurs langues. Ses critiques du pouvoir et son plaidoyer pour l’autonomie et l’action politique des gens ordinaires ont inspiré des générations de militants et d’organisateurs sociaux. Il été professeur émérite à l’Institut de Technologie du Massachusetts depuis 1976.

Par Stan Cox, publié par Tom Dispatch et reproduite par Other Words.

La plupart des nations réunies à Glasgow pour la 26e conférence des Nations Unies sur le changement climatique, du 31 octobre au 12 novembre 2021, se sont engagées à réduire les émissions de CO2. La plupart du temps, ces promesses sont totalement inadéquates. Selon vous, quels principes devraient guider les efforts visant à prévenir une catastrophe climatique ?

Les initiateurs de l’accord de Paris sur le climat avaient l’intention de parvenir à un traité contraignant, et non à des accords volontaires, mais il y avait un obstacle : le parti républicain des États Unis. Il était clair que le parti républicain n’accepterait jamais aucun engagement contraignant. Ce parti, qui a perdu toute prétention à être une organisation politique normale, se consacre presque exclusivement au bien-être des super-riches et du secteur des entreprises, et ne se préoccupe absolument pas du peuple ni de l’avenir du monde. L’organisation républicaine n’aurait jamais accepté un traité contraignant. En réponse, les organisateurs ont réduit leur objectif à un accord volontaire, qui contient toutes les difficultés que vous avez mentionnées.

Nous avons perdu six ans, dont quatre sous l’administration Trump qui s’est ouvertement consacrée à maximiser l’utilisation des combustibles fossiles et à démanteler l’appareil de régulation qui avait, dans une certaine mesure, limité leurs effets mortels. Dans une certaine mesure, ces réglementations protègent certaines parties de la population contre la pollution, en particulier les pauvres et les Noirs. Car ce sont eux, bien sûr, qui subissent le principal fardeau de la pollution. Ce sont les pauvres du monde qui vivent dans ce que Trump a appelé des « pays de merde » qui souffrent le plus ; ils sont ceux qui contribuent le moins à la catastrophe et en sont les principales victimes.

Ça ne doit pas à être comme ça. Il existe un chemin vers un avenir vivable. Il existe des moyens d’avoir des politiques responsables, saines et racialement justes. C’est à nous tous de les exiger, ce que font déjà les jeunes du monde entier.

D’autres pays ont leurs propres responsabilités, mais les États-Unis ont le pire bilan au monde. Washington a bloqué l’Accord de Paris avant que Trump ne prenne enfin ses responsabilités. Mais c’est sous Trump que les États-Unis se sont carrément retirés de l’Accord.

Si vous regardez les démocrates les plus sensés, qui sont loin d’être innocents, il y a des soi-disant « modérés » comme le sénateur Joe Manchin (démocrate de Virginie orientale), le plus grand bénéficiaire de fonds de l’industrie des combustibles fossiles, dont la position est la suivante : des entreprises sans restrictions, uniquement « l’innovation ». C’est également la vision d’Exxon Mobil : « Ne vous inquiétez pas, nous nous occuperons de vous », disent-ils. « Nous sommes une entreprise qui a une âme. Nous investissons dans des moyens futuristes pour éliminer la pollution que nous rejetons dans l’atmosphère. Tout va bien, faites-nous confiance ». « Pas d’élimination, juste de l’innovation » est une mauvaise idée car, si l’innovation arrive, elle sera probablement trop tardive et aura un effet très limité.

Prenez le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui vient d’être publié. Il est beaucoup plus terrible que les précédents et stipule que nous devons éliminer progressivement les combustibles fossiles, étape par étape, chaque année, jusqu’à ce que nous nous en débarrassions complètement, dans quelques décennies. Quelques jours après la publication du rapport, Joe Biden a appelé le cartel pétrolier de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole OPEP, à augmenter sa production, ce qui ferait baisser le prix de l’essence aux États-Unis et améliorerait la réputation du président auprès de la population. L’euphorie a été immédiate dans la recherche sur le marché du pétrole. Il y a beaucoup de profits à faire, mais à quel prix ? C’était bien de conserver l’espèce humaine pendant quelques centaines de milliers d’années, mais de toute évidence, c’était suffisant. Après tout, la durée de vie moyenne d’une espèce sur Terre est apparemment d’environ 100 000 ans. Alors pourquoi devrions-nous battre le record ? Pourquoi s’organiser pour un avenir juste pour tous, alors que nous pouvons détruire la planète en aidant les riches sociétés à s’enrichir ?

La catastrophe écologique est imminente en grande partie parce que, comme vous l’avez dit un jour, « l’ensemble du système socio-économique est basé sur la production pour le profit et sur un impératif de croissance qui ne peut être soutenu ». Toutefois, il semble que seule l’autorité étatique puisse mettre en œuvre les changements nécessaires de manière équitable, transparente et juste. Compte tenu de l’urgence à laquelle nous sommes confrontés, pensez-vous que les gouvernements pourraient justifier des mesures telles que la restriction de l’utilisation des ressources nationales, la création de règles d’allocation ou de rationnement des ressources, des politiques qui limiteraient nécessairement la liberté des communautés locales et des individus dans leur vie matérielle ?

Eh bien, nous avons des réalités à affronter. J’aimerais voir un mouvement vers une société plus libre et plus juste : une production répondant aux besoins plutôt qu’une production pour le profit, des travailleurs capables de contrôler leur propre vie plutôt que d’être subordonnés à des patrons pendant la majeure partie de leur vie. Le temps nécessaire pour que de tels efforts aboutissent est tout simplement trop long pour faire face à cette crise. Cela signifie que nous devons le résoudre avec les institutions existantes, qui, bien sûr, peuvent être améliorées.

Le système économique des quarante dernières années a été particulièrement destructeur. Elle a infligé une importante agression à la majorité de la population, entraînant une augmentation considérable des inégalités et des atteintes à la démocratie et à l’environnement.

Un avenir vivable est possible. Nous n’avons pas à vivre dans un système où les règles fiscales ont changé de manière à ce que les milliardaires paient des impôts moins élevés que les travailleurs. Nous n’avons pas à vivre dans une forme de capitalisme d’État où, rien qu’aux États-Unis, les 90 % des salariés les plus pauvres ont été spoliés d’environ 50 000 milliards de dollars au profit d’une fraction de 1%. C’est l’estimation de la RAND Corporation, une estimation très prudente si l’on considère les autres dispositifs qui ont été utilisés. Il existe des moyens de réformer le système existant en restant fondamentalement dans la même structure d’institutions. Je pense qu’ils ont besoin d’être transformés, mais cela prendra plus de temps.

La question est : pouvons-nous prévenir la catastrophe climatique dans le cadre d’institutions capitalistes étatiques moins sauvages ? Je pense qu’il y a des raisons de croire que nous pouvons le faire, et il existe des propositions très prudentes et détaillées sur la façon de le faire, y compris certaines dans votre nouveau livre, ainsi que des propositions de mon ami et co-auteur, l’économiste Robert Pollin, qui a travaillé sur beaucoup de ces choses en détail. Jeffrey Sachs, un autre excellent économiste, utilisant des modèles quelque peu différents, est arrivé à peu près aux mêmes conclusions. Ce sont en gros les lignes des propositions de l’Association Internationale de l’Énergie, une organisation absolument pas radicale, née des corporations de l’énergie. Mais ils ont tous essentiellement la même image.

En fait, il y a même une résolution du Congrès américain par Alexandria Ocasio-Cortez et Ed Markey qui décrit des propositions très avancées, à la portée de la faisabilité concrète dans les conditions actuelles. On estime qu’elles coûtent 2 à 3 % du PIB, ce qui est parfaitement possible. Non seulement elles résoudraient la crise, mais elles créeraient un avenir plus vivable, sans pollution, sans encombrements, avec un travail plus constructif et productif, et de meilleurs emplois. Tout cela est possible.

Mais il existe de sérieux obstacles : les industries des combustibles fossiles, les banques, les autres grandes institutions, qui sont conçues pour maximiser les profits et ne se soucient de rien d’autre. Après tout, c’était le slogan phare de la période néolibérale : la déclaration du gourou de l’économie Milton Friedman selon laquelle « les entreprises n’ont aucune responsabilité envers le public ou la main-d’œuvre ; leur seule responsabilité est de maximiser les profits de quelques-uns ».

Pour des raisons de relations publiques, les entreprises de combustibles fossiles comme ExxonMobil sont souvent sensibles et bienveillantes, travaillant jour et nuit pour le bien commun. C’est ce qu’on appelle le greenwashing [N.d.E. ou écoblanchiment, est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation pour se donner une image trompeuse de responsabilité écologique. Cf. wikipedia].

Certaines des méthodes les plus discutées pour capturer et éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère consommeraient de grandes quantités de biomasse produite sur des centaines de millions ou des milliards d’hectares, menaçant ainsi les écosystèmes et la production alimentaire, en particulier dans les pays à faible revenu et à faibles émissions. Un groupe de spécialistes de l’éthique et d’autres chercheurs ont récemment écrit qu’un « principe fondamental » de la justice est que les besoins fondamentaux et urgents des personnes et des pays pauvres doivent être protégés contre les effets du changement climatique. Cela semble exclure clairement ces programmes « émettre du carbone maintenant, le capturer plus tard » et d’autres exemples de ce que nous pourrions appeler « l’impérialisme de la réduction du réchauffement climatique ». Pensez-vous que le monde puisse supporter ce type d’exploitation alors que les températures augmentent ? Et que pensez-vous de ces propositions de bioénergie et de capture du carbone ?

C’est totalement immoral, mais c’est une pratique courante. Où vont les déchets ? Il ne va pas dans votre jardin, il va dans des endroits comme la Somalie qui ne peuvent pas être protégés. L’Union européenne, par exemple, a déversé ses déchets atomiques et autres pollutions au large des côtes somaliennes, endommageant les zones de pêche et les industries locales. C’est horrible.

Le dernier rapport du GIEC appelle à la fin des combustibles fossiles. L’espoir est que nous puissions éviter le pire et parvenir à une économie durable en quelques décennies. Si nous ne le faisons pas, nous atteindrons des points de basculement irréversibles et les personnes les plus vulnérables, et les moins responsables de la crise, en subiront les conséquences en premier et avec la plus grande gravité. Les personnes vivant dans les plaines du Bangladesh, par exemple, où de puissants cyclones provoquent des dégâts extraordinaires. Les personnes vivant en Inde, où les températures peuvent dépasser 49°C en été. Nous pourrons observer le processus par lequel certaines parties du monde où la vie deviendra impossible.

Des géo scientifiques israéliens ont récemment critiqué leur gouvernement pour ne pas avoir pris en compte l’effet des politiques qu’il adopte, notamment le développement de nouveaux gisements de gaz en Méditerranée. Une de leurs analyses indique que dans quelques décennies, en été, la Méditerranée atteindra la chaleur d’un jacuzzi et les plaines de basse altitude seront inondées. Les gens continueront à vivre à Jérusalem et à Ramallah, mais les inondations toucheront une grande partie de la population. Pourquoi ne pas changer de cap pour éviter cela ?

L’économie néoclassique qui sous-tend ces injustices repose sur des modèles de climat économique appelés « modèles d’évaluation intégrée ». Ils se résument à des analyses coûts-bénéfices fondées sur ce que l’on appelle le coût social du carbone. Avec ces projections, les économistes tentent-ils de se débarrasser du droit des générations futures à une vie digne ?

Nous n’avons pas le droit de jouer avec la vie des gens en Asie du Sud, en Afrique ou dans les communautés vulnérables des États-Unis. Vous voulez faire une analyse comme celle-ci dans votre séminaire universitaire ? Eh bien, allez- y. Mais ne vous avisez pas de le traduire en politique. Ne vous avisez pas de faire ça.

Il existe une différence notable entre les physiciens et les économistes. Les physiciens ne disent pas « Hé, essayons une expérience qui pourrait détruire le monde, parce que ce serait intéressant de voir ce qui se passe ». Mais c’est ce que font les économistes. S’appuyant sur des théories néoclassiques, ils ont institué une révolution majeure dans les affaires mondiales au début des années 1980, qui a commencé sous Jimmy Carter et s’est accélérée avec Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Compte tenu de la puissance des États-Unis par rapport au reste du monde, l’attaque néolibérale, une grande expérience de théorie économique, a eu un résultat dévastateur. Inutile d’être un génie pour le comprendre. Sa devise était : « L’État est le problème ».

Cela ne signifie pas que l’on élimine les décisions, mais simplement qu’on les transfère. Des décisions doivent toujours être prises. Si elles ne sont pas prises en charge par l’État, qui est, bien que dans une mesure limitée, sous influence populaire, elles seront absorbées par des concentrations de pouvoir privé, qui n’ont aucune responsabilité envers le public. Et suivant les instructions de Milton Friedman, ces groupes n’ont aucune responsabilité envers la société. Ils ont simplement pour impératif l’enrichissement personnel.

Puis Margaret Thatcher arrive et dit qu’il n’y a pas de société, seulement des individus autonomes qui s’organisent d’une manière ou d’une autre au sein du marché. Bien sûr, il y a un petit détail qu’elle n’a pas pris la peine d’ajouter : pour les riches et les puissants, il y a trop de société. Des organisations telles que la Chambre de Commerce, la Table Ronde du Commerce, ALEC et de nombreuses autres. Elles s’unissent, se défendent, etc. Il y a beaucoup de social pour eux, mais pas pour le reste d’entre nous. La plupart des gens doivent faire face aux ravages du marché. Et, bien sûr, les riches ne le font pas. Les entreprises disposent d’un Etat puissant pour les renflouer en cas de problème. Les riches ont besoin d’un État puissant, ainsi que de ses pouvoirs de police, pour s’assurer que personne ne se mette en travers de leur chemin.

Où voyez-vous de l’espoir ?

Chez les jeunes. En septembre, une « grève » internationale du climat a eu lieu ; des centaines de milliers de jeunes sont sortis pour exiger la fin de la destruction de l’environnement. Greta Thunberg a récemment pris la parole à la réunion de Davos, qui réunit les grands et les puissants, et leur a adressé un message sobre sur ce qu’ils sont en train de faire. « Comment osez-vous ? », a-t-elle dit, « voler mes rêves et mon enfance avec vos mots creux ». Vous nous avez trahis. Ce sont des mots qui devraient être gravés dans la conscience de chacun, en particulier des personnes de ma génération qui ont trahi et continuent de trahir la jeunesse et les pays du monde.

Maintenant, nous avons un combat. C’est gagnable, mais plus nous sommes loin, plus ce sera difficile. Si nous avions résolu ce problème il y a dix ans, le coût aurait été bien moindre. Si les États-Unis n’étaient pas le seul pays à rejeter le Protocole de Kyoto, les choses auraient été beaucoup plus faciles. Eh bien, plus nous attendons, plus nous trahirons nos enfants et petits-enfants. Ce sont les options. Je ne suis pas si vieux, beaucoup d’entre vous le sont. La possibilité d’un avenir juste et durable existe et nous pouvons faire beaucoup pour y parvenir avant qu’il ne soit trop tard.

 

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet

L’article original est accessible ici