À l’occasion du 40e anniversaire de l’Acte public à Mumbai, tenu par la Communauté du développement humain

 

(Récit personnel)

Le 31 octobre prochain aura lieu le 40ème anniversaire d’un acte public, revisitant ce qui a été dit et lancé dans la Mission de 1981, Humaniser la Terre.

A l’invitation de la Communauté pour le développement humain dans différents pays, Silo a participé à une tournée au cours de laquelle il a pris la parole lors de plusieurs événements publics. Ses causeries étaient accompagnés de celles de ses amis Bittiandra Aiyyappa, Saki Binudin, Petur Gudjonsson, Nicole Myers, Salvatore Puledda et Daniel Zuckerbrot. Les causeries se sont déroulées dans des actes publics à Madrid, Barcelone, Reykjavik, Francfort, Copenhague, Milan, Colombo, Paris, Mexico, et enfin pour l’Asie, à Bombay.

Le message clé était le suivant : Il y a une crise qui se prépare mais malgré cela, il y a un futur et un moyen d’ouvrir ce futur.

Ce message est-il toujours pertinent dans les temps difficiles d’aujourd’hui ? Quand une crise mondiale touche tout le monde partout et que l’avenir semble sombre et incertain ?

Je me tourne vers mon expérience et mes souvenirs pour trouver une réponse.

 

Il y a 40 ans, en 1981…

Il est 18 heures, la fin d’une journée de travail normale. Je rentre chez moi, heureux, avec un sentiment irrésistible de liberté par rapport à la routine quotidienne, les jours à venir s’ouvrant largement devant moi.

Je partais en voyage dans ce pays mystérieux et mystique qu’est l’Inde, à Mumbai, alors appelée Bombay, pour participer à un Acte public organisé par les humanistes de la Communauté pour le développement humain à Chowpatty Beach.

Deux ans auparavant, sortant de l’université, j’ai traversé une crise personnelle qu’on appelle une « crise de quart de vie », à la recherche de quelque chose qui aurait plus de sens que les options habituelles qui se présentaient à moi. J’étais à la recherche d’un sens à ma vie, à la vie tout court. Le livre écrit par Silo, Le Regard Intérieur, m’a donné un aperçu de ce que je cherchais.

C’est ainsi qu’en 1979, j’ai rejoint la Communauté pour le développement humain, un organisme humaniste qui s’est formé autour des écrits de Silo. J’y ai trouvé une philosophie, une façon de vivre et de faire dans le monde qui, depuis, me semble pleine de sens.

Puis la nouvelle est arrivée que Silo et une équipe de speakers allaient se rendre en Inde pour donner un message public. L’occasion d’entendre de première main ce que Silo avait à dire ne pouvait être manquée.

Un groupe d’entre nous, Philippins, a pris l’avion pour Hong Kong afin de retrouver d’autres humanistes d’autres régions d’Asie qui y allaient également. Nos amis de Hong Kong, Norma et Puchi, nous ont aidés à obtenir les billets pour tout le monde (à un prix abordable qui m’a permis d’y aller, moi qui, à l’époque, venais de commencer à travailler) et ont même pris des dispositions pour dormir pendant l’escale à Hong Kong.

Ma première visite à Hong Kong. La rencontre de nouveaux et d’anciens amis qui partageaient les mêmes aspirations. J’ai séjourné dans un bel appartement à Victoria Peak qui surplombait la partie occidentale de l’île de Hong Kong. Nous avons pris le ferry Star, marché dans les rues et partagé des histoires avant de monter dans l’avion pour un trajet de six heures vers Mumbai/Bombay.

C’était le soir quand nous sommes arrivés. La ville était une mer scintillante de lumières multicolores car le Diwali, le festival des lumières, battait son plein.

Nous avons été accueillis par nos amis indiens qui avaient organisé tout l’événement et nous ont accompagnés en tant que visiteurs pendant tout notre séjour. Nous sommes arrivés quelques jours avant l’acte public et avons eu le temps de faire l’expérience de la vie dans une ville séculaire. C’était comme remonter dans le temps vers une culture ancienne toujours vivante. Un mélange enivrant d’épices, de goûts et de textures, de saris multicolores, de lingams hindous, de devas et d’icônes, de charmeurs de serpents indiens et tout le reste.

Pendant que nous marchions dans les rues animées en invitant les passants à venir à l’événement, nous avons vu les curiosités de la ville, goûté la nourriture indienne, et même visité une grotte sacrée hindoue pour faire l’expérience du culte hindou.

Puis vient le jour J. Nous étions tous sur le pont pour installer la scène en plein air au bord de la plage, juste au moment où un typhon menaçait avec de la pluie et des vents violents.

Mais, pas d’inquiétude dit Silo. Le temps va se calmer, va coopérer. Et, c’est vrai, il le fait.

Plus de 10 000 personnes sont venues écouter un homme et son message. Mais cet homme, connu sous le nom de Silo, penseur et fondateur de l’humanisme universel, n’est pas seul. C’est un homme qui a toujours travaillé en équipe et avec une équipe. Une équipe de speakers a accompagné Silo. Et tous les visiteurs des autres pays ont été invités à monter sur scène, moi y compris.

Voir la mer de gens répondre aux discours de l’équipe était énergisant, tous debout lorsque Silo a terminé son discours, de manière cérémoniale, en disant :

“ Tu dois commencer une vie nouvelle et tu dois avoir foi dans ta capacité de le faire. Pour rendre cela possible, accompagne-moi dans un acte libre, courageux et profond, qui soit en plus un engagement de réconciliation. Va vers tes parents, ton conjoint, tes compagnons, tes amis et tes ennemis et dis-leur à cœur ouvert : « Quelque chose de grand et de nouveau s’est produit en moi aujourd’hui. » Puis explique-leur ce message de réconciliation. Je voudrais répéter ces phrases : Va vers tes parents, ton conjoint, tes compagnons, tes amis et tes ennemis et dis-leur à cœur ouvert « Quelque chose de grand et de nouveau s’est produit en moi aujourd’hui. » Puis explique-leur ce message de réconciliation. Paix, force et joie pour tous ! ”

Toute cette expérience m’a rempli d’espoir et d’optimisme, et d’une envie de partager ce message. C’était un moment brillant et inspirant. Je suis rentrée chez moi avec quelque chose de grand et de bon en moi à partager avec ma famille et mes amis. Avec une foi renouvelée en moi-même, dans les autres et dans la vie elle-même, j’ai continué, avec d’autres amis humanistes, à travailler de manière volontaire, en faisant ce que nous pouvions sur des projets qui espéraient contribuer à la construction d’une culture de non-violence et de non-discrimination, avec une vision d’humanisation de la terre.

Quarante ans plus tard, en revoyant ce qui y a été dit à la lumière de la crise mondiale actuelle, pouvons-nous dire qu’il y a de l’espoir ? Qu’il y a encore un avenir ? Qu’il y a 40 ans, un message a été lancé vers le futur ?

Le 31 octobre, l’équipe de speakers qui était avec Silo se réunit pour présenter un rappel de l’Acte public de Mumbai. Pour affirmer qu’avec la foi en soi et dans les autres, la peur, la souffrance, la violence et la destruction peuvent être surmontées. Pour affirmer une fois de plus cette forte foi dans le futur et son message d’espoir et de réconciliation.

Vous trouverez de plus amples informations sur ce site Web : https://pazfuerzayalegria.net/2021/09/mission81/

Pour vous joindre à cette initiative, veuillez vous inscrire à ce lien : https://tiny.one/3wucf7fd