Le RAZB (Réseau d’accueil des Zapatistes en Belgique) et le collectif « Zone neutre » – pour la régularisation des sans-papiers – organisaient un événement d’accueil de la délégation zapatiste en Belgique ce mercredi 13 octobre. Celui-ci avait lieu dans un lieu d’occupation à Molenbeek-Saint-Jean.

Cette rencontre a permis une rencontre riche d’expériences et d’échanges sur les luttes actuelles face à un même système capitaliste, aux écueils différents en Belgique et au Mexique.

Les représentants de la lutte zapatiste nous ont rappelé l’évolution de la lutte, menée depuis les années 90 par leurs grands-parents, et toujours d’actualité aujourd’hui.

Leur voyage débute en Europe pour continuer ensuite en Afrique et en Amérique latine. L’objectif ? transmettre l’histoire et l’expérience de résistance des zapatistes, échanger avec les activistes des différents continents et, ainsi, créer un réseau fort de solidarité.

Bref rappel de la lutte zapatiste

12 octobre 1992. Alors que partout dans les Amériques, d’énormes mobilisations rappellent les “500 ans de résistance autochtones, paysannes, noires et populaires”, au Chiapas, une statue tombe. Celle du conquistador Diego de Mazariegos, fondateur de la petite ville coloniale de San Cristóbal de Las Casas, explosée au marteau lors d’une marche indigène de plus de 15 000 personnes, un peu plus d’un an avant le soulèvement zapatiste.

D’où surgissent les zapatistes ?

D’un monde colonisé où, jusqu’en 1994, existaient encore de grandes propriétés et d’immenses domaines sur lesquels les peuples originaires ont vécu des centaines d’années durant dans la servitude.

De ces souffrances quotidiennes, de la pauvreté, de la faim et de l’insécurité sont nées les premières révoltes. Les premiers exils vers la forêt en quête de terres sans patrons. Les premières organisations paysannes. Les premières récupérations de terres. La prison, la répression. Jusqu’au soulèvement et, petit à petit, à une organisation politique, sociale, militaire structurée. Indigènes et cultivateurs, ils nous expliquent leur lutte, leurs tentatives infructueuses de dialogue avec le pouvoir et leur progressive autonomie dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture.

Une expérience remarquable, présentée avec humilité et sincérité.

Nos amis zapatistes des Chiapas présents ne souhaitaient pas d’interview. Nous avons eu par contre la chance de rencontrer Zoé Maus, que nous remercions pour son témoignage.

Militante dans l’association belge de soutien aux zapatistes des Chiapas, elle nous raconte la joie éprouvée en 1994 face à l’existence des zapatistes, vécue comme véritable coup de poing dans le capitalisme. Elle reconnait l’impact de l’expérience des zapatistes sur sa propre militance en Europe et nous présente la « loi révolutionnaire des femmes », l’une des première promulguée dans l’organisation des zapatistes. Cette loi est essentielle et la réflexion féministe rejoint l’engagement écologiste dans une compréhension des liens entre les dominations patriarcale, raciste et sur la nature.

 

Pour connaître l’association et ses activités : https://www.viajezapatista.be/

Pour se représenter la place des femmes dans la lutte, voici une lettre ouverte de ces femmes à toutes les femmes

L’association CADTM diffuse depuis longtemps des informations pertinentes sur l’histoire de cette région. Voici une lettre des femmes zapatistes qui date de 2019 mais dont les propos toucheront directement toutes les femmes.

http://cadtm.org/Lettre-des-femmes-zapatistes-aux-femmes-qui-luttent-dans-le-monde-entier