Après tout ce qui a été écrit sur le conflit et le retrait des troupes de l’OTAN de l’Afghanistan, Monde sans Guerres et sans Violence Chili déclare énergiquement qu’une fin définitive des guerres est la seule manière de mettre fin à la violence en Afghanistan et tout autour du monde. Cette déclaration n’est pas une analyse géopolitique mais souligne le point de vue humaniste sur les conflits armés en général, à partir de celui-ci en particulier, selon une approche différente de ce qui a été écrit jusqu’à présent.

Cette guerre a une fois de plus démontré que, comme dans les autres guerres, il n’en sort que des perdants : les civils obligés de fuir la violence des armes et devenus réfugiés, abandonnant leurs vies et foyers lorsqu’ils ne sont pas tués dans leurs villages sans espoir d’être soignés. Nous avons vu cela en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen et maintenant en Afghanistan.

L’Afghanistan est laissé désolé, en ruines, avec des centaines de milliers de morts et blessés, des millions de réfugiés. La population a faim et doit lutter sans aide contre la pandémie du Covid. Ce pays qui cultivait le coton est à présent un état du narcotique, abritant des cultures extensives de pavot et de cannabis. Le terrorisme qui devait être combattu par cette guerre contre la terreur, se renforce comme jamais et en termes politiques le pays retrouve l’état précédant l’invasion, dans les mains des Talibans, accusés des attentats du 11 septembre à New York, bien que les enquêtes ont démontré que la plupart des auteurs étaient saoudiens.

L’organisation, qui œuvre pour un monde sans guerre ni violence, réaffirme que les guerres sont des moyens illégitimes qui doivent être déclarés illégaux par les Nations Unies, comme toute intervention militaire à l’étranger. Celles-ci ne peuvent être autorisées que par une décision démocratique du Conseil de Sécurité, avec des forces internationales dans le but de répondre à des crises humanitaires graves, jamais pour des conflits territoriaux ou géopolitiques, ces différends devant être tranchés par la Cour Internationale de Justice.

Monde sans Guerre et sans Violence Chili soutient que si les nations persistent dans leurs tentatives servant des intérêts pseudo-colonialistes, et envahissent d’autres pays unilatéralement ou via des alliances comme l’OTAN, la condition humaine au niveau planétaire va continuer à se dégrader. Cela va pousser des millions de gens à fuir, plongeant une grande partie de l’humanité dans la pauvreté et causant d’atroces problèmes de droits humains dans les zones de conflits. L’humanité ne peut plus se permettre ce type de conflits, sur une planète qui nécessite d’urgence des efforts conjoints pour l’environnement en raison du changement climatique et de l’augmentation mondiale des températures. La guerre prend le chemin inverse et pollue l’environnement d’une manière scandaleuse.

Monde sans Guerre et sans Violence Chili affirme que les guerres modernes constituent une violation inacceptable de tous les droits humains, à commencer par le plus important de tous, le droit à la vie et à la sécurité, mais aussi une violation inexcusable des droits des enfants et des femmes. A ce point de l’évolution humaine, il est inacceptable que certaines personnes, appelées l’ennemi, sont traitées comme des humains de seconde catégorie pouvant être tués par des bombes, des balles et des missiles, que l’on détruise leurs maisons et leurs peuples. Ceci est attesté par les centaines de milliers de morts en Afghanistan, ainsi que dans tout le moyen orient où des villages sont détruits par des bombes. Penser que le départ d’Afghanistan va mettre fin à la guerre et apporter une paix durable est chimérique, parce que les forces d’invasion ont engendré des haines atroces. Peut-on vainement espérer que ces enfants ravagés par les bombes, dont les maisons ont été détruites et les familles massacrées, grandiront sans un féroce ressentiment qui les poussera à se venger des envahisseurs ?

Il est peut-être raisonnablement compréhensible, poursuit Monde sans Guerre et sans Violence Chili, que l’Afghanistan ait été envahi pour tirer une revanche aveugle de l’attaque sur le World Trade Center, et que le chef taliban Ousama Ben Laden ait été pourchassé jusqu’à la mort. Mais le maintien d’une force d’invasion pendant vingt ans n’est justifié par rien et donne lieu à toutes sortes de spéculations. Il est possible que les Etats Unis n’aient jamais voulu gagner la guerre en Afghanistan, ni en Syrie et en Irak, mais que les vrais objectifs aient été strictement économiques, de sinistres intérêts expliqués par Edward Snowden comme un détournement de l’argent des contribuables américains, une espèce de blanchiment présumé légal mais scandaleux. En tout cas, la seule chose qui est vraiment certaine et claire, est que les vrais gagnants sont toujours les fabricants d’armes, le complexe militaro-industriel qui a engrangé des milliards de dollars grâce à ces conflits, vendant des armes non seulement aux belligérants, mais aussi à tous ceux qui se sont sentis vivre dans un monde dangereux et instable, dans une course mondiale aux armements explosive. Il est très probable qu’il s’agit là de la vraie utilité de toutes les guerres et que c’est la raison pour laquelle celles-ci se prolongent inutilement.

La renonciation volontaire aux guerres, argumente Monde sans Guerre et sans Violence Chili, implique un respect sans limites pour les droits humains de tous, quels que soient leur race, leur religion, leur idéologie politique, leur genre et leur orientation sexuelle. Cela implique le respect de toute l’humanité, sans égard aux adversités, un respect qui signifie l’absence d’agressions, de blessures et d’homicides sous aucun prétexte.

La renonciation à la guerre exige l’établissement de relations de confiance entre les peuples, la conception de l’autre comme égal et non comme un inférieur qui peut être impunément agressé, elle requiert un système de justice internationale démocratique et puissant respecté par tous.

La fin de toutes les guerres se produira, conclut l’organisation, quand les pays renonceront à l’idée d’impérialisme nationaliste et la remplaceront par un multilatéralisme dans lequel tous se reconnaîtront comme égaux, avec les mêmes droits et besoins, et par conséquent œuvreront ensemble pour résoudre les grands problèmes de l’humanité et entreprendront des projets conjoints pour l’exploitation durable des ressources naturelles. C’est de cette manière que le monde entier pourra satisfaire ses besoins sans conflits armés qui ne génèrent que la faim et la pauvreté, le gaspillage de ressources, les désastres écologiques, la souffrance et la mort. Un nouveau monde peut éclore de ce nouveau paradigme, non seulement en termes économiques mais aussi en termes spirituels.

Traduit de l’anglais par Serge Delonville