Les mobilisations promues par la Convergence contre le Continuisme dans diverses régions du pays ont mobilisé des milliers de Honduriens et Honduriennes. Trois revendications ont été formulées : arrêter l’avancée des zones d’emploi et de développement économique (ZEDE), défendre la souveraineté nationale et exiger le respect des droits humains. Nous avons parlé avec Bertha Oliva, coordinatrice de Cofadeh, de cette journée de résistance.

Honduras. Bertha Oliva : « Nous commençons à nous débarrasser de notre peur »

« Ce fut un succès. La réponse de la population a été très bonne et nous avons commencé à briser la peur. La peur de la pandémie, de la répression, de la criminalisation, qui nous paralyse depuis plus d’un an », a déclaré Oliva.

« Cette présence active et multisectorielle, toutes ces couleurs, cette volonté de reconquérir les rues, montrent qu’au Honduras nous sommes toujours vivants et debout », a-t-elle ajouté.

Les activités ont eu lieu le 30 août dans le cadre de la Journée internationale des victimes de disparitions forcées et de la Journée nationale des détenus disparus.

Ces journées ont été promues par Convergencia Contra el Continuismo (Convergence contre le continuisme), en collaboration avec le Comité des parents des détenus et disparus au Honduras (Cofadeh), le Comité national pour la libération des prisonniers politiques au Honduras, la Coalition contre l’impunité et Rel-UITA (Régionale Latino-américaine de l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes UITA).

À la fin des activités, une proclamation a été lue, qui comprend l’analyse, les objectifs et les sentiments qui ont généré cet effort social et, en même temps, politique.

« De nombreuses personnes sont venues de manière auto-organisée. Cela montre que les gens sont désireux et impatients de générer une dynamique qui contribue à apporter des changements dans notre pays », a déclaré Mme. Oliva.

Le défenseur des droits humains a également précisé qu’il n’y a aucune incongruité dans la décision d’organiser cet événement le jour de la commémoration des victimes de disparitions forcées.

Qui a dit que tout était perdu ?

« Ils nous ont demandé pourquoi nous organisons un événement politique à une date aussi spéciale. Nous leur répondons par une autre question : comment dissocier les disparus des luttes et actions politiques et sociales ? C’est précisément pour cette raison qu’ils ont disparu !

« Si cette date sert de couverture pour susciter la prise de conscience, le courage et le protagonisme des gens dans la rue, eh bien, nous devons le faire. Ce n’est pas en participant à des forums dans des hôtels que nous allons provoquer le changement ».

Le coordinateur du Comité des parents des détenus et disparus au Honduras (Cofadeh) a assuré à La Rel qu’il y a encore de l’espoir au Honduras et que tout n’est pas perdu.

« Nous vivons des temps difficiles et le pire est à venir. Nous avons placé nos préoccupations et les défis qui nous attendent devant l’opinion publique, la conscience nationale et le peuple hondurien.

Il y a beaucoup de gens qui ne sont pas satisfaits, qui sont clairs sur ce que signifie défendre la souveraineté et le risque que nous courons. Nous avons brisé la peur et nous n’allons pas nous arrêter », a-t-elle conclu.