Cuba a réaffirmé aujourd’hui son engagement pour le désarmement nucléaire et la non-prolifération, lors de sa participation à une session virtuelle des Nations Unies à Vienne.

« Nous demandons le maintien d’une approche équilibrée entre les trois programmes principaux du régime de vérification : le système international de surveillance, le centre international de données et l’inspection sur site », a déclaré le troisième secrétaire de la mission de la nation caraïbe aux organes des Nations Unies, Marlen Redondo.

Prenant la parole devant le 57ème groupe de travail du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, Redondo a insisté pour prendre en considération, dans les budgets de l’année prochaine et 2023, la formation et l’allocation de ressources aux pays signataires, en particulier les pays en développement.

Il a aussi exprimé sa préoccupation concernant les réserves exprimées par plusieurs Etats quant à la participation des sessions virtuelles sur des sujets importants.

Nous réaffirmons le besoin de coopération et soutien continus, notamment l’assistance technique pour garantir que tous les membres ont la capacité de prendre part effectivement au régime de vérification du traité, a-t-il déclaré.

De ce point de vue, a-t-il souligné, nous apprécions le soutien fourni par le Secrétariat pour l’établissement du centre national de données à Cuba.

Il a aussi attiré l’attention sur les difficultés rencontrées dans l’établissement de l’institution en raison du blocus des Etats-Unis et les restrictions sur l’importation d’équipements découlant de la mise en œuvre de cette politique.

 

Traduit de l’anglais par Serge Delonville