« NOTRE SOLIDARITÉ POUR LA SOUFFRANCE DES PEUPLES AUTOCHTONES DU CANADA ».

La professeure Mapuche Elisa Loncón, accompagnée de l’autorité spirituelle ancestrale, Machi Francisca Linconao, est montée sur l’estrade pour parler au pays. Là, devant tout le monde, y compris les membres de l’élite politique du parti au pouvoir qui ont toujours traité les Mapuches comme des criminels ou des parias et des êtres humains de deuxième ou troisième classe, le nouvelle présidente de la Convention constitutionnelle qui rédigera une nouvelle Magna Carta pour le Chili, la première vraiment démocratique et largement participative de toute l’histoire républicaine du pays s’est adressée non seulement aux membres de la Convention, mais à tout le pays et au-delà, avec des mots pleins d’émotion qui ont fait s’effondrer chacun des paradigmes de ce système néocolonialiste et néolibéral, égoïste et inhumain, pour laisser place à un cadre absolument différent qui parle d’égalité, de respect, de durabilité, de liberté, de reconnaissance, de justice et de vérité, parmi de nombreux autres principes sur lesquels l’espoir collectif rêve de construire un nouveau Chili.

Mais ce n’est pas seulement un rêve qui s’arrête à nos frontières, car, comme l’a dit l’autorité Mapuche, ils sont un peuple indigène solidaire, et c’est ainsi que leurs paroles ont montré la solidarité avec les peuples indigènes du Canada face à l’horreur qu’ils ont affrontée avec cette vérité du colonialisme et de la mort qui laisse le monde stupéfait alors que les corps des enfants indigènes assassinés et abusés dans ce pays se comptent par milliers et que les églises brûlent dans les flammes.

Elisa Loncón Antileo, 58 ans, a été élue à l’un des sept sièges Mapuche lors des élections de mai avec 11 714 voix dans le district indigène des régions de Coquimbo, Valparaíso, Metropolitana, O’Higgins et Maule. Elle est une fervente partisane de la restitution des terres aux Mapuches et, à propos de la violence à La Araucanía, elle a déclaré que « la violence de l’État contre les Mapuches est plus profonde ». Elle est professeure à la faculté des sciences humaines du département de l’éducation de l’université de Santiago et conférencière externe à la faculté des arts de l’université catholique du Chili. Elle est diplômée en tant que professeur d’anglais de l’Universidad de La Frontera, avec des cours de troisième cycle à l’Institut d’études sociales de La Haye (Hollande) et à l’Université de Regina (Canada). Elle est titulaire d’une maîtrise en linguistique de l’Universidad Autónoma Metropolitana, Iztapalapa UAM-I (Mexique), d’un doctorat en sciences humaines de l’Université de Leiden (Pays-Bas) et d’un doctorat en littérature de la Pontificia Universidad Católica de Chile.

Dans un événement chargé de symbolisme et de transcendance, Elisa Loncón, présidente de la Convention constitutionnelle du Chili, a entamé son premier discours au pays et devant ses collègues conventionnels, en mapuzungún, sa langue maternelle :

Feley mari mari pu lamngen, mari mari kom pu che….

Un grand salut au peuple chilien, du nord à la Patagonie, de lafkén, la mer, à la montagne, aux îles, à tout le peuple chilien qui nous écoute. Nous sommes là, Lamngen, nous sommes là. Merci pour le soutien des différentes coalitions qui ont donné leur confiance et déposé leurs rêves dans l’appel lancé par la Nation Mapuche à voter pour une personne Mapuche, une femme, pour changer l’histoire de ce pays. Nous lamngen (frères/sœurs), heureux de cette force qu’ils nous donnent, cette force est pour tout le peuple du Chili, pour tous les secteurs, pour toutes les régions, pour tous les peuples et les nations autochtones qui nous accompagnent.

Pour tous les lamngen et organisations, cette salutation et cette gratitude s’adressent également à la diversité sexuelle. Ce salut est pour les femmes qui ont marché contre tous les systèmes de domination, pour les remercier que cette fois-ci nous installons ici une manière d’être plurielle, une manière d’être démocratique, une manière d’être participative. C’est pourquoi cette convention que je préside aujourd’hui à mon tour transformera le Chili en un Chili plurinational, en un Chili interculturel, en un Chili qui ne viole pas les droits des femmes, les droits des soignants, en un Chili qui prend soin de la terre mère, en un Chili qui nettoie aussi les eaux, contre toute domination, lamngen.

Donc, frères et sœurs, vous tous qui nous écoutez, un salut spécial au lamngen Mapuche de Wallmapu. Ce rêve est un rêve de nos ancêtres, ce rêve devient réalité. Il est possible, frères et sœurs, camarades, de refonder ce Chili, d’établir une nouvelle relation entre le peuple Mapuche, les nations indigènes et toutes les nations qui composent ce pays. Dans ce contexte, pu lamngen, c’est le premier signe que cette convention va être participative, que dans cette convention élue, nous, en tant que peuples autochtones, nous avons établi qu’il allait s’agir d’une direction tournante, d’une direction collective, qui donne de l’espace à tous les secteurs qui sont représentés ici. Nous tous, ensemble lamngen, nous allons refonder ce Chili.

Nous devons élargir la démocratie, nous devons élargir la participation, nous devons convoquer tous les coins du Chili pour voir ce processus, que ce soit un processus transparent, que nous puissions être vus dans tous les coins de notre peuple, et dans nos langues maternelles qui ont été négligées dans tout l’État-nation chilien.

Pour les droits de nos nations autochtones, pour les droits des régions, pour les droits de la terre mère, pour les droits à l’eau, pour les droits des femmes, pour les droits des enfants. Je tiens également à exprimer ma solidarité avec les autres peuples qui souffrent. Nous avons entendu à la télévision ce qui est arrivé aux enfants autochtones du Canada. Il est honteux de voir comment le colonialisme a porté atteinte et attaqué l’avenir des nations originelles. Nous sommes un peuple solidaire, c’est pourquoi, sœur et frère, nous avons pris un pari.
Je tiens à remercier ici, fondamentalement, l’autorité indigène du peuple Mapuche, Machi Francisca Linconao, pour son soutien. En plus de cette gratitude, j’ai aussi une mère, une mère qui me regarde dans ma communauté de Lefeluan. Une mère qui a également permis à cette fille d’être ici aujourd’hui. Gratitude à toutes les mères qui se battent aussi pour l’avenir de leurs enfants, pu lamngen. Enfin, j’adresse mes salutations aux enfants qui nous écoutent.

Que soit fondé un nouveau Chili, pluriel, multilingue, avec toutes les cultures, avec tous les peuples, avec les femmes, avec les territoires. C’est notre rêve pour l’écriture d’une nouvelle Constitution.

 

Mañun pu lamngen, MARRICHIWEW, MARRICHIWEW, MARRICHIWEW!

(Lamngen: frère/sœur
Mari mari: c’est une salutation
MARRICHIWEW: cent fois nous allons vaincre !)