C’est sous les acclamations et les applaudissements que le 421e escadron de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) du Mexique a été reçu ce samedi 4 juillet à Madrid, où ses membres ont livré les « semences confiées » par leur peuple dans la lutte contre l’inégalité.

Lors de la cérémonie d’accueil, dans le Teatro del Barrio central de la capitale espagnole, une centaine de personnes ont accueilli les zapatistes Marijose, Yuli, Ximena, Carolina, Lupita, Bernal et Felipe, qui sont arrivés en Espagne après avoir traversé l’océan Atlantique en bateau.

L’EZLN, devenu un mouvement politique, a pris les armes le 1er janvier 1994 pour protester contre l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et a engagé une confrontation armée avec le gouvernement mexicain pendant 12 jours dans l’État du Chiapas.

À l’occasion du 500e anniversaire de la conquête du Mexique par les Espagnols, les zapatistes sont partis en Europe le 3 mai dernier pour transmettre un message contre « l’inégalité dérivée du système économique et social capitaliste ».

« Aujourd’hui, nous livrons les semences que nos peuples nous ont confiées, nous sommes la première délégation à arriver, mais beaucoup d’autres vont arriver », a déclaré l’indigène Tojolabal Yuli lors de la présentation des représentants de l’EZLN, qui ont pris brièvement la parole.

« Nous sommes très heureux, merci de nous avoir ouvert les portes de votre cœur », a ajouté Marijose.

Parmi les proclamations zapatistes telles que « La lutte continue, Zapata est vivant », les offrandes sous forme de musique des groupes Puerto Vaivén et Calle 7, la poésie, l’humour et les mots d’affection des représentants des organisations civiles espagnoles ont rempli les quasi deux heures de la rencontre.

Lors de cette étape de leur tournée européenne, qui les mènera à Paris après avoir visité d’autres villes espagnoles, un groupe d’enfants leur a également offert divers cadeaux de bienvenue, comme un bateau en carton imitant celui qui les a amenés en Europe.

Europe « Terre insoumise »

Quelques jours avant son arrivée, le mouvement zapatiste a déclaré que « le nom de cette terre, qu’e l’on nomme aujourd’hui Europe, s’appellera désormais : SLUMIL K’AJXEMK’OP, ce qui signifie Terre Insoumise ».

« C’est ainsi qu’elle sera connue des locaux et des étrangers tant qu’il y aura ici quelqu’un qui n’abandonnera pas, qui ne se vendra pas et qui ne cédera pas », selon les autochtones.

« Nous vous souhaitons la bienvenue depuis la Terre Insoumise, vous nous avez fait un cadeau dès votre arrivée car renommer les choses nous donne de nouveaux imaginaires et de nouveaux cadres de pensée », a déclaré Monica Gortayre, de la Commission Migration et Antiracisme du mouvement féministe 8M, chargée de présenter l’événement

Gortayre a voulu expliquer la situation actuelle dans la capitale espagnole après les mois les plus durs de la pandémie.

« Madrid vous accueille dans la lutte », a-t-elle souligné, « pour défendre nos centres de santé, une assistance sanitaire et une éducation publique, gratuites et de qualité, contre les expulsions et les renvois, contre la destruction des quartiers et du tissu associatif ».

Sous un fronton portant la phrase « Bienvenue les zapatistes, Madrid vous embrasse », Pablo Mayoral, victime de la dictature franquiste espagnole a remercié l’EZLN pour sa visite et a affirmé que son arrivée a permis aux mouvements de mémoire historique espagnols et mexicains de « se connaître à nouveau ».

« Votre visite nous a réunis, nous avons appris à nous connaître à nouveau et à avancer, nous continuons à lutter contre la dictature de Franco parce que malheureusement elle est toujours présente dans les institutions », a déclaré Mayoral, qui a également rappelé que les victimes de la dictature ont dû se rendre dans d’autres pays « à la recherche de la justice. »

« Votre visite nous encourage à continuer, ici personne n’abandonne », a-t-il déclaré.

Étaient également présents des représentants des mouvements LGBTI, qui ont remis un drapeau de ce mouvement à l’une des zapatistes.

Tatiana Romero, représentante de la Plate-forme des rencontres de Bolleros, a célébré la venue des zapatistes le 1er janvier 1994, et a souligné leur contribution à l’égalité des sexes : « Cela a changé nos vies ».

« Nous sommes reconnaissants que vous ayez traversé les mers et nous ayez apporté les graines de l’espoir, nous voulons écouter, échanger et apprendre, parce que notre lutte est aussi celle pour la vie, contre l’hydre capitaliste, parce que nous savons qu’en allant lentement nous allons loin », a-t-il déclaré.

Après la rencontre, qui s’est terminée au rythme de la musique latine, l’escadron a été accueilli par des personnes qui n’avaient pas pu assister à l’événement pour des raisons de places, et qui se sont rassemblées sur une place voisine pour le suivre de manière virtuelle.

 

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet

L’article original est accessible ici