Siddhartha (Réseau mondial Dialogues en humanité)

Je suis Siddhartha de l’Inde, membre du réseau mondial Dialogues en Humanité. Avec d’autres femmes et hommes qui représentent des réseaux actifs au niveau mondial, je participe à l’expérience d’un Conseil de Sagesse des Peuples de la Terre. Cette expérience a commencé le 29 mai, 2021, proposée par la Multiconvergence des Réseaux Mondiaux. Celle-ci organise un Parlement de la Citoyenneté Planétaire au sein des Réseaux, avec deux chambres : le Conseil et l’Assemblée de la Citoyenneté Planétaire. La prochaine réunion aura lieu le 31 juillet. Vous pouvez trouver l’histoire du processus et les idées de cette expérience ici.

 

Nous traversons un moment difficile.

A la fois de l’espoir et le désespoir se profilent à l’horizon.

Jamais auparavant l’humanité n’a été confrontée à tant de problèmes d’une telle ampleur au même moment. Deux des plus importants sont la justice sociale et le changement climatique.

Dans le cadre de la justice, nous constatons, partout dans le monde, que les droits des personnes (femmes, paysans, peuples indigènes, minorités religieuses et autres, militants des droits de l’homme et intellectuels, et autres) sont régulièrement bafoués ou supprimés. Malheureusement, certains de ceux qui subissent l’injustice sont cooptés par les mêmes dirigeants qu’ils suivent aveuglément. Pire encore, sur la liste des gouvernements autoritaires, nous trouvons également l’impitoyabilité de régimes qui se prétendent socialistes.

Et en ce qui concerne la crise climatique, il existe un éventail de personnes qui vont depuis les partisans du changement progressif jusqu’à ceux qui mettent l’accent sur la sixième extinction. Quoi qu’il en soit, il semble certain que les choses ne feront qu’empirer si rien n’est fait (récemment, les températures dans l’ouest des États-Unis et du Canada ont oscillé entre 45° et 50º. Le changement climatique affectera chaque citoyen de la planète, où qu’il se trouve).

Pour certains d’entre nous existait la fervente conviction que des changements structurels étaient nécessaires pour inaugurer une ère de paix et de justice. Cette conviction est encore plus valable aujourd’hui.

Entretemps, certains n’ont pas accordé suffisamment d’attention aux valeurs et aux attitudes, ainsi qu’aux changements de comportement qui les accompagnent, nécessaires pour provoquer les changements structurels si indispensables. Inutile d’ajouter que nombre d’entre nous ont longtemps critiqué la tendance qui affirme : « les changements structurels d’abord, les changements de valeurs et de comportements ensuite« .

Un autre point important à souligner : D’après mon expérience, les activistes sociaux parlent rarement de la dimension personnelle : ce qu’ils ressentent (à la fois espoir et désespoir, confusion quant aux stratégies futures, épuisement, etc.) et les tensions d’être « humain », etc. ) et les tensions liées au fait d’être « humain » dans la logique souvent contradictoire des institutions et des mouvements, etc. On a même pensé qu’il serait embarrassant d’évoquer ces questions personnelles, de peur d’être interprétées comme un comportement « incorrect », ce qui pourrait nuire aux objectifs à atteindre.

Le temps est probablement compté. J’utilise souvent l’analogie d’un bateau qui est sur le point de faire naufrage. Toutes les personnes concernées doivent faire de leur mieux pour empêcher le navire de couler, en pompant l’eau, en réparant les dégâts, en remettant l’électricité en marche, etc. Ce n’est pas le moment de se demander s’il y a des défauts dans la conception du navire, si une meilleure conception aurait pu empêcher une tragédie imminente. Mais pour un observateur objectif, il est clair que les passagers doivent être sauvés en priorité. Construire un navire avec une meilleure conception est important, mais peut être envisagé plus tard.

Il devrait en être de même pour les objectifs qui nous tiennent à cœur. Nous devons envisager à la fois le court terme et le long terme. (Certains pourraient même ajouter le moyen terme). Si nous devons continuer à travailler sur nos objectifs et notre vision – qui nous sont si chers – dans une perspective à long terme d’ouverture d’alternatives, nous pouvons également envisager des objectifs à court terme pour éviter le naufrage. L’une de ces stratégies consiste à rechercher des espaces et des ouvertures en dehors de nos horizons habituels, lorsqu’ils existent, qui peuvent nous permettre d’établir des liens avec des personnes qui ne nous ressemblent pas, afin de susciter le changement. Nous ne devons pas être d’accord sur tout, mais nous pouvons avancer pour obtenir des résultats concrets. Même si ce n’est pas toujours facile, il est possible d’engager le dialogue avec quelques personnes de l’autre camp, sur des questions telles que la crise de l’eau, les dangers des pesticides pour la santé, la nécessité d’accroître rapidement l’utilisation des énergies renouvelables, etc.

Pour ne citer qu’un domaine : une fraction des personnes issues des grandes religions a publié des déclarations sur la lutte contre le changement climatique. Serait-il également possible de s’engager auprès d’un plus grand nombre de dirigeants, qui ne partagent peut-être pas entièrement nos valeurs et nos croyances, pour nous rencontrer à mi-chemin dans la lutte contre la crise climatique… ou pour promouvoir la résolution et la transformation des conflits interreligieux ?

Pour continuer sur ce point, outre l’objectif à long terme de promouvoir un parlement des citoyens, nous pouvons également envisager un certain nombre d’objectifs à court terme qui conduisent au dialogue et à la transformation, qui nous aident à traverser les frontières sans perdre nos convictions. Lorsque vous rencontrez quelqu’un sur un pont, avec des points de vue différents, vous pouvez écouter, discuter et, si les choses se passent bien, parvenir à un accord provisoire. Aucun de vous n’est obligé de passer de l’autre côté, mais vous pouvez tous deux vous rencontrer au milieu.

Serait-il donc possible d’envisager un nombre (4), qui conduise à la réalisation d’objectifs à court terme par le dialogue, la négociation et le plaidoyer, tout en maintenant l’objectif à long terme du parlement des citoyens ? Beaucoup d’entre nous ne vivront pas jusqu’en 2045 (année du centenaire des Nations unies), mais nous pouvons y travailler et, en même temps, empêcher le navire de faire naufrage à court terme. Bien entendu, ces objectifs à court terme devront être élaborés en étroite collaboration avec nos mouvements spécifiques traitant de questions telles que l’eau, la sécurité alimentaire, les relations entre les sexes, le leadership des jeunes, la résolution des conflits interreligieux, les droits des peuples autochtones, etc.

Nous sommes clairement engagés dans la communication et l’action non-violentes. Comme le dit souvent mon ami Ivan Maltcheff, nous devons aussi apprendre à sincèrement écouter l’autre partie. Il s’agit d’une condition préalable. Pour ma part, je me laisse souvent emporter par ma propre voix, et il m’arrive souvent de ne pas bien écouter. Je constate que je n’ai pas le calme intérieur nécessaire pour parvenir à la clarté dans mes actions et mes relations interpersonnelles. Parfois, je me sens mieux, et j’agis mieux, lorsque je pratique le pranayama (méditation respiratoire) pendant quelques minutes chaque matin. A d’autres moments, je chante, et cela semble m’aider. Je ne suis pas religieux, mais je trouve que toute forme de pratique spirituelle séculaire est précieuse pour apporter un certain calme intérieur. J’ai des amis qui sont inspirés et motivés par leurs convictions religieuses « libératrices ». Je constate également que pour certains militants et penseurs laïques, cela n’est peut-être pas nécessaire, car ils ont déjà le don de la conscience de soi et de la compassion naturelles (je le pense sincèrement).

En « agissant », nous restons dans l’ici et maintenant de l’Espérance. Nous faisons de notre mieux. Comme le dit la notion hindoue de Nishkama Karma, nous devons agir maintenant, sans nous attacher aux fruits de notre action. Il est impératif et éthique d’agir maintenant, même si nous ne vivrons pas pour voir les résultats de nos actions.

Voilà quelques réflexions que je voudrais partager avec vous tous. Nous pourrons en discuter, si le temps le permet, à la fin du mois de juillet 2021.