Il ne sert plus à rien de prévoir de vivre dans un monde au bord de la catastrophe. Plus que l’argent et le prestige, les jeunes semblent miser sur la réinvention d’eux-mêmes et de la planète : avec les connaissances ancestrales et la technologie, le féminisme et la construction du Commun.

J’écris ce texte en solidarité avec vous qui voyez aujourd’hui le monde des adultes avec appréhension et que vous interrogez sur l’avenir. Je vous demande la permission d’offrir mon expérience de professeure d’histoire et de chercheuse sur le futur, ce qui m´a conduit à écrire le livre “Auroville, 2046. Après la fin d’un monde”. J’ai 55 ans, j’ai deux enfants qui sont de jeunes adultes, et je suis témoin de l’intense prise de conscience des jeunes de ce qui nous attend, bien avant qu’ils n’atteignent mon âge. Les témoignages sont touchants et la pandémie de Covid-19 a été un accélérateur de cette clairvoyance : si un virus peut faire ce qu’il a fait dans le monde, imaginez toutes les tragédies annoncées par les scientifiques, comme le changement climatique.

Je veux commencer par partager un épisode visionnaire qui s’est produit il y a vingt ans avec un jeune et brillant étudiant, qui a écrit sous ma supervision une monographie sur le développement urbain de la petite communauté alternative de Capão, dans la Chapada Diamantina. Son travail dévoué et compétent lui a valu une chaleureuse approbation du jury du cours d’urbanisme de l’Universidade do Estado da Bahia. Comme d’habitude, le superviseur embrasse l’étudiant en lui souhaitant la bienvenue dans le monde des chercheurs et chercheuses, où il est entré avec un talent évident. Lorsque je l’ai interrogé sur ses projets d’avenir, sur un éventuel master, il m’a surpris en disant qu’il vivrait à Capão et serait probablement guide touristique. Étonné, je lui ai dit qu’il était très intelligent et talentueux et qu’il pourrait devenir professeur, ce à quoi il a répondu quelque chose comme « Prof ? Si je suis si intelligent, je ne peux pas planifier ma vie pour servir ce monde en décomposition ».

Cet épisode m’a marqué car, bien qu’à l’époque je dirigeais un vaste programme visant à encourager la consommation consciente dans les universités brésiliennes, je n’avais pas cette clarté quant à l’avenir. C’est en suivant le parcours de mon élève – qui mène aujourd’hui une vie simple et heureuse à Capão – que j’aborderai la question de l’avenir des jeunes. Si je peux vous donner un conseil pour commencer, je dirais : ne planifiez pas de carrières et de réalisations liées au monde tel qu’il est – ou était, avant la pandémie – car il n’existera plus et ce choix ne sera pas bénéfique pour vous, ni pour la Vie.

Faire face à la « fin du monde » n’est pas une perspective facile à affronter, mais je peux vous assurer que si les perspectives sont sombres, il est également possible de voir la lumière approcher. Comme nous le rappellent les anciens, après chaque nuit vient un matin. Si les mots d’ordre du futur proche seront probablement déstructuration et incertitude, ils seraient aussi résilience et créativité. Lorsque la barbarie frappera à la porte, nous serons obligés de régénérer, et face à un déséquilibre de grande ampleur, seule la coopération nous permettra de renaître en tant que civilisation. La coopération sera aussi un mot d’ordre de l’avenir et c’est prometteur, mais cela demandera du courage et de la détermination. Et aussi le développement de compétences très féminines, telles que le soin et l’accueil, qui permettent de construire des réseaux d’affection, d’amitiés, de famille et de solidarité avec la famille humaine et avec la Nature.

Malgré les catastrophes qui sont implicites dans l’idée de la génération de la fin du monde, on peut aussi y voir une grande libération pour la jeunesse. Ils seront la première génération qui n’aura pas besoin, ni la possibilité, de se formater au monde de leurs parents, une option ennuyeuse pour tout jeune ayant de l’imagination. Et c´est dommage de penser que nombreux sont ceux dont la vie et la carrière professionnelle ont été guidées par l´impératif de se conformer… qu’il s’agisse du marché, pour travailler là où l’on gagne potentiellement plus d’argent, ou qu’il s’agisse du prestige, pour suivre les traces de la famille, pour hériter du respect, de conditions différenciées et d’une rémunération élevée.

Dans ces anciens chemins où les jeunes hommes et femmes projetaient leur avenir, bien souvent des attentes ont été frustrées et du malheur a été créé, en raison de la trahison des talents individuels. Quoi qu’il en soit, les attentes en matière d’argent et de prestige ont toujours été le fait d’une minorité, laissant l’écrasante majorité frustrée et malheureuse. Aujourd’hui, ils sont une chimère accessible peut-être seulement à quelques jeunes issus de familles qui parviennent malgré tout à sauver leur fortune et à financer ainsi la « prospérité » d’une autre génération. Au cours de l’histoire, de nombreux jeunes ont dû renoncer à leurs talents – mais aussi à leurs choix sexuels, à leurs penchants artistiques et à leurs rêves les plus créatifs – afin de s’intégrer dans leur communauté d’origine. Aujourd’hui, en raison de l’impact de l’incertitude, ils ont tendance à être plus libres de choisir leur propre voie.

Les rêves de « succès », de « carrières réussies », d’enrichissement et de prestige, ont été stimulés par la culture capitaliste qui a construit le désastre auquel nous assistons. Le modèle du marché, où le seul objectif est le profit, n’est pas résilient, surtout à l’heure de tant de transformations. Face au changement radical que l’avenir apportera certainement, il est insensé de gaspiller l’intelligence et le talent des jeunes dans des perspectives traditionnelles. Dans un monde en reconstruction, toute l’énergie et la créativité des jeunes seront les bienvenues, surtout s’ils acceptent l’avenir comme incertain et développent donc la résilience – cette capacité à s’accommoder des chocs de la vie en retirant de l’existence ce qui est le plus important : l’apprentissage, l’amour, la plénitude, la joie de vivre.

Il est très probable que la prospérité de l’avenir sera conçue différemment. Elle sera beaucoup plus liée à l’idée de pouvoir régénérer la Nature et les relations humaines sur une base durable. Produire des aliments sains, de l’eau propre, de l’air pur, reconstituer les sols et les forêts, recréer la biodiversité – la grande richesse du monde – sera beaucoup plus prestigieux à l’avenir. Construire des relations humaines solides, solidaires, avec des personnes proches et lointaines – sera valorisé. Être artiste, apporter au monde plus de fantaisie, des possibilités insoupçonnées, des plongées dans l’âme… Tout cela sera précieux et beaucoup plus valorisé, donnant aux jeunes plus d’arguments pour se rebeller, comme ils l’ont toujours fait, mais apportant une nouvelle légitimité : s’affirmer au service du monde en faisant ce que son âme demande.

Le mot incertitude apparaîtra beaucoup plus dans nos vies et nous apprendrons enfin à quel point vouloir contrôler la vie est une illusion. Mieux vaut être ouvert à l’imprévu et en tirer le meilleur parti. Lorsque les systèmes sont déstabilisés, en particulier le système terrestre, les prédictions sont plus difficiles, même avec toutes les avancées technologiques. Je passe à un deuxième conseil, si vous me le permettez encore : je recommande vivement aux jeunes de développer leur intuition, cette capacité humaine considérée comme féminine, si peu utilisée, voire méprisée. L’intuition est une sorte de vision intime, rendue possible lorsque l’esprit et le cœur sont en harmonie. Elle implique le corps et l’âme, et grâce à l’intuition, il est possible de choisir la meilleure voie face à l’incertitude, au doute et à la peur. Cette capacité peut être développée par des exercices quotidiens, lorsque l’esprit est apaisé et que d’autres sagesses sont mises à notre service. Elle sera un facteur important pour accroître la résilience et la sérénité nécessaires pour écouter la plus grande sagesse face à l’adversité et aux possibilités. C’est aussi une grande amie de la créativité et donc de l’art, de la science et de l’invention.

Une importante potentialité de l’avenir peut déjà être expérimentée aujourd’hui : apprendre par l’internet, en profitant de l’esprit de coopération qui y règne et qui est naturel chez les êtres humains. Cet esprit est largement pratiqué par de nombreuses communautés alternatives. Aujourd’hui, ces groupements humains, où les écovillages se distinguent, sont déjà engagés dans divers modes économiques gagnant-gagnant de partage et de redistribution ; dans des modes régénératifs de relation avec la nature pour produire de la nourriture et des forêts ; dans des modes intégratifs d’éducation et de santé qui s’appuient sur la sagesse innée des enfants et de nos corps pour apprendre et rester en bonne santé ; dans les pratiques collaboratives de connaissance de soi qui reposent sur l’idée de se transformer pour transformer le monde ; dans la gouvernance démocratique de collectifs locaux qui inspirent des transformations à plus grande échelle ; dans la modération de la consommation exigée par l’impératif du zéro déchet pour éviter l’écocide ; dans les technologies écologiques et collaboratives open source, les creative commons, etc.

Il est très probable qu’à l’avenir, il y aura de nombreuses pénuries de ce qui était commun, en raison de la succession de crises prévisibles de nourriture, d’eau, de carburant, de la volatilité de l’argent, des restrictions à la mobilité, etc. Dans ce cas, ce qui était abondant et nuisible va heureusement disparaître peu à peu : pétrole, plastiques, objets jetables, déchets, superficialité, concurrence exacerbée, consommation insensée. Nous ouvrirons nos yeux pour voir l’abondance là où elle était insoupçonnée. Toutes les possibilités de recyclage qui transforment les déchets en objets utiles seront valorisées dans le monde où les décharges et les sites d’enfouissement seront des trésors. Ainsi, ce qui était peu valorisé par le « marché roi », ce qui rapporte peu ou pas d’argent, mais qui donne un sens à la vie, deviendra essentiel : le travail manuel, le travail de la terre, les arts en général. Et aussi ce qui n’apporte aucune richesse matérielle : la contemplation, le calme, ne rien faire, l’interaction heureuse entre amis.

Pensez, chers jeunes, quel monde appétissant peut venir… Un monde dans lequel les « technologies intérieures » du rêve de Mirra Alfassa pour le plus connu des écovillages, Auroville, deviennent des chemins d’évolution. La « Mère » d’Auroville a dit qu’un temps viendrait où nous harmoniserions nos réalisations extérieures – les incroyables technologies inventées par l’humanité pour traiter le monde extérieur – avec des technologies intérieures, des moyens ingénieux et sensibles de traiter le monde du dedans. Cet immense univers qui est à l’intérieur de chacun d’entre nous est interconnecté avec les autres et peut évoluer. C’est ce que Gustav Jung nous a dit dans son concept d’inconscient collectif, ce que Rupert Sheldrake nous dit aujourd’hui dans son concept de champs morphogénétiques, ou ce que les sagesses ancestrales nous ont toujours dit. L’évolution va dans le sens d’un plus grand amour et l’histoire humaine elle-même le montre, si nous suivons l’évolution historique de l’idée du droit à la vie, par exemple.

Vous, les jeunes d’aujourd’hui, pouvez aider l’humanité à faire de grands pas vers la bonté. Je vous invite, chers jeunes, à ouvrir les yeux pour voir des personnes et des communautés qui vivent déjà le post-capitalisme depuis des années, voire des décennies. En fait, ces communautés n’ont fait qu’actualiser des concepts présents dans les modes de vie des cultures d’origine qui ont été étouffées par le colonialisme. Ils ont compris que l’harmonie entre nous et la Terre, entre nous et les autres, et entre les différentes parties de nous-mêmes – corps, âme, cœur et esprit – est le seul moyen de survivre ensemble et de s’épanouir subjectivement et matériellement. Et d’être heureux et de permettre aux autres de l’être aussi. Le monde est en train d’échouer, mais aussi de recommencer, et vous ferez cette histoire non seulement en surmontant le capitalisme, mais aussi le patriarcat.

L’endroit où vous vous trouvez sera également très important pour les opportunités. Jusqu’à présent, les grandes villes et les mégapoles étaient le lieu de ces opportunités, mais ce sont des structures lourdes et dépendantes, avec une très faible résilience, non durables. Elles sont de plus en plus chères, polluées, encombrées, violentes, et rien à l’horizon ne laisse présager une amélioration de la situation. Au contraire. Les villes moyennes et petites, les écovillages, la vie à la campagne, tous offrent une plus grande résilience aux problèmes environnementaux, économiques, sociaux, politiques… Avoir une ceinture verte permet de se nourrir plus facilement, avoir un gouvernement plus proche favorise la démocratie, avoir des familles et des amis plus proches favorise la coopération, et la vie de quartier est beaucoup plus intense dans les petits espaces urbains.

Une économie de proximité est plus solide, les circuits dits courts renforcent l’économie locale et distribuent les revenus. C’est pourquoi il y aura une tendance à la décentralisation, même dans les grandes villes. Avec la pandémie et l’accélération du travail à distance, via les technologies numériques, des millions de personnes ont quitté les villes et se sont installées dans des lieux plus calmes tout en conservant la possibilité de travailler et d’interagir. Lorsqu’ils devaient rester isolés chez eux, les gens profitaient beaucoup plus du commerce local et des relations de voisinage. Tout cela a déjà un impact sur l’avenir, montrant qu’il existe des moyens de s’en sortir alors que l’accumulation des crises transforme les mégapoles en lieux présentant beaucoup plus de problèmes que d’opportunités.

Cette rareté de ce qui était abondant et cette abondance de ce qui était utile mais ignoré tend à être une caractéristique de l’avenir. Je donne comme exemple la question de l’alimentation en apportant quelque chose qui aujourd’hui a déjà du succès parmi les jeunes les plus créatifs : les incroyables comestibles, ou les PANCs en brésilien – Plantas Alimentícias Não Conventionales – ou les Incredible Edible, en anglais. Vous savez cette petite plante qui est au coin de la rue, résistante et qui pousse sans soin ? Elle peut être un incroyable comestible très nourrissante. Lorsque la science nous apprend qu’en raison du changement climatique, il sera difficile de continuer à cultiver les aliments auxquels nous sommes habitués dans les endroits où ils ont toujours été cultivés, nous pouvons ouvrir les yeux sur d’autres possibilités nutritives. C’est ce qui se passe aujourd’hui dans de nombreuses régions de l’Inde avec le riz, l’aliment national. De nombreuses expériences sont menées pour le remplacer par du millet, une céréale beaucoup plus nutritive et résistante au changement climatique, qui était autrefois négligée, qui nécessite beaucoup moins d’eau et fournit beaucoup plus de nutriments que le riz.

C’est lorsque la catastrophe devient une anastrophe, la reconstruction, que chaque jeune peut trouver le lieu de la joie de faire ce qu’il aime et ainsi servir le monde, sans choisir une carrière pour le prestige et l’argent, comme cela a été fait pendant des générations. Sans faire des choix de vie dictés par le poids écrasant des générations passées, mais en s’inspirant simplement de ce qu’ils ont fait et que vous admirez et honorez. Vous serez les jardiniers de demain, les jardiniers DU demain, qui savent se régénérer, qui traitent les conflits avec le cœur et non le foie, qui perçoivent que chaque geste individuel construit le monde collectif. Que le monde intérieur se reflète dans le monde extérieur. Et qui s’engagent à faire le meilleur pour eux-mêmes, pour faire le meilleur pour le monde. Je vous fais confiance et je vous souhaite également bonne chance. Nous sommes ensemble.

L’article original est accessible ici