Le délégué sahraoui pour l’Espagne, Abdulah Arabi, a expliqué ce vendredi la signification de la Marche pour la liberté du peuple sahraoui, à l’occasion de son arrivée à la Puerta del Sol à Madrid, que nous transcrivons également ci-dessous.

De là, les marcheurs se sont rendus au ministère des Affaires étrangères, où un manifeste comportant des milliers de signatures a été remis, exhortant le gouvernement espagnol à assumer sa responsabilité historique envers le peuple sahraoui, avec ce qui constituait sa 53e province, et à tout faire pour faciliter l’autodétermination du Sahara occidental sur la base du droit international.

Pour voir la vidéo ( 1′ 15′′ ) sur un ordinateur avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Transcription

Il s’agit d’une marche pour la liberté du peuple sahraoui qui a surgi comme une réponse spontanée de la société civile espagnole en raison de cette lassitude et de cette fatigue, après avoir vu que le peuple sahraoui avait enduré 29 ans en pariant sur la paix, et que le Maroc a finalement violé le cessez-le-feu.

Il s’agit donc de l’aboutissement d’un processus de dénonciation de la part de la société espagnole et de la demande faite à son gouvernement d’assumer ses responsabilités concernant le Sahara occidental. Il existe un manifeste, et des signatures ont été recueillies pendant tous ces mois, qui sera remis au gouvernement espagnol, dans lequel la société espagnole exprime son rejet de l’inaction de la communauté internationale et exige un rôle ferme du gouvernement espagnol pour aider à trouver une solution pour le peuple sahraoui dès que possible, mais en respectant le droit international et la légalité internationale.

Nous sommes en guerre en raison de la violation du cessez-le-feu par le Maroc et nous faisons également face aux conséquences de la pandémie, qui continue d’exister dans les camps de réfugiés sahraouis et nous sommes prêts à poursuivre notre lutte jusqu’à ce que nous imposions nos objectifs finaux de liberté et d’indépendance.