Un nouveau sondage publié par Recherche Nanos le 6 avril 2021 montre un fort soutien à l’interdiction des armes nucléaires au Canada, 74 % des répondants exprimant leur soutien à l’adhésion de leur pays au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. L’enquête a été publiée quelques jours après que Montréal et White Rock soient devenues les 13e et 14e villes canadiennes à se joindre à l’initiative du ‘conseil municipal contre les armes nucléaires’ lancée par ICAN [City Appeal] et démontre qu’il existe actuellement un élan en faveur de l’interdiction des armes nucléaires au Canada.

Ce sondage prouve que la population canadienne est plus engagée que jamais en faveur du désarmement nucléaire. Parmi les personnes interrogées, 80 % sont d’accord pour dire que « le monde doit s’efforcer d’éliminer les armes nucléaires » et 74 % pensent que « le Canada devrait adhérer au Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires, même si, en tant que membre de l’OTAN, il peut subir des pressions de la part des États-Unis pour ne pas le faire. »

Le gouvernement du Canada a jusqu’à présent refusé de demander une étude parlementaire du traité ou un débat parlementaire sur la politique de désarmement nucléaire du Canada, mais la pression monte. Le sondage a révélé que plus de 75% des personnes interrogées souhaitent un débat au Parlement sur la question et que seulement 14% soutiennent la politique actuelle du gouvernement. Voir les résultats complets du sondage ici.

« Il est extrêmement gratifiant de constater que la sensibilisation du public canadien a augmenté de façon si significative », a déclaré Setsuko Thurlow, survivante d’Hiroshima. « J’aimerais témoigner devant un comité parlementaire de ce que j’ai vu en tant que survivant d’Hiroshima et aider les membres du Parlement à discuter du rôle que le Canada peut jouer dans l’abolition des armes nucléaires. »

Le niveau élevé de soutien parmi les Canadiens est similaire au niveau élevé de soutien au traité exprimé dans les autres pays membres de l’alliance de l’OTAN. Il est clair que l’opinion publique souhaite que les États de l’OTAN rejoignent le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires TIAN. Étant donné qu’il n’existe aucun obstacle juridique à l’adhésion des États de l’OTAN au traité, il est grand temps que leurs dirigeants suivent la volonté de leurs citoyens.

L’article original est accessible ici