Depuis trois ans, Pressenza soutient l’Institut international du théâtre (IATI) à l’occasion de la célébration du Mois de l’histoire des femmes. À cette occasion, l’IATI présentera des pièces en un acte écrites par des femmes de LatinX. Nous avons l’occasion de nous entretenir avec Silvia Navarro Perramón, l’une des dramaturges, et d’explorer la signification de son travail.

Jhon Sanchez : Tu es de retour au pays. Puis-je te souhaiter la bienvenue à New York? Parle-nous de toi et de ta carrière, depuis tes études en sociologie à Barcelone et tes études théâtrales, jusqu’à aujourd’hui.

Silvia Navarro Perramón : Merci beaucoup pour votre aimable accueil ! C’est un réel plaisir de travailler à nouveau à New York et au théâtre IATI. J’ai étudié la sociologie à Barcelone quand j’avais environ 20 ans et je pense que je l’ai fait parce que je voulais mieux comprendre les relations et la dynamique entre les gens. Je pense que j’ai décidé d’étudier le théâtre pour la même raison. Je sais que ce que j’ai appris pendant mes études constitue l’épine dorsale de mon travail d’auteure. Vers l’âge de trente ans, j’ai décidé que je voulais étudier la mise en scène et l’écriture dramatique à l’Institut du théâtre de Barcelone. J’ai quitté mon emploi et je me suis inscrite aux examens d’entrée, et j’ai été acceptée! À la fin de mes études, j’ai eu l’occasion de participer à différents projets avec certains des meilleurs metteurs en scène et dramaturges catalans, des gens qui m’ont inspirée et soutenue pour développer mon propre travail. En 2017, j’ai fait partie du programme « Cimientos » de l’IITA, et partager le développement de nos travaux avec nos pairs a été une expérience très précieuse pour moi. En 2018, j’ai reçu le prix Ciutat de Alcoi pour la pièce « Un touriste se suicide », une pièce sur le tourisme de masse et l’embourgeoisement, et la même année, nous avons fondé ma (notre) compagnie de théâtre La Canina. En 2019, nous avons créé deux productions en même temps que j’étudiais pour une maîtrise en écriture de comédie. L’année dernière, pendant la quarantaine, j’ai beaucoup écrit. Beaucoup. J’ai fait partie du Laboratoire d’écriture théâtrale de la Société générale des auteurs et éditeurs d’Espagne (SGAE) où j’ai pu partager mon travail avec de merveilleux dramaturges espagnols et j’ai également eu l’honneur de recevoir le prix Frederic Roda du théâtre pour la pièce « Negativos » sur Gerda Taro et Robert Capa. Maintenant, j’ai hâte de voir quelle sera la prochaine aventure!

JS : En tant que femme, quels thèmes abordes-tu dans tes pièces?

SNP : En tant que femme, je m’intéresse au développement de personnages féminins forts, puissants et complexes, mais comme nous parlons de thèmes, je suppose que je devrais dire que le « jeu » dans mes pièces est généralement basé sur l’application de théories scientifiques ou sociales à l’action dramatique. Je fais généralement un gros travail de documentation théorique avant de commencer à écrire. Par exemple, dans « 94 minutes », je me suis demandé s’il était possible de créer l’amour parfait en se basant sur des études scientifiques sur l’amour, et dans « Un touriste se suicide », j’ai fait des recherches sur les campagnes publicitaires du tourisme pour parler d’un touriste japonais qui décide de se suicider au milieu des vacances, juste quand il est censé être heureux (ou qu’on lui a promis qu’il le serait). Nous avons une devise à La Canina où nous décrivons notre travail comme « jouer à survivre aux petites catastrophes quotidiennes ».

JS : Penses-tu qu’une pièce de théâtre peut provoquer un changement social et inspirer l’activisme ? Quel est l’objectif d’écrire une pièce de théâtre sur le changement climatique?

SNP : Oui, je pense que le théâtre peut inspirer l’activisme social, c’est sûr, mais en même temps, je ne pense pas que ce soit là le but de « Notre maison en flammes ». Bien sûr, le changement climatique est une question qui me préoccupe, mais je pense que je suis tout aussi préoccupée par la tendance des adultes à ignorer ou à discréditer les désirs et les préoccupations des jeunes. Je pense que c’est une pièce sur l’invisibilisation. Et aussi comment, dans le monde des adultes, nous ne prêtons pas assez attention aux générations futures parce que nous avons tendance à croire qu’en tant qu’adultes, nous savons des choses qu’ils ne savent pas encore. Ou peut-être s’agit-il d’une pièce sur la difficulté de se mettre à la place de quelqu’un d’autre.

JS : Peux-tu nous parler du leadership de jeunes comme Gretta Thunberg et Malala, et de la façon dont leur travail change le monde ? As-tu d’autres exemples de jeunes comme elles que nous devrions suivre ?

SNP : J’admire et je respecte beaucoup le travail et le leadership de ces jeunes femmes. Je me suis également intéressée à des activistes comme Marley Dias ou Amika George. Mais je pense qu’elles sont merveilleuses quand elles parlent d’elles-mêmes et de leurs projets, donc je pense qu’il est préférable que je ne dise rien d’elles et que nous les laissions parler. Qu’elles parlent, et nous, nous écoutons.

JS : Dans ta pièce, « Notre maison en flammes », il y a trois enseignantes qui critiquent une jeune femme pour son activisme contre le changement climatique. En ce qui concerne le changement climatique, le conflit entre enseignants et élèves est-il un problème générationnel ? Si oui, comment le genre joue-t-il un rôle ?

SNP : Je pense que les enseignantes ne critiquent pas la fille en raison de son activisme contre le changement climatique, ce qu’elles critiquent c’est le fait qu’elles sèchent les cours. Dans leur liste de priorités, l’école est le lieu où l’on apprend des choses sur le monde et non dans le monde lui-même. Il est donc évident que la fille et les enseignantes (ou du moins deux d’entre elles, la troisième s’exprime en faveur de la fille) ne veulent pas ou ne savent pas comment essayer de comprendre l’élève. Il y a un débat générationnel. Et en même temps, il y a une perspective de genre parce que nous parlons d’invisibilisation. D’une femme, d’une jeune femme. Sans s’en rendre compte, les deux enseignantes rendent l’élève invisible. Il y a un moment où elles parlent de Rosalind Franklyn et toutes les trois affirment que l’invisibilisation dont elle a souffert est intolérable alors qu’inconsciemment, elles font la même chose, elles enlèvent de la valeur à l’effort d’une autre femme.

JS : Un de tes personnages dit : « L’invisibilité nourrit l’oubli. » Qu’en penses-tu ?

SNP : Oui, malheureusement, je pense que c’est vrai. J’ai beaucoup appris sur l’invisibilisation des femmes lorsque je me suis documentée pour ma dernière pièce, « Negativos » sur Gerda Taro et Robert Capa. Capa est un personnage inventé par Gerta Pohorylle et Endre Friedmann afin de vendre ses photographies à un meilleur prix. Elle changé son nom en Gerda Taro et a été une merveilleuse photojournaliste. Très très bonne. Mais elle est morte très jeune et il n’a rien fait pour lui donner le crédit de son travail. Il a conservé le personnage. Pendant longtemps, Capa a été le totem du photojournalisme et elle n’a jamais été mentionnée. Quand on fait un peu de recherches, on se rend compte que beaucoup de femmes ont vécu la même chose. Elles ont travaillé dur, elles ont réussi et l’histoire les a effacées. Pourquoi ? Pourquoi ont-elles été mises de côté ? Pourquoi y a-t-il tant de noms d’hommes dans les livres d’histoire et si peu de noms de femmes ?

JS : Peux-tu nous parler de Rosalind Franklyn et des raisons pour lesquelles tu as introduit son histoire dans la pièce ? Attires-tu l’attention sur les liens entre la crise du changement climatique et la discrimination sexuelle ?

SNP : La même chose qui est arrivée à Gerda Taro est arrivée à Rosalind Franklyn. Elle a été rendue invisible. C’est pourquoi elle apparaît également dans la pièce. C’était une femme brillante, elle méritait d’être entendue. Comme Greta et tant d’autres femmes qui élèvent la voix. Écoutons-les. Donnons de la valeur à leurs paroles.

JS : Ton prochain projet a-t-il le même ton social et politique ? Écris-tu parce que tu veux avoir un impact politique ?

SNP : Non, je n’écris pas en pensant que mes pièces auront un impact politique quelconque. Je ne songerais jamais à qualifier mes œuvres ou mon travail de politique. La politique me fait peur la plupart du temps. Tu me demandes s’il y a de la politique dans mes pièces? Oui. En fin de compte, il y a de la politique dans tous les aspects de la vie. Mais mes œuvres sont, comme je l’ai dit précédemment, « la survie face aux petites catastrophes ». Mon prochain projet est de terminer une pièce sur le syndrome de l’imposteur. Je pense que ce sera une pièce un peu folle. Une sorte de road movie.

Informations sur l’événement
Une fête inclusive pour célébrer le Mois de l’histoire des femmes

Mot-clic : #WHM2021
Date : 21 mars 2021 (de 15 h à 17 h)
Lieu :
Lien Zoom Bientôt disponible


Sílvia Navarro Perramón est diplômée en sociologie de l’Université de Barcelone et en metteuse en scène et dramaturgie de l’Institut del Teatre, dans la même capitale catalane. Elle a déjà reçu d’autres prix et a créé des pièces de théâtre, ainsi qu’écrit des pièces, travaillant comme scénariste, metteuse en scène et assistante metteuse en scène.

 

Traduction de l’espagnol, Silvia Benítez