Aborder les héritages du colonialisme et de l’esclavage a été un récit de premier plan tout au long de 2020. Un certain nombre d’appels à reconnaître, supprimer, renommer, rapatrier et réparer ont souligné à quel point l’histoire de l’esclavage et de l’exploitation coloniale de la Grande-Bretagne est intégrée et superposée aux constructions dans l’environnement.

Un de ces appels a fait une percée. Le 25 novembre, Ealing Council, dans l’ouest de Londres, a officiellement annoncé qu’il renommait Havelock Road à Southall. C’est l’un parmi des dizaines endroits dans le monde qui portent le nom de chefs militaires britanniques éminents de l’Inde coloniale. Havelock Road est désormais renommé Guru Nanak Road, du nom du fondateur de la foi sikh.

La banlieue londonienne de Southall, dans laquelle les trois quarts de la population locale sont d’origine sud-asiatique, abrite l’une des plus grandes communautés sikhs en dehors de l’Inde. Sur Havelock Road, se trouve le plus grand temple sikh d’Europe, le Sri Guru Singh Sabha Gurdwara.

Que contient un nom ?

En réponse à la campagne de recrutement d’après-guerre de la Grande-Bretagne à travers l’empire et le Commonwealth, des milliers d’immigrants sikhs ont cherché des emplois dans les usines de Southall à partir des années 1950. Cette décision fait suite à l’indépendance et à la partition des Indes, dans laquelle la ligne Radcliffe a divisé le Pendjab en deux. Ce fut une expérience traumatisante et bouleversante pour les habitants de la région, qui eut un impact profond et durable sur la diaspora sud-asiatique.

La vie des communautés d’immigrants grandissantes de la « Petite Inde » de Londres n’était pas facile. Un racisme intense a conduit à des meurtres, des combats de rue et des troubles dans les rues de Southall, en particulier dans les années 1970-80. Au début des années 2000, le statut socio-économique des sikhs de Southall s’est considérablement amélioré et des films comme Joue-la comme Beckham (Bend it Like Beckham) ont encore accru la visibilité de la région. Mais l’inégalité, la marginalisation et la discrimination perdurent à bien des égards.

La forte juxtaposition symbolique entre les gurdwara et les habitants de la région par le biais de leur adresse a été notée bien avant la récente poussée pour « décoloniser » les choses et même bien avant la construction du gurdwara en 2003.

Le député de Southall, Virendra Sharma, est né au Pendjab quatre mois avant la partition et le départ des Britanniques de l’Inde en 1947. Sharma a émigré dans l’ouest de Londres dans les années 1960, devenant conseiller en 1982 et député d’Ealing Southall en 2007.

S’exprimant dans une vidéo récente sur la campagne dans les années 1980, il a déclaré : « J’ai souvent eu honte [que] les noms d’empire imprègnent encore nos rues », ajoutant que « des noms comme Havelock appartiennent aux livres, aux salles de classe et aux musées, et non aux rues à célébrer ».

Également commémoré avec une statue à Trafalgar Square, Henry Havelock était un éminent général de la Compagnie des Indes orientales. Il est devenu célèbre pour sa répression brutale de la rébellion indienne de 1857 à Kanpur, Uttar Pradesh. Avant cela, cependant, il avait combattu les sikhs lors de la première guerre anglo-sikh (1845-1846), qui a abouti à l’annexion par les Britanniques d’une grande partie du territoire punjabi.

Tout le monde n’est pas content

La décision de changer le nom fait suite à un processus de consultation qui a répondu à l’annonce du maire de Londres, en juin de cette année, de nommer une commission chargée d’examiner et d’améliorer la diversité de la représentation communautaire dans les monuments commémoratifs publics de Londres. La consultation du Conseil d’Ealing a abouti à une petite majorité en faveur du changement de nom, bien que les taux de réponse globaux aient été faibles.

L’une des descendantes d’Henry Havelock, Emily McKenzie, s’est félicitée de la nouvelle. Cela me rend vraiment heureuse », a-t-elle écrit. « L’histoire de mon ancêtre fera toujours partie de l’histoire britannique, mais ses proches vivants ont une vision très différente du monde et sont très heureux de célébrer les influences et la culture sikh au Royaume-Uni. »

L’annonce du changement à Havelock Road n’a cependant pas été universellement bien accueillie. Une grande partie du contrecoup fait valoir que c’est le résultat du « politiquement correct » et constitue un « effacement de l’histoire ». Une personne a tweeté: « Quel tas de bêtises. Et si nous allions en Inde et commencions à changer le nom de leurs rues. » Sans surprise, les utilisateurs de Twitter ont réagi par centaines à cette amnésie coloniale réactionnaire, y compris de nombreuses personnes originaires d’Inde où d’innombrables noms de lieux ont été anglicisés, ou entièrement modifiés, en plus de trois siècles.

Les environnements urbains du monde colonisé et le centre impérial reflétaient tous deux – et étaient des outils de – la colonisation. Les espaces civiques symbolisaient le pouvoir de l’État, ses prouesses de développement, sa mission civilisatrice et, finalement, la supériorité supposée du colonisateur. La résistance actuelle à s’attaquer aux héritages de l’impérialisme reflète un sentiment durable et même croissant de fierté et de nostalgie coloniales.

Mais renommer la rue en l’honneur du gourou Nanak s’est également avéré controversé chez certains sikhs. Nanak est considéré comme une icône universelle et inclusive par ceux qui ont suggéré de célébrer son nom à Southall. Cependant, d’autres ont fait valoir que le gourou risquait d’être manqué de respect. Ces personnes affirment que l’abus de drogues et d’alcool, le jeu et la prostitution ont lieu dans la région.

Les opposants sont également préoccupés par le fait que le Conseil d’Ealing se livre simplement à un changement de nom superficiel en réponse aux manifestations houleuses de cet été, mais qu’il ne fait pas grand-chose de concret pour promouvoir le développement de la communauté dans les zones socialement défavorisées de l’arrondissement.Dans le cadre de la nouvelle déclaration publiée le 25 novembre pour annoncer le changement de nom, le Conseil d’Ealing a également réitéré son intention de procéder à un examen de toutes les inégalités structurelles dans l’arrondissement d’ici mai 2021. Mais il reste à voir quels changements pratiques cela apportera.

Retirer le nom d’un colonialiste notoire d’une rue de Southall a clairement une signification symbolique. Selon Sharma :

Le nom de [Havelock] est pour moi, et je suis sûr que pour des millions d’autres Indiens britanniques, des Pakistanais britanniques et des Bangladais britanniques synonyme de meurtre, d’oppression et de brutalité. Cela signifie des souvenirs d’histoires racontées par des parents et des grands-parents sur le fait d’être un citoyen de seconde zone dans votre propre pays.

Mais pour beaucoup, démonter une statue ou une plaque de rue n’est que le début de la décolonisation de la Grande-Bretagne du XXIe siècle.

Laura Hood / Rédacteur politique

 

Traduction de l’anglais, Magali Sette

L’article original est accessible ici