Le 10 décembre, Journée mondiale des Droits humains, la Chambre basse de l’État australien de Victoria a interdit la « thérapie de conversion » (j’utilise des citations car il s’agit d’une pratique qui ne repose sur aucune preuve scientifique et qui n’a rien de thérapeutique).

Il s’agit d’un traitement pseudo-scientifique cruel et dégradant, encore en vigueur dans de nombreux États, qui vise à modifier l’orientation sexuelle d’une personne en passant de l’homosexualité ou de la bisexualité à l’hétérosexualité, également par le biais d’électrochocs.

Le texte approuvé en première lecture prévoit jusqu’à 10 ans de prison pour ceux qui, en violation de la loi, tentent de changer l’orientation sexuelle d’une personne en lui causant un préjudice grave.

Le vote final du Parlement est prévu pour février 2021.