Jessica Atal : « La maltraitance des femmes est un crime universel »

06.11.2020 - Santiago du Chili - Eva Débia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Portugais

Jessica Atal : « La maltraitance des femmes est un crime universel »
Jessica Atal (Crédit image : Iván Petrowitsch)

Nous nous sommes entretenus avec l’écrivain, poète, éditrice et critique littéraire de renom après la publication récente de son dernier livre, « Théorie d’une pratique amoureuse ». A partir de ce thème, Jessica parle des urgences féministes et des appels à repenser la société depuis les droits humains, comme seul bastion de survie possible.

 

Personne ne « veut » parler de féminicide, mais l’urgence croissante de l’évidence a progressivement rendu visible cet éléphant dans le couloir social, un éléphant qui, à ce stade, est si embarrassant qu’il est impossible de l’ignorer. De cette mémoire collective et de la conséquence irréfutable, Jessica Atal lance un appel ferme, un manifeste, une conjuration pour exorciser les inégalités à travers son dernier livre de poèmes, Théorie d’une pratique amoureuse (Editions Bonnefont, 2020). 46 exemples représentatifs des mille et une possibilités d’abus inégaux que la violence de genre a eu tout au long de l’histoire et – nous l’espérons – qu’elle cessera d’avoir à un moment donné dans un avenir proche.

Le féminisme imprègne chaque page de ce livre. Comment s’est déroulé votre parcours pour devenir féministe ?

Ce n’était pas mon intention. Mais j’ai une conscience féministe depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’étais très jeune et il me semblait injuste que les garçons aient plus de liberté, même de bouger et de parler. De plus, ils étaient destinés aux grandes carrières, aux grands emplois, aux grandes idées. Il suffit d’observer l’évolution de l’humanité. L’homme en vint à douter que cette femme possédait une âme. Elle a été privée de lecture, d’études, d’écriture. Elle était confinée à l’espace domestique et aux « devoirs conjugaux ». En bref. L’histoire est bien connue. Bien sûr, tout cela a changé. Nous avons fait quelques progrès. Mais je pense qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, notamment en ce qui concerne la sensibilisation à la violence des hommes envers les femmes.

Jessica précise que « plus qu’un chemin, je crois que le féminisme est une attitude face à la vie. Pour moi, il n’y a pas d’autre moyen de me situer dans le monde. C’est plus que du féminisme. Il s’agit d’une question de droits humains qui va au-delà du genre. C’est pourquoi le titre de l’un des discours les plus célèbres de Chimamanda Ngozi Adichie : « Nous devrions toutes être féministes ». C’est une attitude qui ne devrait pas être adoptée uniquement par les femmes, car elle est liée à l’égalité, à la liberté, à la fraternité. La discrimination et le manque de possibilités ne doivent pas continuer. Et l’abus systématique, tant physique que psychologique, des hommes contre les femmes ne peut pas continuer. C’est l’un des problèmes les plus graves auxquels nous sommes confrontés au niveau mondial ».

En réfléchissant à la genèse de Théorie d’une pratique amoureuse, Atal explique que « ce livre a été conçu comme un besoin de se joindre, depuis la poésie, au cri universel d’avertissement contre la maltraitance des femmes. A l’urgence de dénoncer et d’éradiquer ce crime. Ce n’est pas facile », poursuit-elle, car « cela continue à faire partie de notre culture même au XXIe siècle ». Avec son dernier ouvrage, l’auteur explique que « j’ai voulu tendre, de manière plus directe, un pont, une main vers ces femmes qui font face à la violence des hommes de l’intérieur. Elles ne sont pas seules. Parfois, la littérature nous sauve. J’espère que cette poésie atteindra les mains des femmes qui ont besoin de force et de soutien pour sortir de l’enfer dans lequel elles vivent ».

Avez-vous fait l’expérience de la violence sexiste dans l’espace d’écriture ?

Je ne pense pas l’avoir vécu directement, ou peut-être suis-je trop naïve ! Mais il me semble que dans le monde littéraire, il y aura toujours de la jalousie et de l’envie, comme dans d’autres domaines, et cela dépasse le genre. Les hommes et les femmes occupent des postes de pouvoir et exercent tous deux la violence de manière égale s’ils n’aiment pas votre visage, vos vêtements, votre façon de parler, votre lieu de travail ou la commune où vous vivez. Bien sûr, j’en ai fait l’expérience.

Pourquoi pensez-vous qu’il est toujours aussi important de dénoncer des problèmes aussi contingents que le féminicide ?

La dénonciation est et doit continuer à être fondamentale face au féminicide. Le silence est le pire ennemi pour le combattre. Non seulement en tant que femmes, mais aussi en tant qu’humanité, nous avons le devoir de condamner ce comportement criminel. En plus de dénoncer ces cas de violence brutale, de barbarie et d’irrationalité totales, il est urgent d’éduquer les nouvelles générations à rompre avec les modes de pensée et les comportements qui cautionnent et répondent aux abus envers les femmes.

Livre de dénonciation

Dans Théorie d’une pratique amoureuse, Jessica dialogue, interroge ou génère des clins d’œil avec 46 grandes figures féminines qui, dans leurs disciplines artistiques respectives, ont fait la même proclamation sur la nécessité de mettre fin à la violence de genre, de Sor Juana Inés de la Cruz à Amy Winehouse.

« La vérité est que c’était peut-être une façon d’élargir et de partager ce dialogue – car la littérature est toujours un dialogue – non seulement avec des voix littéraires féminines, mais aussi avec des femmes d’autres domaines de la culture, comme le cinéma et la musique, pour montrer que ce n’est pas seulement ici au Chili ou dans le jardin d’à côté que les femmes vivent les mêmes préoccupations », explique Jessica : « La violence contre les femmes est un crime au niveau universel ».

Chaque poème est accompagné d’une dédicace très personnelle ; comment avez-vous généré la sélection de lien avec chacune des femmes embrassées dans vos poèmes ?

« C’était quelque chose d’assez arbitraire, comme toute sélection. Je sais que j’ai laissé de côté beaucoup de femmes. La liste peut être infinie. Ceux qui sont énumérés ici sont apparus au moment où j’écrivais le livre, soit à cause des lectures de l’époque, soit parce qu’ils ont marqué un moment important de ma vie. Je les chéris tous. Je leur ai donné un espace, même s’il est aussi petit qu’un dévouement, pour que nous continuions, en tant que société, à visualiser leur art, leur travail, leur lutte ».

Bien que l’auteur dédie chaque poème à une femme reconnue qui a été maltraitée ou qui a lutté ou lutte pour la défense des droits des femmes (en complétant les textes par de remarquables photographies d’Isabel Skibsted), Atal note que « le livre entier est dédié à toutes les femmes anonymes qui souffrent de la maltraitance. Avec elles, je veux, plus que tout, établir un dialogue. Avec ces femmes sans nom ni prénom qui se battent seules, qui n’ont plus de force, qui ne savent pas résister et qui ne trouvent pas de soutien autour d’elles. J’espère que ce livre réussira à éveiller une petite réaction dans leurs consciences. Je veux réveiller l’esprit de la louve et du guerrière qui vit en chacune d’elles. J’espère leur donner un mot d’encouragement pour qu’elles décident de ne plus rester silencieuses et de dénoncer l’horreur de ce qu’elles vivent ».

À quel point la poésie peut-elle être révolutionnaire à l’époque où nous vivons ?

La poésie, comme toute la littérature, est toujours révolutionnaire. Ce sera toujours le cas. Autrement, je ne la comprends pas. Et je ne parle pas en termes de propagande politique. Je comprends la révolution de la poésie et de l’art dans le sens où elle fait tomber les barrières du langage, de la forme, du contenu. De révéler une façon originale de voir, de penser, d’exister. L’écriture est révolutionnaire quand elle déstabilise les canons. Lorsqu’elle ose remettre en question le sens ou le non-sens de l’existence. Mais je ne crois pas – en fait, je n’aime pas – l’art qui cherche à imposer des idées ou à donner des réponses au mystère de la vie. La poésie est révolutionnaire – quel que soit le moment ou les circonstances – lorsqu’elle parvient à une émotion, une réaction, une ouverture de conscience.

Catégories: Amérique du Sud, Genre et féminismes, Interviews
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort