Le député d’Action Humaniste, Tomás Hirsch, a appelé le gouvernement chilien à ratifier le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, un accord de désarmement nucléaire promu par la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), l’ONU et diverses organisations mondiales, dans le but d’interdire la production, les essais, l’entreposage et l’utilisation des armes nucléaires.

Le gouvernement du Honduras a signé l’accord le samedi 24 octobre, portant ainsi à 50 le nombre de pays ayant ratifié l’accord de désarmement nucléaire qui avait été approuvé par l’ONU le 7 juillet 2017 et qui nécessitait l’approbation d’au moins 50 États. L’accord entrera officiellement en vigueur le 22 janvier 2021.

Le député Tomás Hirsch, qui avait présenté un projet de réforme constitutionnelle visant à faire renoncer le Chili à la guerre comme méthode de résolution des conflits, a été l’un des promoteurs du désarmement nucléaire. À cet égard, il a déclaré : « Nous sommes heureux de ce traité, car de nombreuses organisations ont réussi à obtenir que 50 gouvernements le ratifient. Malheureusement, le Chili n’a pas ratifié le traité. Personnellement, j’ai fait de nombreuses démarches auprès de la commission des affaires étrangères de la chambre des députés, du sous-secrétaire et du ministère des affaires étrangères afin que le gouvernement ratifie l’accord, ce qu’il n’a pas fait jusqu’à présent ».

« Cet accord est transcendantal pour l’avenir de l’humanité; pour construire un avenir dans la paix et sans le risque ou la menace d’une conflagration nucléaire qui pourrait détruire l’humanité. Au Chili, nous avons fait avancer le dossier et nous continuerons à le faire, car nous pensons qu’il est fondamental de ratifier ce traité et, moi en tant que député et Action humaniste en tant qu’organisation politico-sociale, nous continuerons à travailler pour que le Chili ratifie ce traité », a indiqué Tomás Hirsch.

 

Traduit de l’espagnol par Silvia Benítez