POÈME

 

En chaque femme qui accouche

par amour et parce qu’elle a été aimée

dans chaque premier souffle

l’espoir renaît

 

Dans les baisers à l’être aimé

chaque fois que tu m’embrasses

dans la caresse d’un enfant

l’espoir réside toujours

 

Dans chaque signe d’affection

dans chaque parole apaisante

dans chaque geste de soutien

il y a des germes d’espoir

 

Dans le soin porté à l’autre

dans les mains tendues

dans le respect profond

c’est là que l’espoir réside

 

Dans les retrouvailles entre amis

dans les soirées complices

dans les rires partagés

il y a aussi l’espoir

 

Lorsque tu ouvres un chemin

et que je t’encourage à partir

sans demander ‘ne me quitte pas’

il y a un geste d’espoir

 

Lorsque je te regarde dans les yeux

plus loin que ton propre regard

lorsque je te regarde comme quelqu’un de sacré

je fais grandir l’espoir

 

Dans les causes pour la vie

Lorsque l’on ne s’attend à rien

quand nous unissons nos mains

nous encourageons l’espoir

 

Dans chaque révolution

où les armes n’existent pas

dans chaque nouvel éveil

coulent des rivières d’espoir

 

Et lorsque tout s’effondre

ou que tout m’effraie

je cherche ce refuge en moi

là où réside l’espoir

 

Là où les arts boivent

l’inspiration qui ravit

l’extase des mystiques…

là où vit l’espoir

 

Dans cet espace profond

dans lequel le silence grandi

lorsque le moi disparaît

là renaît l’espoir

 

D’où sort la déesse

incarnée en liberté

pour être rébellion

et aliment d’espoir

 

Le même que je reconnais

dessiné sur de nombreux visages

qui sont des fenêtres de foyers

là où danse l’espoir

 

En ces êtres humains

qui sont sages et accompagnent

transformés en refuge

là où vit l’espoir

 

Construire ce futur

auquel notre âme aspire

construire le Nous

là où vit l’espoir

 

Je veux te rencontrer…

… là où réside l’espoir !

 

Traduction de l’espagnol, Frédérique Drouet