Il est bon de savoir précisément à quoi nous avons affaire, ne serait-ce que pour mieux se comprendre. Et avec le revenu minimum vital (RMV) et le revenu de base (RB), une allocation monétaire publique inconditionnelle et universelle, il y a eu une telle confusion que certains médias sont allés jusqu’à dire qu’ils étaient identiques. Loin de là. Le RMV est une subvention très ciblée qui s’adresse aux très pauvres, une fraction des très pauvres en fait ; RB est pour tous les citoyens. Le RMV est une subvention assortie de nombreuses conditions, le RB est inconditionnel. Le RB est reçu par toute la population, mais tout le monde n’y gagne pas. Avec le financement par la réforme fiscale, les 20% les plus riches de la population en bénéficient, mais ils perdent. Le 80 % restant gagnent.

Mais la différence fondamentale entre la conception du RB et celle du RMV s’exprime en termes de liberté. La logique du RMV n’est autre que l’aide ex-post pour ceux qui ont échoué, pour ceux qui sont tombés, pour ceux qui sont extrêmement pauvres et répondent aussi à de nombreuses exigences. Il s’agit d’aider ceux qui ont échoué. En revanche, l’inconditionnalité du RB est le langage des droits humains et de la citoyenneté.

Une vie libre ne doit pas être mendiée. Celui qui mendie demande quelque chose avec docilité. La supposition implique donc la soumission. Il existe d’énormes légions de personnes qui mendient : qui mendient pour obtenir un emploi ; qui mendient pour que l’emploi obtenu, s’il l’est, soit assorti de conditions au moins dignes ; qui mendient pour qu’en cas d’interruption de la relation de travail, les institutions publiques aient la gentillesse de les désigner comme bénéficiaires de politiques destinées à aider ceux qui sont tombés dans l’abîme de la pauvreté et de l’exclusion ; et, enfin, qui mendient pour que ces prestations conditionnelles arrivent sans trop de rigueur et de mécanismes coercitifs. RMV est pour les mendiants.

Le RMV a aussi des problèmes de conception, bien sûr. Les concepteurs du RMV ont essayé d’économiser autant que possible et ont décidé de définir le terme « pauvre » en fonction de l’argent (rare) qu’ils voulaient dépenser pour les pauvres (les pauvres ne méritent pas l’urgence de la banque) et ont conçu un système d’application fantaisiste qui, combiné à la rareté des moyens, est jusqu’à présent un échec absolu. Ils ne pensent qu’à demander du temps. Et pour garantir qu’il sera facturé rétroactivement. Quelqu’un a dit grossièrement que la faim n’est pas rétroactive.

En plus d’avoir tous les défauts des subventions conditionnelles, le RMV est conçu plus pour pénaliser les « profiteurs » (ici le succès sera sûrement de 100%) que pour atteindre l’ensemble de la population pauvre.

Le RMV est-il un premier pas vers le RB ? D’après ce que j’ai dit, entendu et lu des membres du gouvernement et des conseillers, ils donnent eux-mêmes la réponse : non, pas du tout. Et à ce stade, je suis d’accord avec leur conclusion. RMV va dans un sens, RB dans un autre. Comme un monarchiste et un républicain.

L’article original est accessible ici