Le 27 septembre, plusieurs membres du monde militaire et des partis de centre-droit voteront contre l’achat de nouveaux chasseurs-bombardiers.

De nombreux Suisses, même ceux qui ne sont pas de gauche, considèrent qu’un investissement de six milliards d’euros pour l’achat de nouveaux chasseurs-bombardiers est inapproprié. Premièrement, la population et l’économie ont besoin d’être protégées contre les catastrophes naturelles, les cyberattaques et les pandémies, ainsi que d’un approvisionnement énergétique sûr. Dépenser 6 milliards pour de nouveaux avions militaires est un mauvais investissement. En outre, bien que le référendum soit prévu pour la fin septembre, les citoyens n’ont pas encore été informés du type et du nombre de nouveaux combattants ni des coûts à long terme.

Pour ces raisons, plus de 60 Suisses ont signé une pétition contre cet achat. Parmi les pétitionnaires figurent des représentants de l’armée, du GLP, du FDP, du CVP et du EVP (NdT. partis de centre-droit). Riccarda Schaller, co-présidente du GLP à Lucerne, a déclaré : « Je veux une armée efficace et moderne. Ses priorités financières devraient être revues. Je pense que dépenser 6 milliards pour des chasseurs-bombardiers n’est pas la meilleure idée à un moment où les catastrophes naturelles, les cyberattaques, la production d’énergie et la pandémie sont nos plus grands défis ».

Même Roger E. Schaerer, officier militaire, n’en est pas entièrement convaincu : « Nous voulons une armée, mais une armée tournée vers l’avenir. Nous avons besoin d’un référendum, car on nous dit qu’un non signifierait que nous serions privés d’une force aérienne, mais aucun plan B n’a été présenté. Un non est une position internationalement reconnue en faveur de notre démocratie directe et de notre politique humanitaire pacifiste et neutre ».

Vous pouvez trouver la pétition dans son intégralité avec ses signataires sur le site www.liberales-nein.ch.