Les doctorants sont les résidents des hôpitaux, ils vivent à l’hôpital et grâce à leur travail, l’hôpital peut fonctionner et est opérationnel. Ce sont des médecins diplômés qui ont exercé une année, puis ont concouru pour une place afin d’obtenir une spécialité, et maintenant ils sont en première ligne des soins avec les infirmières dans un hôpital.

Les médecins doctorants ont 6 ans de formation, 1 an d’expérience et la spécialisation peut aller de 3 à 5 ans de plus. En silence, ce sont eux qui ont stoïquement affronté cette pandémie. Les médecins traitants sont plus éloignés des patients du COVID ; ce sont ces jeunes médecins qui ont mis leur vie en danger et ont même offert leur vie pour leur vocation.

Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est qu’ils n’ont pas été payés et que beaucoup d’entre eux ne reçoivent pas de salaire. Ce sont grâce à leurs parents ou grâce à des emplois complémentaires à l’hôpital, qu’ils arrivent à subvenir à leurs besoins. Beaucoup d’entre eux ont des familles et des enfants.

Les médecins doctorants ont interrompu leurs activités pour réclamer le retard des allocations prévues par la loi d’aide humanitaire, dans laquelle le paiement a été décidé, ainsi que la stabilité de l’emploi ; cependant, rien de tout cela n’a été fait. Tout semble indiquer qu’ils ont été trahis.

Maintenant qu’ils exigent d’être payés, ils ont reçu des menaces, alors qu’il y a quelques semaines encore, ils étaient considérés comme des « héros » pour avoir sauvé des vies.

 

Médecins doctorants à Cuenca

Médecins doctorants à Quito

Traduit de l’espagnol par la rédaction francophone