Nouvelle étude : il y a 30 000 ans, l’homme vivait déjà en Amérique

01.08.2020 - HispanTV

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Nouvelle étude : il y a 30 000 ans, l’homme vivait déjà en Amérique
(Crédit image : http://www.hispantv.com)

Une étude révèle que les gens vivaient en Amérique du Nord il y a 30 000 ans, ce qui remet en question l’idée que la présence humaine sur ce continent remonte à 15 000 ans.

La découverte a été faite en creusant une grotte appelée Chiquihuite dans l’état de Zacatecas au nord du Mexique. C’est une zone montagneuse, « contrôlée par les cartels de la drogue », selon des chercheurs de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, dans un article publié le 22 juillet.

« Ces premiers visiteurs n’ont pas occupé la grotte de façon continue, nous pensons que les gens y ont passé une partie de l’année en l’utilisant comme refuge d’hiver ou d’été, ou comme base de chasse pendant la migration », a déclaré Eske Willerslev, l’auteur principal de l’étude. « Ce pourrait être le plus vieil hôtel d’Amérique », a-t-il déclaré.

« Ils sont une véritable énigme ».

Ciprian Ardelean, archéologue de l’université de Zacatecas, un autre des directeurs du projet : « Nous ne savons pas qui ils étaient, d’où ils venaient ni où ils allaient. Ils sont une énigme complète », a-t-il déclaré. Nous supposons à tort que les populations indigènes des Amériques d’aujourd’hui sont les descendants directs des premiers Américains, mais maintenant nous ne croyons pas que c’est le cas », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que lorsque la célèbre culture Clovis est arrivée aux États-Unis, les premiers Américains avaient disparu des milliers d’années auparavant. En fait, cet expert indique qu' »il pourrait y avoir de nombreuses colonisations qui ont échoué, qui ont été perdues dans le temps et n’ont laissé aucune trace génétique dans la population actuelle ».

Cette grotte est située à 2750 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ils y ont découvert près de 2 000 outils en pierre et des fragments de ceux-ci, appelés « écailles ». Grâce à l’analyse de l’ADN des restes de plantes et d’animaux autour de ces instruments historiques, il a été possible de déterminer l’âge de la présence humaine.

D’autre part, l’absence d’ADN des personnes renforce l’hypothèse que les premiers individus du site n’y seraient pas restés longtemps.

Catégories: Amérique du Nord, Sciences et Technologie

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.