Ce que montre la pandémie au Venezuela

10.06.2020 - Caracas, Venezuela - Rosi Baró

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Ce que montre la pandémie au Venezuela
(Crédit image : Réseaux sociaux)

La situation de pandémie mondiale, même lorsqu’elle s’est produite à d’autres moments de l’histoire de l’humanité, est trop lointaine pour qu’on s’en souvienne et même lorsque, grâce aux archives conservées dans les bibliothèques, on peut lire des informations sur ces épisodes, ce n’est pas la même chose que de la vivre aujourd’hui. Pour nous tous, c’est sans précédent et le vivre au Venezuela l’est encore plus. Il se produit donc des événements que personne n’attendait, certains indésirables et d’autres porteurs d’espoir. Tout dépend de la couleur du cristal au travers duquel vous le regardez.

L’un de ces événements sans précédent a été appelé « migration inverse ». Il s’agit de Vénézuéliens fuyant les sources d’infection et le débordement des systèmes de santé du continent. Des gens qui, à un moment donné, avaient quitté cette « dictature horrible et maléfique ». Ces gens partis parlaient mal du Venezuela, faisant écho aux sentiments de la canaille. Quelque chose d’inédit a dû se produire pour que, même à pied, ils reviennent massivement de Colombie, du Brésil, de l’Équateur et, en plus petit nombre, d’autres pays d’Amérique du Sud.

Récemment, le Président Nicolas Maduro a indiqué qu’il avait mis à disposition une flotte de 24 avions « pour aller au Chili, au Pérou, en Équateur, et partout où ils doivent aller pour chercher les Vénézuéliens, qui fuient ces pays par désespoir à cause du coronavirus et de la ‘corona-famine’ ».

Cette pandémie, ce virus invisible, les a poussés, à se tourner vers leur pays d’origine, du fait de se retrouver en pleine urgence mondiale dans un pays étranger sans protection sociale, protection qu’ils n’ont jamais valorisée quand ils vivaient ici. Il est très probable qu’aucun média international ne fera la une de cette nouvelle : « Du 9 avril à ce jour, 55 451 Vénézuéliens sont rentrés dans leur pays. » Dans les interviews faites à ces rapatriés à leur arrivée dans le pays, on les voit les larmes aux yeux, appeler maintenant le Venezuela « Patrie ».

La quarantaine les a laissés sans travail et sans argent du jour au lendemain, et lorsqu’ils se sont retrouvés jetés à la rue parce qu’ils ne pouvaient pas payer le loyer de leur logement, ils ont convenu qu’au Venezuela il n’y a pas de licenciement, que le logement est un droit et que l’expulsion forcée est contraire à la loi. N’ayant pas d’argent pour manger ou pour nourrir leurs enfants, ils ont regretté les boîtes de nourriture qu’ils recevaient dans cette « horrible et diabolique dictature ». Le fait que leurs enfants ne pouvaient plus aller à l’école parce qu’il n’y avait pas d’argent pour cela leur a fait comprendre qu’au Venezuela, l’éducation à tous les niveaux est gratuite, droit inscrit dans la Constitution.

Si cela est sans précédent, l’accueil qu’ils ont reçu ici l’est encore davantage. Ils n’arrivent pas sans que personne ne les accueille ; au contraire, ils sont reçus comme des frères et des sœurs, comme des êtres humains.

En pleine pandémie, dès que le retour massif des Vénézuéliens a commencé à être détecté, le gouvernement, dans le cadre de sa politique de protection sociale, a installé des Postes d’Assistance Sociale Intégrale (PASI) dans tous les États frontaliers. L’objectif de cette mesure est que la prise en charge de ceux qui reviennent puisse être accordée en toute sécurité, tant pour eux que pour ceux d’entre nous qui vivent ici.

Afin de prévenir la propagation de la grave pandémie de Covid-19, des tests de dépistage sont effectués à toutes les entrées frontalières du pays, en utilisant les protocoles de contrôle sanitaire et épidémiologique mis en place par le Président Maduro. Tous les migrants qui rentrent dans le pays, qu’ils aient ou non été testés positifs lors du premier dépistage, doivent rester en quarantaine obligatoire pendant la période d’incubation du virus, qui a été fixée à deux semaines. Des espaces ont été aménagés pour les loger, les soigner et les nourrir dans le PASI sans qu’ils aient à payer quoi que ce soit pour ces soins.

Lorsqu’ils peuvent sortir, ils sont à nouveau testés pour le virus et ceux qui sont positifs, même s’ils sont asymptomatiques, sont immédiatement transférés dans les centres de soins des différents centres de santé, cliniques et hôpitaux équipés pour le traitement du Covid-19. Les personnes dont le test est négatif après ce protocole bénéficient d’un transport gratuit pour rentrer chez elles saines et sauves. Ce protocole d’accueil fait partie de la barrière épidémiologique activée pour contenir la propagation du virus dans le pays.

Il est important de souligner que la pandémie a placé le Venezuela dans une situation très complexe, et malgré les mesures coercitives, le siège diplomatique international, le blocus économique féroce et les attaques des mercenaires, le gouvernement a mis tous ses efforts pour contrôler la pandémie et pouvoir montrer les résultats obtenus. Contrairement aux autres pays du continent, où le nombre de cas est exponentiel et réellement inquiétant: États-Unis : 1 900 000, Brésil : 651 980, Chili : 134 150, Équateur : 41 575, Colombie : 36 635, Argentine : 21037, Mexique : 19 268. Le Venezuela fait état de 2 134 cas positifs et de 20 décès. Parmi les personnes infectées, 77 % sont importées, la plupart d’entre elles traversant les frontières entre la Colombie et le Brésil.

Enfin, je voudrais souligner le mot « Patria », qui apparaît tout au long de cette histoire. Le commandant Chavez a dit au revoir à cette vie en chantant : Patria, Patria, Patria querida tuya es mi vida tuyo es mi amor. (Patrie, Patrie, Patrie, ta vie est la mienne, ton amour est le mien) Ce furent ses derniers mots.

Ceux qui reviennent maintenant, quand ils voyaient les gens faire patiemment la queue dans les supermarchés à cause de la pénurie de nourriture, s’étaient moqués d’eux en criant : « Vous n’avez pas de nourriture mais vous avez la Patrie ! » Peut-être n’y trouvent-ils plus une entéléchie dont ils ont honte, peut-être que pour eux aussi elle a cessé d’être un vain mot. Peut-être comprennent-ils maintenant ce que ceux d’entre nous qui sont restés ici défendent. J’espère qu’ils le comprendront.

 

Traduction de l’espagnol, Claudie Baudoin

Catégories: Amérique du Sud, Opinion, Santé
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Journée de la Nonviolence

Journée de la Nonviolence

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.