C’est à la fin des années 90 que je suis tombé à Barcelone sur ces « espaces étranges » qui remplaçaient les ateliers d’artistes où les pots de peinture dégoulinaient, où les restes de poussière d’argile étaient en suspension dans l’air et où tout autre élément étrange voulant faire partie d’un ready-made ou d’une performance qui occupait l’espace habituellement « sale » mais accueillant et créatif d’un atelier d’artiste.

Contrairement à ces espaces, ces autres ateliers, qui ont commencé à s’appeler mediaLabs (prenant le nom du MIT-Massachusetts Institute of Technology), et sont devenus les Fab-labs, dont les expérimentateurs et les fabricants sont les MAKERS, ils sont nés comme un point de rencontre pour les artistes, les designers, les scientifiques, les techniciens, les informaticiens, etc. qui pensaient aux productions ensemble.

Les câbles et les leds ont remplacé la peinture, les plaques d’arduino ont remplacé les pinceaux, et les ordinateurs ont remplacé les tours, les papiers de verre et autres outils artistiques. À ce changement d’outils informatiques s’ajoutent les boîtes de Pétri, les microscopes, le matériel biologique et les centrifugeuses. Les premiers, expérimentant avec des logiciels, du matériel, des capteurs et d’autres composants électroniques, se sont concentrés sur des aspects tels que la vie artificielle, la robotique et les logiciels libres, tandis que les seconds, expérimentant avec de la « matière vivante », en sont venus à créer des lapins fluorescents, des cerveaux qui manipulaient des robots ou des vêtements construits avec des tissus vivants. Dans le même temps, les imprimantes 3D, les nouveaux matériaux d’impression et la création de petites unités face à l’industrie de masse ne tardent pas à arriver. C’était l’époque du D.I.Y. (do it yourself ou faites-le vous-même).

Ces « espaces étranges », qui ont fini par être des espaces de MAKERS, ont révolutionné non seulement une nouvelle façon de produire de l’art ou du design, mais aussi des espaces où la démocratisation des technologies, l’hybridation des connaissances, le travail collaboratif, l’économie circulaire, l’avenir durable, favorisent une nouvelle façon de créer des choses qui changeront le monde. Le livre « Makers, la nouvelle révolution industrielle » (2012) de Chris Anderson, éditeur du magazine WIRED (un pilier de la diffusion des avancées de la nouvelle ère numérique) a traité de questions telles que le phénomène de l’Internet comme la fin du monopole des médias de masse et a prédit que la microfacturation mettrait fin au monopole de la production de masse.

Les MAKERS, qui se sont répandus dans le monde entier, contribuent maintenant massivement à la production de matériel essentiel pour faire face à la propagation du coronavirus. Des milliers de masques 3D, de tissus, de pompes à perfusion, de respirateurs, les ont mis au travail 24 heures sur 24. L’énergie positive qu’ils dégagent et l’impulsion qu’ils donnent, encouragent et ouvrent l’avenir en ces moments de crise, car leur travail s’est avéré essentiel dans ce moment d’urgence sociale.

Comme nous l’avons expliqué dans un autre article, en se joignant à l’initiative MAKERS, la municipalité de Barcelone a mis à la disposition de la communauté le potentiel des Ateneos de Fabricación Digital pour produire, grâce à la technique aww d’impression 3D, certains des équipements de protection individuelle et du matériel sanitaire les plus demandés par la communauté médicale et par les secteurs les plus exposés à l’infection par le virus Covid-19.