La pandémie passera mais la banque restera

26.04.2020 - Guillermo Sullings

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Catalan

La pandémie passera mais la banque restera
Héraclès et l'hydre (Crédit image : Wikimedia Commons)

Immergés dans la quarantaine, certains d’entre nous tentent d’interpréter les signes de changements possibles qui se produiraient une fois la pandémie passée. Des eaux plus transparentes, des atmosphères plus pures et des animaux sauvages qui s’introduisent dans les villes peuvent nous enthousiasmer avec la possibilité que l’humanité se décide enfin à arrêter la pollution de la planète. Les multiples expériences d’organisation de la solidarité entre les personnes, la revalorisation de la santé et de la vie au-dessus de ce qui est matériel, nous font rêver d’une société moins individualiste. Le rôle de premier plan que les États ont joué pour faire face à l’urgence, non seulement du point de vue sanitaire mais aussi économique, nous amène à penser que cela découlera peut-être de la fin du néolibéralisme et du début d’un nouvel État providence. Bien sûr, nous sommes nombreux à partager cet espoir, et il ne fait aucun doute que, désormais, il y aura une prise de conscience accrue de la direction que doit prendre l’humanité. Cependant, pour évaluer les possibilités, il faudra faire des hypothèses sur les personnes qui seront aux commandes lorsque la tempête passera.

Nous avons tendance à centrer nos critiques et nos plaintes sur les personnes au pouvoir parce qu’elles sont visibles, bien que leur pouvoir soit à proprement parler relatif, puisqu’elles sont généralement partenaires ou otages d’une banque qui les dirige ou les conditionne.  Dans le même temps, bien que le pouvoir financier ait été prêché par la secte néo-libérale à son propre profit afin de concentrer les richesses, elle n’hésitera pas à changer de credo si elle estime nécessaire de maintenir son contrôle. Ainsi, un hypothétique affaiblissement des gouvernements néolibéraux ne signifiera pas nécessairement la perte du pouvoir réel pour les véritables monarques du monde. À ce stade de l’économie réelle, où tout le monde est perdant, travailleurs, commerçants et hommes d’affaires ; si les banques sont toujours intouchables et parviennent à prospérer, si au milieu de la tempête elles tiennent la barre, pourquoi laisseraient-elles tomber quand la pandémie sera passée ? Est-il concevable que les banques perdent leur pouvoir après la crise ?

Lorsque nous parlons de la Banque, nous le faisons de manière générique pour faire référence à la puissance financière mondiale, dont beaucoup de gens soupçonnent l’influence mais sans toujours en saisir la dimension réelle, alors voyons quelques données. François Morin, dans son livre « L’hydre mondiale, l’oligopole bancaire », détaille comment un conglomérat de seulement 28 banques regroupe 90% des actifs financiers mondiaux, soit l’équivalent de la dette extérieure de tous les pays, et que 14 de ces banques produisent des produits dérivés financiers d’une valeur de 10 fois le PIB mondial.

Une telle concentration a commencé à se produire dans les années 1970, avec la déréglementation progressive des marchés boursiers et financiers, que les gouvernements ont facilitée (signe du pouvoir que les financiers avaient déjà à cette époque). Selon une enquête journalistique de Lisa Karpova (Pradva), cette Hydre a un noyau plus concentré de sept entités (Bank of America, JP Morgan, Citigroup, Wells Fargo, Goldman Sachs, Bank of New York Mellon et Morgan Stanley). Dans le même temps, ce noyau de sept banques est contrôlé par quatre géants de l’industrie : Black Rock, State Street Corp, FMR et Vanguard Group. Ces quatre grands contrôlent non seulement Wall Street, mais aussi la majorité des transnationales anglo-saxonnes (Boeing, Coca Cola, Disney, McDonald’s, Intel, Wal-Mart, CBS, et bien d’autres), et détiennent des participations dans plus de 40.000 entreprises, dont beaucoup sont des acteurs majeurs. Les quatre grands contrôlent également la Réserve fédérale américaine et possèdent une grande partie du complexe militaro-industriel. Et bien sûr, les fonds qu’ils gèrent sont les créanciers d’une grande partie de la dette extérieure des pays. Selon les recherches de Karpova, une fois que les « mamushkas » des structures opaques des entreprises sont éliminées, il est conclu que la plupart de celles-ci sont concentrées dans une douzaine de familles. Parfois, lorsque le journalisme ou certains formateurs d’opinion font référence à ces monstres corporatifs, ils parlent de « propriétaires du monde » ; il est devenu naturel pour le monde d’avoir des propriétaires, tout comme il y a quelques siècles, le pouvoir absolu des monarques était accepté.

On peut supposer que dans cette formidable crise, les riches seront également moins riches ; mais nous devrons voir ce qu’il adviendra des dérives, car bien que beaucoup de leurs actifs soient dévalués, ils disposent d’un soutien suffisant pour espérer que les actions retrouvent leur valeur après la tempête, et ils ont également les ressources financières pour acquérir aujourd’hui des entreprises à des prix d’enchères qui seront réévalués à l’avenir. Il est bon de rappeler qu’au XVIIIe siècle, un ancêtre d’une de ces familles qui possédaient le monde, le Baron de Rothschild, disait « quand vous voyez le sang couler dans les rues, il est temps d’acheter une propriété ». Nous devons également garder à l’esprit qu’une grande partie des actifs financiers qu’ils gèrent sont en fait l’épargne des investisseurs et des retraités, qui sont ceux qui perdront lorsque certaines dettes souveraines tomberont en défaut de paiement. Mais au-delà du bilan final des profits et des pertes, ce qu’ils tenteront de préserver, c’est l’énorme pouvoir qu’ils ont sur les gouvernements. Ces derniers temps, de nombreuses statistiques ont circulé illustrant comment quelques milliardaires possèdent plus de richesses que la moitié de l’humanité, mais on ne se rend pas toujours compte que la formidable concentration du pouvoir est encore plus grave que l’inégalité de répartition.

Ce véritable pouvoir est aujourd’hui accroupi, en attente d’opportunités, tandis que les États nationaux sont habilités à faire face à l’urgence, en augmentant le budget de la santé, en émettant des devises ou en s’endettant pour atténuer la récession et l’appauvrissement, et en faisant appel à leur autorité pour imposer des quarantaines. L’ampleur de la crise fait que certains gouvernements osent même imposer un impôt supplémentaire sur les grandes fortunes, mais cela est loin d’entacher leur richesse, et encore moins leur pouvoir. Par conséquent, tout porte à croire qu’après la pandémie, le monde continuera d’être servi par ses anciens propriétaires, même s’ils doivent s’adapter à de nouvelles circonstances. Peut-être que les États nationaux retrouveront leur protagonisme alors que le commerce international diminue, et qu’ils devront s’occuper activement pendant un certain temps de la reprise de leurs économies avec des politiques keynésiennes, en faisant baisser les drapeaux néo-libéraux. Mais même dans cette situation, la puissance financière tentera de prospérer en finançant la reprise et en obtenant des contrats pour ses multinationales. Tout comme dans les guerres, ils ont fait des affaires avec la destruction, puis avec l’industrie de la reconstruction, ils peuvent donc chercher un retour sur une sorte de « plan Marshall » post-pandémique. Et bien sûr, comme toujours, ils feront de bonnes affaires avec les dictatures et les gouvernements autoritaires. Parce que la véritable bannière du pouvoir financier est celle des pirates, leur relation avec le néolibéralisme n’était qu’un mariage de convenance.

Ainsi, au-delà de cette expérience mondiale sans précédent, elle sert à sensibiliser à la question de la santé, de l’environnement, de la répartition des richesses et des politiques publiques. Au-delà du fait que nous comprenons l’importance de la solidarité et de l’organisation collective, si, lorsque la pandémie passera la barre de la Banque, celle-ci continuera à la diriger, le navire reprendra le cours de la dégradation de la planète, de l’inégalité, de la marginalisation et du consumérisme individualiste.

Il nous faudra alors sortir de cette crise avec la certitude que le monde ne changera pas tant que nous n’aurons pas réussi à démanteler ce pouvoir ; et cela ne se fera pas par un pacte de coexistence ou en emportant les miettes qui restent. Peut-être, en faisant appel à la métaphore de Morin sur l’Hydre, pourrait-on aspirer à ce que la conscience collective s’érige en Héraclès qui la désactive ; et pour cela, cette idée et cette possibilité doivent être installées dans l’imaginaire collectif, en éloignant le fatalisme de la résignation. En ce moment, il existe des situations qui peuvent accroître la réceptivité à des propositions de changement plus transcendantes.

Par exemple, dans le cadre de cette urgence, il devient une question de bon sens de ne pas payer les dettes souveraines, puisque pour la majorité, c’est une priorité budgétaire de s’occuper des besoins de la population plutôt que de se conformer à des pratiques bancaires usuraires. Dans ces circonstances, les inégalités sociales sont encore plus exposées, ce qui devrait nous inciter plus que jamais à nous interroger sur la légitimité des énormes fortunes, en expliquant qu’elles n’ont pas grandi par le travail et la grâce de la méritocratie, mais par la dynamique financière perverse de la ploutocratie, qui ne peut être sacralisée sur l’autel de la propriété privée. Bien entendu, ces propositions pour un avenir à moyen terme ne sont pas opposées à d’autres propositions pour le court terme, au niveau national, comme la perception d’un impôt extraordinaire sur les grandes fortunes pour assurer un revenu de base aux gens et stimuler l’économie en général.

Mais les idées peuvent s’envoler plus loin, car à l’heure où toutes les nations du monde souffrent du même fléau, on pourrait aussi avoir une plus grande ouverture d’esprit pour imaginer dans un avenir pas trop lointain une communauté de nations travaillant solidairement à la lutte contre la pauvreté et la marginalisation dans le monde entier. D’une part, parce que ce serait le seul moyen de garantir des conditions de vie dignes à tous les habitants de la planète, y compris aux pays les plus pauvres ; d’autre part, parce que seule une alliance internationale peut affronter la puissance de l’Hydre, démanteler son empire et utiliser les ressources financières pour un développement durable à l’échelle planétaire. Bien sûr, pour suivre cette voie, de nombreux dirigeants devront changer, mais si les populations ont des convictions claires, elles pourront le faire, et c’est un moment favorable pour une prise de conscience dans ce sens.

 

Traduit de l’espagnol par Maryam Domun Sooltangos

Catégories: Economie, International, Opinion
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

 

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.