Coronavirus : une ouverture vers la renaissance de la civilisation humaine

03.04.2020 - Londres, Royaume-Uni - Tony Robinson

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Portugais

Coronavirus : une ouverture vers la renaissance de la civilisation humaine
Représentation générée par ordinateur des virions COVID-19 (SARS-CoV-2) sous microscope électronique. (Crédit image : Felipe Esquivel Reed | wikimedia commons)

Alors que le covid-19 balaie la planète après avoir été réduit à un nombre apparemment gérable en Chine, les gouvernements et les dirigeants du monde entier s’efforcent de s’adapter à cette nouvelle réalité. Il est devenu évident que tout ce que nous pensions savoir sur le fonctionnement de l’économie est faux. En fait, nous pouvons survivre sans marchés ! Nous pouvons réduire la consommation ! Nous n’avons pas besoin d’être tout le temps au travail ! Nous pouvons réduire l’activité humaine à l’essentiel de l’approvisionnement alimentaire et des soins de santé ! Ce n’est pas la façon la plus amusante de vivre, mais nous pouvons le faire !

Un nouveau jour s’est levé.

Et pourtant, la race humaine sera-t-elle capable de se rassembler en cette heure de nécessité mondiale et d’arracher le pouvoir à l’élite financière et aux puissances militaires qui ont soumis l’humanité à des vies pleines de souffrance et d’indignité pour la grande, très grande majorité ?

Il est clair que les priorités devront être redéfinies et qu’une nouvelle société devra émerger sur la base, entre autres, des principes suivants :

Une véritable démocratie dans laquelle les représentants élus représentent véritablement les personnes qui votent pour eux et non les intérêts financiers qui ont financé leurs campagnes, un modèle démocratique qui répartit la représentation proportionnellement aux votes exprimés.

La pleine application des droits humains existants, tels qu’ils sont décrits dans la déclaration des Nations unies, et leur développement dans de nouveaux domaines.

Un système décentralisé dans lequel les décisions sont dévolues autant que possible à la base de la société, permettant aux communautés de prendre la responsabilité de leur propre développement et de leur bien-être, mais permettant aussi aux régions de travailler ensemble pour faire face à des situations trop importantes et compliquées pour être traitées isolément.

Un système économique qui compense le travail productif réel effectué et les services fournis, par opposition à un système motivé par la spéculation, l’usure et le pari pur et simple ; un système dans lequel c’est le peuple qui décide de la création de l’argent, et non les banques privées ; un système dans lequel c’est le peuple qui décide du coût des biens, des matières premières et des services et non les « marchés » qui ont été installés dans la conscience publique comme des forces de la nature échappant au contrôle des êtres humains.

Un système économique qui assure également un revenu de base à tous, qui permet à chaque être humain de voir ses besoins fondamentaux couverts afin qu’il n’ait jamais à craindre pour sa santé, son logement et ses factures de services publics, du berceau à la tombe.

La propriété commune des moyens de production de tout ce qui est essentiel pour assurer le bien-être de l’être humain.

Un système mondial dans lequel toutes les nations ont une voix égale dans une Organisation des Nations Unies refondée, en supprimant le droit de veto de certains pays qui pensent avoir le droit de faire chanter le monde entier.

L’élimination des frontières afin que les gens puissent voyager où ils le souhaitent, en comprenant que dans un monde équitable et sans inégalités, la pression exercée sur les communautés pour qu’elles migrent sur de vastes distances à la recherche d’un avenir meilleur sera supprimée et, si les jeunes et les moins jeunes auront toujours le désir de voyager, la plupart des gens aiment s’installer dans des communautés où ils partagent le paysage social et culturel qui leur tient à cœur, à proximité du lieu où vivent leur famille et leurs proches.

Une planète désarmée dans laquelle il y aura toujours un besoin de forces armées pour les fonctions humanitaires et les missions de résolution des conflits – car il y aura toujours des catastrophes naturelles et des conflits – mais ces forces répondront à la communauté mondiale, et les nations ne pourront pas soumettre leurs populations à des situations de vie inhumaines par la force.

Tout recycler pour mettre fin à l’extraction continue de matières premières de la planète, en réalisant que notre planète est limitée et qu’il est de notre responsabilité de développer un mode de vie qui soit durable non seulement pour les prochaines générations, mais pour un million d’autres générations à venir. Nous sommes véritablement les gardiens de la planète et nous devons assumer cette responsabilité avec le sérieux qu’elle mérite.

De même, nous devons protéger notre environnement dès maintenant et rendre à la nature tout l’espace possible. Transformer toute l’énergie en sources renouvelables, car l’élimination de la combustion des hydrocarbures et de l’énergie nucléaire est également une partie essentielle de notre monde futur.

Une culture de la non-violence, parce que la violence que nous subissons chaque jour dans nos sociétés : physique, économique, psychologique, sexuelle et raciale, entre autres, n’est pas propice à une société qui favorise le développement de la vie humaine et de l’extraordinaire capacité de conscience dont nous sommes dotés.

Aucune de ces allégations et situations n’est nouvelle.  Il y a des légions de personnes dans le monde entier qui travaillent dans ces domaines et bien d’autres encore.

Mais nous avons maintenant une opportunité, car avec l’effondrement du système mondial résultant du covid-19, nous sommes en mesure de faire ce que Guillermo Sullings a écrit dans son excellent livre « A la croisée des chemins », duquel nous avons repris plusieurs points cités ci-dessus. Comme il le souligne, il est nécessaire de tout changer en même temps :

« Nous devons comprendre qu’il ne sera pas possible de changer une partie sans tout changer, car chaque partie répond à la logique du grand système dans lequel elle est contenue. Il ne sert à rien de penser chaque partie séparément pour générer un monstre comme celui de Frankenstein qui n’a pu prendre vie que dans la fiction. C’est pourquoi le projet de la Nation Humaine Universelle, bien qu’il semble paradoxal, est plus réaliste que les projets qui ne changent qu’une seule partie et prétendant insérer ce changement dans le système actuel ».

Mais comme il le dit aussi :

« Néanmoins, rien de tout cela n’arrivera tant qu’un esprit endormi ne s’éveillera pas de l’intérieur pour connecter les êtres humains avec leur sens évolutif : ce contact avec leur intérieur d’où émergera le besoin d’être cohérent et de traiter les autres comme ils veulent être traités. Mais lorsque cela se produira, tout commencera à changer. Et ce moment se rapproche car la saturation que ce vide progressif produit à l’intérieur de l’être humain sera le détonateur de sa renaissance ».

Le coronavirus crée ce vide croissant chez les êtres humains, car nous sommes coupés physiquement les uns des autres et du système économique qui nous demande d’être les esclaves d’une élite toute puissante. Sommes-nous sur le point de voir une renaissance de la civilisation humaine fondée sur la nécessité de traiter les autres comme nous voulons être traités ? Espérons-le avec ferveur.

 

Traduit de l’espagnol par Claudie Baudoin

Catégories: Opinion, Santé
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.