Une crise peut être l’opportunité de penser plus profondément au futur. Le futur que nous souhaitons guide nos actions. Notre état d’esprit dépend en bonne partie de nos projets.

Regardons le futur, au delà de cette crise, commençons à imaginer le type de vie et de valeurs qui nous inspirent et nous donnent de la force. Considérons que la vie elle-même est une construction.

Nombre d’entre nous souhaitent un monde plus humain, égalitaire, libre et sans violence. Mais ce monde n’est une réalité envisageable qu’en fonction de notre orientation mentale et n’est qu’une conséquence de nos actions et valeurs.

Si nous nous figurons que le futur est fermé, notre état d’esprit fléchit, nos actions se limitent et cela provoque de la souffrance. La souffrance est le signe que quelque chose ne tourne pas rond. Réfléchissons à ce point.

Nous sommes des êtres humains, vivant l’expérience de la vie pour apprendre de tout ce que nous vivons. Nous vivons dans un milieu humain, une communauté avec laquelle nous sommes en constante interaction. Toute action influe sur elle, tout comme elle influe sur nous. Dans cette influence mutuelle, que voulons-nous vraiment ?

Si nous souhaitons que la vie croisse, que ses valeurs supplantent la douleur et la souffrance, nous devons absolument traiter nos pairs en partant de cette intention profonde.

Nous vivons une crise à échelle planétaire dans beaucoup d’aspects. Nous disons que le système est inhumain et violent. Mais comment le changer ? Un bon début est que chacun d’entre nous commence à vivre d’une manière différente.

Vivre de manière différente est seulement réalisable si chacun d’entre nous veut apprendre à le faire. Si nous le voulons, nous le ferons. Nous possédons tous au fond de nous la clé de la connaissance nécessaire, la force de l’intention, la poésie de la vie.

Nous ne sommes pas seuls ! Nous sommes la lumière qui illumine les ténèbres ! Nous sommes tous unis au plus profond de nos cœurs pour créer une nouvelle réalité. C’est ce qu’a fait l’être humain tout au long de l’Histoire. Il a remplacé du vieux par le neuf !

 

Traduction de l’espagnol : Frédérique Drouet