C’est dans le cadre de la 2ème Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence que le film ‘Le début de la fin des armes nucléaires’ a été présenté à Paris, dimanche 16 février.

Le documentaire de Álvaro Orús raconte, en 56 minutes, une brève histoire de la bombe et de l’activisme antinucléaire. Il montre les efforts déployés pour intégrer dans le droit international un traité d’interdiction des armes nucléaires. Il met en lumière le rôle d’ICAN, Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, en donnant la parole à des militants fortement impliqués ainsi qu’au président de la conférence de négociation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN).

‘Le début de la fin des armes nucléaires’ s’est vu décerner le prestigieux Prix du mérite de l’Accolade Global Film Competition « pour avoir montré comment des pays sans armes nucléaires, des organisations internationales comme ICAN et la Croix-Rouge, la société civile et le monde universitaire se sont dressés contre certains des pays les plus puissants et les plus militarisés de la planète » et ont obtenu que 130 pays votent l’adoption du TIAN.

Nations Unies. 7 juillet 2017, 122 pays ont voté en faveur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires ce jour-là, 8 le feront après.

Des échanges inspirateurs

Le public – une cinquantaine de personnes – a échangé avec Rafael de la Rubia, coordonnateur de la Marche mondiale et Carlos Umaña, représentant d’ICAN pour l’Amérique centrale et les Caraïbes, également membre de l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire. Les participants, notamment Gerard Halie du Mouvement pour la paix et Luigi Mosca de l’association d’Abolition des Armes Nucléaires ont contribué activement avec des questions et des commentaires qui feront l’objet d’articles ultérieurs. Pour que le traité entre en vigueur il est nécessaire que le processus de ratification se poursuive : quand 15 pays supplémentaires auront ratifié le traité, les armes nucléaires seront déclarées illégales !

Réactions au documentaire dans différents pays

Le film ne laisse personne indifférent. Pour certains spectateurs l’arme nucléaire est quelque chose de très lointain, presque irréel et ils préféreraient ne pas être au courant de cette menace. Pour d’autres, découvrir cette réalité génère une grande compassion envers les personnes ayant souffert des conséquences d’une explosion atomique ou des conséquences d’essais nucléaires. Immanquablement la détermination, le courage et la créativité de ceux qui sont engagés provoquent admiration et gratitude. Souvent – et c’est ce qui est recherché – se créent des déclics : prises de conscience, envie d’agir, décision de s’impliquer concrètement.

Invitation à utiliser le documentaire

Diffuser ce documentaire réalisé par des bénévoles de l’Agence de presse internationale Pressenza a pour but de sensibiliser des citoyens à l’urgence et à la possibilité du désarmement nucléaire. Toutes les organisations et tous les individus sont invités à utiliser (gratuitement) cette production de qualité pour organiser des séances publiques.

Il existe 3 versions :

– une version publique de 12 minutes : ‘Le début de la fin des armes nucléaires. Version 12min’

– une version condensée de 31 min,

– et la version complète de 56 min.

Contact pour le film et la documentation

Pour en savoir plus sur le documentaire :

Le début de la fin des armes nucléaires

Ou cliquez ici : Le documentaire

 

Le film sera projeté… à Montreuil le 22 février et à Bordeaux le 25 février. La Marche mondiale sera à Paris le 23 février, à Bordeaux le 25 et à Toulouse le 1er mars avant de clore son parcours le 8 Mars à Madrid.

 

Bande d’annonce

 

Lire aussi :

Toulouse, 1 Mars 2020 – 2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

ICAN PARIS FORUM – Première journée : « La lumière dans les Temps Sombres »

ICAN PARIS FORUM – Deuxième journée : Le temps des tentatives déterminées