Comment les autorités suédoises ont inventé l’accusation de viol portée contre Julian Assange

27.02.2020 - Ortwin Rosner, streifzuege.org - Untergrund-Blättle

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Allemand

Comment les autorités suédoises ont inventé l’accusation de viol portée contre Julian Assange
Julian Assange s'exprimant lors des manifestations d'Occupy. London, 2011. (Crédit image : Morning Sunshine | CC BY-NC-SA 2.0)

Grâce au travail de recherche et à la persévérance du rapporteur spécial de l’Organisation des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, la vérité se dévoile peu à peu.

L’une des fausses nouvelles les plus réussies de la dernière décennie est l’histoire de deux femmes qui ont déposé une plainte pour viol contre Julian Assange auprès de la police suédoise en août 2010, et que le fondateur de Wikileaks a échappé au système judiciaire suédois en s’enfuyant en Angleterre. L’avantage du Suisse Nils Melzer : il parle couramment le suédois, et a donc pu consulter les documents originaux. Et puis, à son grand étonnement, il est apparu que le cours des événements était tout à fait différent.

Réécriture des déclarations d’une femme

En fait – comme Melzer l’a récemment déclaré dans une importante interview accordée au magazine suisse en ligne Republik, auquel je ferai référence ci-après – l’une des deux femmes, qui était simplement accompagnée par l’autre, a été horrifiée lorsque les policiers ont commencé à établir un rapport de viol à partir de leurs déclarations sous ses yeux. Elle a, comme elle l’a également souligné à plusieurs reprises, eu des relations sexuelles tout à fait consensuelles avec Assange, et s’est simplement adressée aux autorités pour savoir s’il serait possible de l’obliger par la suite à se soumettre à un test de dépistage du sida. Dès qu’elle a remarqué que la police commençait à en faire quelque chose de tout à fait différent, elle a interrompu l’interrogatoire sous le choc et a quitté la salle. Néanmoins, quelques heures plus tard seulement, le titre est apparu dans la presse à sensation suédoise en grosses lettres : Julian Assange a été accusé de double viol.

Dans ce contexte, Melzer dispose d’un document particulièrement explosif : un courriel du superviseur de l’officier de police désigné par consensus, lui demandant de réécrire correctement le protocole d’interrogatoire. Cela s’explique apparemment par le fait que le ministère public était déjà en train de clore l’affaire, les déclarations de la femme concernée étant insuffisantes pour une accusation de viol.

Le texte original du document ayant été effacé de l’ordinateur, il n’a pas été possible de le reconstituer. Toutefois, son contenu peut être suffisamment deviné étant donné la réaction initiale du ministère public : car selon Melzer, l’accusation a déclaré que « bien que les déclarations de S. W. étaient crédibles, elles ne donnaient aucune indication sur un crime. »

Il est également possible que la femme ait envoyé un SMS à un ami au poste de police : elle avait l’impression que la police ne s’intéressait qu’à « mettre la main sur Assange. »

L’annonce de la deuxième femme

Un rôle obscur est joué par la deuxième femme qui, au début, ne faisait que servir d’escorte. Selon Melzer, elle a non seulement suggéré à la première femme de se rendre à la police, mais elle l’a également dirigée vers le poste de garde où un de ses amis était de service. C’est la même personne qui, à l’époque – et c’était déjà une procédure juridiquement incorrecte – a procédé à l’interrogatoire. Plus tard, cet ami policier a également falsifié le document. /event/830197/christian-schachreiter-lugenvaters-kinder

Cependant, un jour seulement après l’interrogatoire de la première femme, la deuxième femme a fait sa propre déclaration et a rapporté qu’Assange avait couché avec elle sans être protégé et contre sa volonté. Selon la loi suédoise, cela équivaudrait en effet à un viol. Toutefois, M. Melzer souligne les contradictions de la déclaration. Regardons aussi la chronologie : bizarrement, les médias suédois ont rapporté un double viol avant même que cette deuxième femme n’ait fait sa déclaration.

Comment Assange a essayé de faire face à la justice suédoise

Grâce aux recherches de Melzer, l’affirmation selon laquelle le fondateur de Wikileaks aurait systématiquement fui à la justice suédoise s’avère être clairement fausse. Selon Melzer, « C’est le contraire. M. Assange a contacté les autorités suédoises à plusieurs reprises parce qu’il voulait commenter ces allégations. Les autorités ont pesé dans la balance. »

Grâce aux recherches et à la persévérance du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, la vérité se dévoile peu à peu : « Les autorités suédoises n’ont jamais été intéressées par le témoignage d’Assange. Ils l’ont délibérément laissé dans le noir. Mais cela leur a également permis de le contrôler. Imaginez que vous soyez confronté à des accusations de viol par tout un appareil d’État et les médias pendant neuf ans et demi, mais que vous ne puissiez pas vous défendre car aucune accusation n’est jamais portée. »

Grâce au travail de recherche et à la persévérance du rapporteur spécial de l’Organisation des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, la vérité se dévoile peu à peu : les deux femmes ont obtenu un représentant légal qui était « par hasard » l’associé de l’ancien ministre de la justice, Thomas Bodström. Bodström a entretenu une relation particulièrement confidentielle avec les États-Unis et a travaillé en étroite collaboration avec la CIA. Entre-temps, Assange a demandé à être autorisé à quitter le pays et a également reçu l’autorisation écrite du ministère public pour le faire. Mais dès qu’Assange a quitté la Suède, le mandat d’arrêt fut lancé contre lui.

L’Angleterre intervient

Pendant le vol vers Berlin, ses ordinateurs portables ont disparu de ses bagages d’enregistrement. Scandinavian Airlines a refusé de fournir toute information à ce sujet. Le fondateur de Wikileaks s’est ensuite rendu à Londres, d’où il a continué à offrir sa coopération au système judiciaire suédois. Jusqu’à ce qu’il ait eu vent d’un éventuel complot contre lui. Selon Melzer, « À partir de ce moment-là, son avocat dit qu’Assange était prêt à témoigner en Suède, mais il exigeait des assurances diplomatiques que la Suède ne l’extraderait pas vers les Etats-Unis ». Cependant, les Suédois ont constamment refusé de donner une telle assurance.

Dans le même temps, cependant, il était juridiquement difficile pour la justice suédoise de maintenir l’affaire en suspens pendant des années sans la clore et sans porter d’accusations. Aujourd’hui, de manière inhabituelle, la justice britannique est intervenue pour empêcher le classement de l’affaire.

Selon Melzer, « Oui, les Britanniques, à savoir le Crown Prosecution Service, ont voulu empêcher les Suédois de clore l’affaire à tout prix. Mais les Anglais devraient en fait être contents s’ils n’avaient plus à surveiller l’ambassade équatorienne pour des millions de dollars de l’argent des contribuables afin d’empêcher Assange de fuir. »

Pourquoi les États-Unis craignent Assange

Le contexte de tous ces incidents bizarres est évident pour Melzer. Il souligne qu’à l’époque, Assange était en train de dénoncer systématiquement les graves crimes de guerre américains en collaboration avec le New York Times, le Guardian et le Spiegel. Quelques mois plus tôt seulement, en avril 2010, Wikileaks avait publié la vidéo Collateral Murder, qui avait été fournie à l’organisation par la dénonciatrice américaine, Chelsea Manning. Il montre comment des membres des forces armées américaines à Bagdad abattent des gens depuis un hélicoptère, dont deux employés de l’agence de presse Reuters, en riant. Ils tirent aussi sur les blessés, sur les personnes qui veulent leur venir en aide et sur les enfants.

Aucune procédure pénale n’a été ouverte contre aucun des soldats. Au lieu de cela, les États-Unis ont donné une directive à tous les États alliés pour qu’ils engagent dorénavant toutes les poursuites pénales imaginables contre le fondateur de Wikileaks.

Si Assange est effectivement extradé vers les États-Unis, Melzer pense qu’il n’y fera l’objet d’aucune procédure judiciaire. Il sera traduit devant le tristement célèbre « tribunal d’espionnage », dont personne n’a jamais été acquitté, et le procès se déroulera à huis clos et sur la base de preuves secrètes. Assange risque jusqu’à 175 ans de prison. Melzer conclut : aucun des criminels de guerre de la guerre civile yougoslave n’a été condamné à plus de 45 ans.

Comment les journalistes ont été trompés

Le fait que tout cela soit maintenant progressivement porté à l’attention du public est moins dû à l’efficacité des médias – qui, au contraire, ont longtemps refusé de prendre note des résultats des recherches de Melzer – qu’à sa persévérance et au travail inlassable de divers militants, ainsi qu’au fait qu’ils ont réussi à faire venir des célébrités pour des manifestations, des rassemblements de solidarité, des campagnes de signatures et des appels à la libération d’Assange.

Si la presse a d’abord été très prise par Assange et Wikileaks, le récit de viol qui avait été lancé a également connu un certain succès ici : on a supposé sans hésitation que c’était déjà vrai, et par la suite, pendant de nombreuses années, le sort du fondateur de Wikileaks, qui s’était enfui à l’ambassade d’Équateur à Londres, a été accueilli avec une certaine indifférence.

Trop souvent, ils se laissent volontiers séduire par les arguments des Américains : Assange n’est pas un vrai journaliste, il a mis des gens en danger par ses publications, et il est complice de Poutine. Mais ces réserves concernant Assange ne représentent, à y regarder de plus près, qu’une variante de la manœuvre de diversion décrite par Melzer, celle-là même qui a mis au jour des crimes de guerre et sur laquelle des crimes sont donc commis, pour se faire passer pour un criminel et ainsi supprimer le véritable scandale.

Contrairement à beaucoup de ses collègues, au moins un correspondant du taz allemand a trouvé des mots clairs d’autocritique : Bettina Gaus admet aujourd’hui qu’elle est aussi tombée sous le charme de l’image des événements qui a été diffusée en public sans jamais la remettre en question. Peu à peu, le vent tourne. Et même si l’organisation « Reporters sans frontières » continue de se montrer réticente à qualifier explicitement Assange de « journaliste » au lieu de simplement attester de son « activité journalistique », des veillées ont été organisées dans le monde entier en janvier pour le fondateur de Wikileaks, auxquelles ont également participé des associations de journalistes. Une contribution positive du magazine d’actualité ZDF, qui a tenté de faire connaître à un plus large public le scandale mis au jour par Melzer, mérite une mention spéciale.

Publié pour la première fois par Ortwin Rosner sur streifzuege.org et adopté par notre partenaire médiatique Untergrund-Blättle.

 

Traduction, Maryam Domun Sooltangos

Catégories: Culture et Médias, Droits humains, International
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort