COP25 : « L’occasion de construire une société plus juste et plus égalitaire », selon Blanca Ruibal

05.12.2019 - Madrid, Espagne - Juana Pérez Montero

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

COP25 : « L’occasion de construire une société plus juste et plus égalitaire », selon Blanca Ruibal
(Crédit image : Álvaro Orús)

Blanca Ruibal, des Amis de la Terre, parle dans cet entretien, lors de la COP25, de la nécessité urgente d’agir contre le changement climatique et de la façon dont cela devient, en même temps, une opportunité de construire une société mondiale plus juste et plus égalitaire, dans laquelle – soit dit en passant – l’énergie nucléaire n’a aucune place.

Vidéo: Álvaro Orús

Pour voir la vidéo ( 5′ 54′′ ) avec les sous titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas a droite de la fenêtre du lecteur vidéo).   2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement.    3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquer sur Français.

Transcription de l’entrevue

Consensus climatique 

Il est clair que le changement climatique est un fait. Il y a un plus grand consensus scientifique, politique, social et public sur l’urgence d’agir et nous sommes également très clairs que ces changements doivent être non seulement très rapides, mais aussi très profonds.

Il y aura bientôt une transformation radicale de notre économie et de nos sociétés et, en ce sens, malgré l’urgence, malgré les graves conséquences qui existent déjà, nous pouvons également y voir une opportunité, une opportunité de progresser vers des sociétés plus justes et plus égalitaires.

Nous vivons actuellement un moment, dans un système profondément injuste. Ce système est en même temps la cause de l’urgence climatique dans laquelle nous nous trouvons et nous savons que nous devons le changer. Par conséquent, si nous réussissons réellement à faire des progrès en matière de justice et d’équité climatiques, nous apporterons un changement très substantiel et profond à notre société et à notre civilisation.

Transition juste

En ce sens, le concept de transition juste est fondamental. Le changement climatique a un impact inégal selon les régions et les classes sociales, etc. Aujourd’hui, il est évident qu’il touche beaucoup plus les communautés du Sud et qu’il touche davantage les classes populaires et défavorisées partout dans le monde.

Les solutions sont là : réduire les émissions, abandonner les combustibles fossiles… et c’est une opportunité pour nous tous dans le monde d’avoir réellement accès à une bonne alimentation, à des transports raisonnables et, en général, à une vie agréable parce qu’il faut effectivement mettre fin à l’énorme concentration de pouvoir, de pollution et de gaz à effet de serre, et donc, nous pouvons progresser vers des sociétés plus justes.

Sur l’énergie nucléaire

Je crois que ce qui se passe avec l’énergie nucléaire, c’est que le débat sur le changement climatique nous a submergés, et nous avons eu un débat sur l’énergie nucléaire concernant sa sécurité, sa condamnation pour les générations futures, les déchets nucléaires, etc. et soudain, lorsque nous étions dans ce débat sur la sécurité, il y a eu un débat beaucoup plus vaste, qui nous a permis d’obtenir cette énergie. Cependant, je pense que pour les personnes, non seulement les organisations environnementales, mais aussi les organisations impliquées dans la justice sociale dans le monde entier, il ne fait aucun doute que l’énergie nucléaire n’est pas un débat, que l’énergie nucléaire n’est pas une alternative, car précisément dans les changements que nous voulons entreprendre pour lutter contre le changement climatique afin de nous adapter et de changer notre société, il n’existe aucune option pour laisser un tel héritage aux générations futures et à celles de demain. Parfois, il y a un débat sur la question de savoir si les émissions nucléaires… mais je crois que nous en avons encore, peut-être qu’il y a moins de présence dans les médias ou même dans les discussions, mais je suis convaincue que toutes les organisations, toutes les personnes et tous les mouvements ont la même conviction qu’il y a 40 ou 50 ans, pour différentes raisons, que ce n’est pas une alternative et nous l’avons dit pour l’Espagne : le nucléaire doit fermer définitivement toutes en 2025.

Justice climatique

Il n’y en a plus. C’est pourquoi nous parlons de justice climatique chaque fois que nous parlons de réduction des émissions, tout en parlant toujours d’une répartition équitable des responsabilités. Il est évident que les pays du Nord, les pays riches, l’Espagne et les pays européens ont bâti notre société et notre économie au détriment des ressources naturelles et des gens d’autres pays et que, encore une fois, nous ne pouvons pas nous asseoir à la même table pour réduire nos émissions. C’est pourquoi nous parlons de justice climatique.

La justice climatique implique beaucoup de choses et, bien sûr, payer cette dette écologique que nous avons et la payer en termes de notre responsabilité de réduire les émissions.

La question du partage des responsabilités est fondamentale. En d’autres termes, quel budget carbone nous avons et il est clair que les pays riches ont déjà passé 200 ans de pollution et d’industrialisation et que les pays les plus pauvres. et que les pays du Sud ont le droit de continuer à émettre sur cette question de responsabilité historique.

Responsabilité historique du Nord global et financement de la transition écologique vers le Sud global

Et le financement est également essentiel. Il est fondamental que nous assumions notre responsabilité historique en créant la crise climatique que nous avons au sommet et, pour cela, il doit y avoir un flux financier fort et suffisant des pays du Nord vers les pays du Sud, de sorte que les pays du Sud puissent avoir un développement propre et, de cette manière, ils puissent également faire face aux pertes et aux dommages qu’ils subissent déjà parce que ce sont eux qui souffrent vraiment du changement climatique en première ligne.

Lorsque nous parlons de transition, nous nous concentrons parfois beaucoup sur le niveau de l’État ou sur le niveau européen et nous avons sûrement cette idée de mineurs [en référence à l’Espagne], qui se retrouvent sans travail, l’industrie automobile qui ne peut plus fabriquer du diesel… les emplois vont être perdus. En effet, c’est une question fondamentale lorsque nous parlons de transition juste, de ne pas perdre d’emplois, etc. Mais il y a aussi cette autre question territoriale, entre le milieu rural et le milieu urbain et en profiter pour inverser la tendance au dépeuplement, mais, bien sûr, lorsque nous parlons de transition juste, nous devons penser au niveau mondial, et c’est une responsabilité historique que nous avons dans le Nord par rapport aux pays du Sud que nous évoquons également avec cette transition juste et que nous demandons quand nous demandons la justice climatique.

Catégories: Ecologie et Environnement, Interviews, Relations internationales, Video
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.