Chili. Assemblées populaires : « Nous sommes pour une société nouvelle qui vient d’en bas »

20.11.2019 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Chili. Assemblées populaires : « Nous sommes pour une société nouvelle qui vient d’en bas »
Cela ne fait que commencer.

Par Andrés Figueroa Cornejo

Après l’assemblée constituante fondée à huis clos par les parlementaires membres d’un système de partis politiques institutionnalisés, on commence à entendre les voix profondes d’un peuple qui a lancé sa propre organisation, suite au déni et à la promesse d’une élimination du régime de profit privé. C’est le cas des Assemblées Populaires Auto-convoquées du Grand Santiago. 

Un de ses porte-paroles, Fernando Palma, informe qu’il s’agit d' »une coordination d’assemblées de la Région Métropolitaine. Nous sommes trois porte-paroles sur quatre puisque hier, la porte-parole de la section Nord de la Paloma a reçu une bombe lacrymogène dans la tête et est actuellement soignée. Nous sommes organisés depuis le 18 octobre, jour de début du mouvement, et comme peuple nous sommes le pouvoir constituant, nous sommes la souveraineté. »

De son coté, Renato Milla, qui est également porte-parole signale « nous, nous n’attendons pas que la caste politique et entrepreneuriale continuent à se mettre d’accord sur la manière dont poursuivre la défense de leurs privilèges et l’agriculture. Au contraire, nous mettons en avant les grandes demandes et les droits du peuple chilien à édifier une assemblée constituante populaire auto-convoquée ».
– Quels liens avec les autres actions similaires menées dans le pays ? 
« Notre action est en permanente croissance et relation avec d’autres formes d’organisations que chaque zone met en place en fonction des ses modes de fonctionnement. Nous espérons qu’en temps voulu, on élira des délégués qui participeront à une assemblée constituante populaire et résumeront les demandes du peuple. Nous faisons face dans cela à une institutionnalisation qui séquestre notre souveraineté. La force populaire constituante s’est déjà mise en route ».
Daniel Jiménez, autre porte-parole de la coordination, a communiqué ce qui suit : « ce 18 novembre, nous avons feté un mois de soulèvement, et nous cherchons à ce que la volonté populaire s’exprime, que notre processus constituant se matérialise en la création d’un nouvel État et d’une nouvelle société qui vient d’en bas. Tout le contraire des prétentions et intérêts des élites. Ce 18 novembre, nous effectuerons des blocages de rues, des prises d’institutions symboliques du pouvoir, avant d’arriver en foule massive sur la Place de la Dignité, ex Place d’Italie, à 17 heures ». 
– Etes-vous en train de construire un processus indépendant de l’Etat et des classes sociales qui le soutiennent ?
« Le processus constitutionnel du peuple a débuté le 18 octobre, et en raison de l’exclusion propre du système, il s’est développé en dehors des institutions. Cette indépendance, nous la pratiquons à la fois dans nos assemblées et dans les rues. Nous rejetons les conseils municipaux inventés par les municipalités et par le système de partis politiques du parlement qui veulent seulement profiter des énergies et des forces populaires pour nourrir leurs intérêts et leurs fins, complètement contraires à ceux de la majorité sociale ». 
– Quand allez-vous vous réunir en tant qu’Assemblées et de quelle manière pouvons-nous prendre contact avec vous ? 
« Samedi prochain, le 23 novembre, nous nous réunissons dans la commune de Santiago, au 424 rue Maipu, il s’agit d’une réunion nationale. Entre temps, la manière la plus rapide de nous contacter est via notre compte Twitter @AsambleasA »
De son côté Victor Chanfreau, porte-parole de l’Assemblée d’Etudiants du Secondaire (ACES) a indiqué que « la solution ne réside pas dans une fausse paix, et dans la nouvelle constitution dont parlent les parlementaires, mais plutôt dans la lutte, dans les rues et les territoires ».
L’autre porte-parole de l’ACES, Ayelén Salgado, nous dit qu' »au Congrès, ils ont vendu les demandes des mouvements sociaux. Ils nous parlent de paix, alors que nous subissons une répression policière brutale. La population de Lo Hermida a subi des incursions de forces en uniformes qui se sont soldées par plus de 350 blessés. Ils continuent à nous persécuter nous étudiants et dirigeants sociaux. Nous avons déjà vu que l’institutionalité existe seulement pour défendre les entrepreneurs et la classe politique. Nous resterons mobilisés ». 
Juste avant de communiquer leurs messages, les membres des Assemblées Populaires se sont rendus compte que très près de là, Beatriz Sánchez, ex-candidate à la présidence du Front Large, Frente Amplio, un des groupes qui ont participé à la cuisine constituante des partis politiques de l’institutionalité, se trouvait à un point presse. Les gens des Assemblées Populaires, tout comme les cyclistes qui se sont réunis sur la Place de la Dignité pour protester à vélo, ont entouré Sánchez, l’accusant de traîtresse et de complice du projet constitutionnel anti-populaire. La dénonciation publique a mis fin à la conférence de presse de la dirigeante du Frente Amplio, elle a dû rapidement rejoindre sa voiture sous des cris et des chants loin d’être amicaux envers son rôle politique dans la contingence actuelle. 
 
Traduction de l’espagnol : Frédérique Drouet
Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Politique
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 13.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.