Bolivie. La Paz ne tient qu’à un fil

21.11.2019 - La Paz, Bolivie - Desinformémonos

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Bolivie. La Paz ne tient qu’à un fil
(Crédit image : Gerardo Magallón)

Par Gloria Muñoz Ramírez

A 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, l’histoire de la Bolivie se fait et se défait. Depuis le téléphérique, de La Paz à El Alto, la ville est claire et paisible ; la montagne enneigée de l’Illimani à l’arrière-plan et les quartiers des versants de collines semi-vides. Les passagers regardent des vidéos des protestations sur leur téléphone portable. Ils disent qu’Evo Morales est au Mexique et pourquoi pas à Cuba ou au Venezuela, se demandent-ils à haute voix. Tout le monde parle de politique. Alors qu’ils approchent de leur destination finale, apparaît le fleuve sans fin des Indiens et des paysans se dirigeant vers La Paz . C’est la mobilisation andine en cours, avec une destination encore inconnue. Ce lundi 18 novembre, La Paz a été assiégée pour la huitième journée consécutive. Le Mouvement vers le socialisme (MAS) a continué à faire preuve de force à El Alto, l’un de ses bastions, d’où sont partis des milliers de partisans indigènes et paysans de l’ancien président Evo Morales pour exiger la démission de la présidente intérimaire de facto Jeanine Áñez. La mobilisation pacifique exigeait que justice soit rendue aux victimes de la répression exercée dans le contexte de la crise politique qui sévit depuis le résultat électoral contesté où Morales s’est présenté pour la quatrième fois consécutive pour être réélu.

Jesusa Mamani, 56 ans, vend des Wipalas, le drapeau andin à sept couleurs qui inonde les rues de la capitale bolivienne. Jusqu’à il y a une semaine, elle vendait des vêtements dans un magasin de rue, mais maintenant elle se joint aux protestations et obtient de l’argent pour ses dépenses. Sans parti ni contingent dans la marche, elle exige le départ immédiat de la présidente autoproclamée Áñez, tout en demandant à Evo Morales de ne pas retourner en Bolivie, car cela, dit-il, causerait « plus de violence ». Les braves femmes de pollera inondent les rues. Les slogans le long de la mobilisation d’un kilomètre de long sont une répudiation du président intérimaire. « Añez, assassin, le peuple ne veut pas de toi », « Añez, démissionne », « La pollera se respeta, carajo » et « Guerra Civil », sont quelques-uns des cris.

Le peuple de La Paz reçoit la marche divisée. D’une part, des lignes de personnes sont formées pour offrir de l’eau et des oranges aux Aymaras. D’un autre côté, une femme tenant la main de son fils leur dit : « J’espère qu’ils mourront tous. J’espère qu’ils les tueront. Elle le dit tranquillement, mais vous l’entendez, ainsi que d’autres expressions de racisme croissant. Le palais du gouvernement est gardé par l’armée et la police. Rien n’est normal à La Paz, où les réserves commencent à s’épuiser, la nourriture devient plus chère et l’essence est rare. Les ordures s’accumulent dans les rues, de nombreux magasins sont fermés, de même que les écoles.

Le dialogue entre le gouvernement de facto, le MAS et le pouvoir législatif parrainé par les Nations Unies (ONU), l’Union européenne et l’Eglise, a commencé ce lundi 18 novembre avec comme point central les conditions et les moments pour l’organisation des nouvelles élections présidentielles. Plaza Murillo, où convergent les marches qui arrivent de différents points à La Paz, est entourée par la police, tandis que des milliers d’indigènes et de paysans attendent dans les environs. C’est ici qu’ils célèbrent leur cabildo (réunions) tous les jours.

A La Paz, il y a de tout. Les voisins s’organisent pour reprendre les activités comme si de rien n’était. D’autres restaurent des propriétés et des bâtiments détruits lors des mobilisations passées. Ils ne sont pas d’extrême droite. Pas des masistas, mais des gens ordinaires qui exigent aussi un nouveau processus électoral. De Cochabamba viennent les images d’un nouvel épisode de répression pour les cultivateurs de coca mobilisés. Le gaz lacrymogène a inondé l’avenue Villazón, où les manifestants ont montré des obus tirés par des armes à feu.

Dans la marche Masista, Luis Fernando Camacho, le leader civique ultra-conservateur de Santa Cruz et Carlos Mesa, ancien candidat à la présidence de l’opposition, sont défiés à l’unisson. Les Indiens ne pardonnent pas l’incendie des whipalas et demandent justice pour les plus de 20 morts et plus de cent blessés lors des manifestations post-électorales. Le reproche à la presse passe aussi par la mobilisation. « Où est la presse ? », crient-ils, mais quand un média apparaît, il est réprimandé. Rien n’est gratuit.

Le 20 novembre marque le premier mois de l’élection présidentielle. Les trois premières semaines, les rues ont été parcourues par des milliers de personnes qui ont protesté contre le processus électoral contesté qui a forcé Evo Morales, comme première réaction à la mobilisation, à l’annulation des élections et à la conformation d’un tribunal électoral. Par la suite, la Centrale ouvrière bolivienne lui a demandé de démissionner et, quelques instants plus tard, ce sont les forces armées qui lui ont « suggéré » de partir, ce qui l’a finalement conduit à atterrir au Mexique. Le chauffeur de taxi qui nous amène ce matin de l’aéroport d’El Alto à La Paz nous fait payer le double du tarif. « Il n’y a pas d’essence”, dit-il, et donne sa version : « La situation est très difficile, il n’y a pas d’issue, seulement pour empirer”. Il demande qui il soutient. Et il répond : « Pas Mme Áñez, elle doit démissionner. Mais Evo non plus, il n’aurait pas dû être réélu. Il a échoué. De nouvelles élections, et bientôt, pour que ça n’empire pas. Parce que La Paz ne tient qu’à un fil.

Photos: Gerardo Magallón

Catégories: Amérique du Sud, Peuples originaires, Politique, Reportages photo
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 08.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.