Bolivie : des études réfutent les accusations de l’OEA sur des irrégularités aux élections

21.11.2019 - Londres, Royaume-Uni - Silvia Swinden

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Grec

Bolivie : des études réfutent les accusations de l’OEA sur des irrégularités aux élections
(Photo page Facebook d'Evo Morales)

Evo Morales a à son crédit la transformation de son pays. A partir du pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, il a réussi à élever le niveau de vie, en donnant la priorité à l’éducation, à la santé, aux retraites, aux droits des populations indigènes et en obtenant des indicateurs de croissance qui ont été salués même par les médias les plus néolibéraux. Il l’a fait en nationalisant en partie les ressources naturelles conformément à ce que la plupart des pays considéreraient comme raisonnable.

Cependant, ces ressources naturelles continuent d’être un élément d’attraction pour les multinationales prédatrices qui opèrent depuis les États-Unis et d’autres pays, et pas seulement pour le pétrole et le gaz. Maintenant que le monde devient vert et que des batteries plus puissantes sont nécessaires pour stocker les énergies renouvelables, les énormes gisements de lithium de Bolivie brillent comme des dollars. Mais ce lithium a été interdit aux entreprises exploitantes habituelles de l’Occident, sous Morales, qui a tenté d’en organiser l’exploitation avec ses propres accords alternatifs, par exemple avec la Chine.

Evo Morales a également commis des erreurs de gouvernance, comme de ne pas tenir compte des résultats du référendum qui lui refusait le droit à une troisième réélection, et peut-être de légitimer les incendies de forêts pour soutenir les éleveurs, mais le bilan du régime reste un bond considérable de la Bolivie. Cela, et le fait d’être d’origine indigène s’est avéré impardonnable pour la faction néolibérale raciste, de droite, chrétienne (le nouveau président d’opposition a pris le pouvoir avec une Bible aux dimensions disproportionnées et un crucifix) qui avait préparé le coup d’état qui vient de se dérouler.

Le déclencheur a été les irrégularités apparentes constatées par les observateurs de l’OEA (Organisation des États Américains) dans le processus électoral, auxquelles Morales a répondu en appelant à de nouvelles élections, mais le coup d’État était déjà en marche.

L’analyse du processus électoral par des organismes de recherche semble fortement réfuter l’affirmation de l’OEA selon laquelle les élections ont été truquées. Nous présentons ici quelques-unes de leurs conclusions.

Le Center for Economic and Policy Research (CEPR) de Washington a réalisé une étude : « Que s’est-il passé lors du dépouillement du vote en Bolivie en 2019 : le rôle de la Mission d’observation électorale de l’OEA ».

« Ce document présente les résultats de l’analyse statistique des rapports électoraux et des feuilles de pointage des élections du 20 octobre en Bolivie. Cette analyse ne trouve aucune preuve que des irrégularités ou des fraudes aient affecté le résultat officiel qui a permis au Président Evo Morales sa victoire dès le premier tour. Le document présente une ventilation étape par étape de ce qui s’est passé avec les décomptes des voix (à la fois le décompte rapide non officiel et le décompte officiel plus lent), dans le but de dissiper toute confusion au sujet de ce processus. Le rapport inclut les résultats de 500 simulations qui montrent que la victoire de Morales au premier tour n’était pas seulement possible, mais probable, d’après les résultats de 83,85 % des bulletins pour le dépouillement rapide. »

Le document détaillé est intéressant à lire, tout comme la conclusion suivante : « La politisation de ce qui est normalement un processus indépendant de surveillance électorale semble inévitable lorsqu’une organisation chargée de cette surveillance – en l’occurrence l’OEA – fait des allégations non fondées qui remettent en question la validité d’un dépouillement électoral. Il s’agit là d’une grave atteinte à la confiance du public, d’autant plus dangereuse dans le contexte de la polarisation politique aiguë et de la violence politique post-électorale qui a eu lieu en Bolivie. Ces allégations non fondées devraient être retirées et des mesures devraient être prises pour assurer la neutralité de l’observation électorale par l’OEA à l’avenir. »

Avec une approche plus mathématique, le professeur Walter R. Mebane, des départements de Sciences politiques et de Statistiques, Centre d’études politiques de l’Université du Michigan, a rédigé le document « Éléments sur les votes frauduleux qui ont été décisifs lors des élections de 2019 en Bolivie » (Evidence Against Fraudulent Votes Being Decisive in the Bolivia 2019 Election) qui parvient à des conclusions similaires.

Les manifestations contre le coup d’État de la droite se poursuivent en Bolivie et Evo Morales a appelé du Mexique, où l’asile lui a été offert, à la fin des violences et au rétablissement du calme. Mais les gens ont déjà pris goût aux changements qui peuvent améliorer leur vie et il est peu probable qu’ils acceptent l’exploitation habituelle, la discrimination et la pauvreté dont ils ont souffert dans leur longue histoire d’oppression, sans un activisme renouvelé.

 

Traduit de l’anglais par la rédaction francophone

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Peuples originaires, Politique
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 08.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.