21 jours de manifestations au Chili

09.11.2019 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

21 jours de manifestations au Chili
(Crédit image : Riccardo Marinai)

Ce qui a commencé par des étudiants sautant des tourniquets pour échapper au paiement du tarif élevé du métro est devenu une vague sociale de proportions qui prétend mettre fin au modèle néolibéral au Chili. Les gens en ont assez de subir l’inclémence, le mépris, le mauvais traitement des élites qui bénéficient ainsi de privilèges économiques. Comme avant les incendies qui ont touché plusieurs stations de métro, le Président a déclaré la guerre – si, littéralement, il a dit que « nous sommes en guerre contre un ennemi puissant » – la protestation nonviolente a été soulevée au son de la chanson de Victor Jara « Le droit de vivre en paix » et les manifestants se sont embrassés dans les rues, se sont rassemblés et sont arrivés sur les grandes places des villes, dans les manifestations les plus massives et pacifiques jamais tenues dans une telle manifestation. Le gouvernement a dû réagir en levant le couvre-feu qu’il avait imposé, en retirant les militaires de la rue, en changeant son cabinet et en rédigeant rapidement des propositions législatives qu’on a fini par appeler « l’agenda social », un ensemble de mesures palliatives qui ne vont certainement pas à la racine du problème.

La réponse populaire fut de se réunir en Conseils et assemblées, qui se multiplièrent dans chaque cour, université, hôpital, place et quartier. Il a été largement et également discuté du type de pays que nous voulons et partout la voix s’est fait entendre pour une Assemblée constituante qui peut façonner une nouvelle Constitution.

Cependant, la superficialité du gouvernement a parlé de « dialogues citoyens » et a remplacé les militaires par des carabiniers des forces spéciales, entraînés à tirer des balles dans les yeux et blesser par des bombes lacrymogènes. Vingt personnes sont déjà mortes et beaucoup ont été blessées, abattues, battues et arrêtées. Il y a aussi des disparus et des femmes et des filles violées par la police. Hier, elles sont entrés dans un lycée et la police a tiré sur les jambes des élèves, ce qui a provoqué une grande indignation.

A la violence et à la répression qui se déchaînent, s’ajoutent les réactions vandales de ceux qui cassent les mobiliers publics pour se défendre et se préparer à construire leurs barricades. Les principales avenues se sont transformées, au fil des jours, en véritables batailles à la campagne. Ils n’ont plus de feux de signalisation. Les autoroutes sont bloquées par les manifestants de No+TAG, qui exigent que le paiement des routes sous-concession soit arrêté. Les pompiers volontaires ont passé 21 jours sans trêve ni pause, éteignant des incendies principalement dans les banques, les pharmacies et les supermarchés. Aussi les volontaires de la santé n’arrivent pas à trouver le repos entre tant de borgne, de blessés et de battus qui reste à cause de la brutalité policière.

En tant qu’être vivant en mutation, cette vague de protestations s’est étendue hier à Santiago du Centre au quartier de Providencia, produisant des actes d’incivilité qui ont alarmé les petits commerçants et les habitants, et qui ont énervée la même maire, qui n’avait pas honte de se montrer dans un état de totale altération dirigeant le trafic elle-même et déclarant que « les voisins vont s’armer ». Cela fut une véritable explosion de colère qui a bouleversé la zone plus aisée. Et aujourd’hui l’explosion continue, convoquée comme « une visite à l’oasis », puisque Piñera a souligné quelques jours avant le début de l’évasion des tourniquets du métro du Chili, qui « est une oasis, par rapport aux autres pays de la région ».

Le calendrier du jeudi 7 a prévu les manifestations suivantes uniquement dans la capitale : – Las Condes 10h00 de Metro Tobalaba à Rotonda Pérez Zujovic, Marche de l’ANEF vers l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) – 11h00 à Santiago Central, Ahumada con Huérfanos, manifestation. – Vitacura 11 h 00 Siège de l’OPS/OMS (Dag Hammarskjold 3269), Manifestation pour la santé. Point de rencontre du métro Tobalaba. – Santiago 11.00 h. Institut national Frontis, concentration des élèves du secondaire. – San Joaquín 11.00 h. Extérieur du métro San Joaquín, marche contre la répression étudiante. – Providencia 11h30 Parc de sculptures, devant le Centre Costanera. Marche des ternos et des cravates. – La Florida 14.00 heures Mall Florida Center, Garra Blanca Protestation à l’intérieur du centre commercial. – Las Condes 17.00 heures Métro Tobalaba à Manquehue, marche vers l’est – Grand tour à l’oasis. – Ñuñoa 17.00 heures Metro Plaza Egaña, Marche. – Santiago 17.00 heures Plaza Italia, Call et March. – La Floride 18:00 heures de métro Los Quillayes à Paradero 14 Vicuña Mackenna Marche territoriale. – Peñalolén 20:00 heures Plaza Mártires de Peñalolén, Mobilisation populaire.

Entre-temps, le président a annoncé qu’il allait faire adopter un paquet de mesures qu’il a appelé « agenda de l’ordre public », dont les principaux points sont les suivants :

1. Loi anti-pillages.
2. Projet de loi anti-cagoules.
3. Loi contre les barricades ou autres qui empêchent la libre circulation.
4. Équipe d’avocats du ministère de l’Intérieur pour déposer des plaintes.
5. Équipe spéciale de procureurs, de carabiniers et de policiers chargés du renseignement policier.
6. Augmentation de la capacité aérienne des carabiniers et de la Police de recherches.
7. Renforcer la capacité des citoyens à dénoncer les actes de vandalisme pour qu’ils puissent faire l’objet de poursuites pénales. Dénonciations sur les sites web Police judiciaire chilienne PDI et Carabiniers.
8. Statut de protection des forces de l’ordre et de sécurité. Carabiniers, Police judiciaire et gendarmes.
9. Examen d’un projet de loi visant à moderniser et à renforcer le système national de renseignement.
10. Projet de loi urgent pour moderniser les carabiniers et la police judiciaire chilienne PDI.

Pour sa part, l’Association chilienne des municipalités a été mandatée par les maires et les conseillers municipaux pour tenir une consultation nationale le 7 décembre en vue de trouver une solution aux problèmes que les citoyens exigent, d’écouter directement la voix du peuple dans un processus transparent et démocratique. Parmi les questions qui seront consultées, mentionnons les suivantes :

– Si une nouvelle Constitution est nécessaire ou non pour le Chili.

– Donner la priorité aux demandes sociales les plus importantes pour les citoyens (pensions, santé, égalité, salaires, services de base, transport, sécurité, environnement, peuples autochtones, eau, corruption et abus, entre autres).

– Chaque région peut incorporer des sujets d’intérêt spécifiques à la région.

L’Association chilienne des municipalités s’efforcera de créer un espace de dialogue avec la participation des organisations sociales et des différents pouvoirs de l’État afin de parvenir aux accords nécessaires à la construction d’un Chili plus juste. Les autorités locales ont également lancé un appel pressant à répudier les actes de violence que connaît le pays ainsi qu’à enquêter et punir toute violation des droits humains.

Cette résolution est le fruit d’une assemblée nationale au cours de laquelle les maires et les conseillers municipaux de toutes les régions du pays se sont réunis pour évaluer les différentes initiatives de dialogue en cours d’élaboration : conseils municipaux, dialogues citoyens ou réunions de la société civile sur l’ensemble du territoire national.

Repotage photo de Riccardo Marinai :

Catégories: Amérique du Sud, Politique, Reportages photo
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.