Casey Camp Horinek, activiste écologiste des peuples autochtones, au festival CLIMAX 2019

15.10.2019 - Bordeaux, France - Rédaction Paris

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Casey Camp Horinek, activiste écologiste des peuples autochtones, au festival CLIMAX 2019
Casey Camp Horinek

Membre de la délégation des peuples autochtones, la représentante de la nation des Ponca d’Oklahoma a participé en qualité de grande témoin lors de l’édition 2019 du festival CLIMAX à Bordeaux, les 5, 6, 7 et 8 septembre.

Sa tribu a été déplacée de force par le gouvernement états-unien il y a plus d’un siècle. Aujourd’hui, Casey Camp Horinek dénonce une nouvelle menace pour les Amérindiens : l’extraction d’énergies fossiles. Activiste écologiste, elle milite également pour la protection des cultures indiennes et celle de la Terre-Mère, que selon elle seraient capables « de créer une transition juste vers des énergies renouvelables, ressources sur lesquelles les peuples autochtones ont su compter depuis le début des temps».

Casey Camp Horinek appelle l’ensemble de la population à se mobiliser pour faire respecter les lois des peuples autochtones : Selon elle, “Il faut passer à l’action maintenant, pour garantir un avenir pour les générations à venir”.

 

Vidéo : Xavier Foreau / Mauricio Alvarez

[N.d.E. Cassey Camp Horinek parle en anglais, traduction oral au français, sous-titres de la vidéo en français]

Transcription de la vidéo

A propos de la doctrine de la découverte, c’était probablement une bulle papale du 13ème siècle où l’Église catholique disait qu’ils pouvaient débarquer dans des territoires indigènes n’importe où dans le monde. Aux États-Unis, au Brésil ou dans d’autres régions où nous vivions.

Ils ont dit : « Nous avons le droit de dire que ces gars-là n’ont pas de relation avec Dieu, avec le christianisme. Il n’est pas nécessaire de faire quoi que ce soit pour eux, et on peut tout prendre. »

Cette doctrine de la découverte doit être combattue. Celle-ci leur permet de se sentir comme si leur religion était supérieure à notre spiritualité.

La spiritualité est quelque chose qui est en vous en ce moment. Celle-ci guide la relation entre vous et tout ce qui existe. Qui vous donne la Joie, qui vous donne la Beauté, qui vous donne la capacité de reconnaître l’esprit de la personne qui se trouve à côté de vous. Qui prouve qu’il y a bien une relation entre cette eau que vous buvez, exactement comme celle de l’Amour que vous portez à un bébé, et vous sentez cet Amour et cet Esprit.

C‘est la même chose si vous êtes conscients de cette eau que vous buvez lors qu’elle descend en vous. Vous pouvez la sentir dans votre bouche. Vous pouvez la sentir dans votre corps. Vous pouvez faire cette connexion, et vous pouvez dire merci. Je me sens mieux. Vous pouvez sentir la chaleur du soleil, et quand vous voyez ici, dans ce pays, des gens allongés nus sur la plage. Ils sont en train de profiter de la spiritualité du père soleil à leur propre façon.

Alors que vous plongez dans l’océan. Alors que vous sentez le son des vagues qui s’écrasent. Alors que vous sentez le sable couler entre vos mains… et que vous l’appréciez. Ça c’est de la spiritualité !

Alors que vous soulevez une fleur vers vos narines, et que vous vous soignez avec ses parfums, et que vous sentez la douceur de ses épines. Ça c’est de la spiritualité !

Et je pourrais continuer encore et encore… le bruit du tonnerre, la beauté des éclairs, la pluie qui tombe. Ça c’est de la spiritualité. Ce n’est pas de la religion.

Le moment est venu de savoir si nous allons être capables de nous prolonger en tant qu’espèce dans le futur. Nous les indigènes, nous sommes les gardiens originels de la nature. Au moins nous nous souvenons de nos voies originelles, mais vous aussi avez les vôtres. Alors, une des façons que vous avez de pouvoir faire la différence, c’est de bien faire savoir à vos gouvernements, que c’est le moment de faire respecter et augmenter les droits des peuples indigènes au sein des Nations Unies.

De façon à ce que ces lois soient mises en application, afin que quand cette jeune fille parle de la volonté d’exploiter de l’or sur son territoire, son peuple ait le droit légitime et immémorial de dire non. Dans ce document de déclaration des droits des peuples autochtones il y a le droit de donner de façon libre et argumentée son accord ou pas.

Et nous avons le droit, comme chacun et chacune d’entre nous ici, de nous éloigner de l’usage des ressources de l’extraction. L’émergence du suprématisme blanc aux Etats-Unis et du populisme à travers le monde, n’est qu’un effet retour devant la peur de la montée des droits des peuples indigènes à travers le monde.

Donc, ce qui va constituer le choix de chacun et de chacune ici, parce qu’il faut passer à l’action maintenant pour garantir un avenir pour les générations à venir. Vous devez voter pour les bonnes personnes, prendre les bonnes décisions, ou descendre dans la rue.

Nous ne voulons plus de la façon de vivre que nous avons eu jusqu’à maintenant. Nous devons aller vers un monde de ressources renouvelables. Parce que ce sont ces ressources sur lesquelles nous, les peuples autochtones, avons su compter depuis le début des temps.

La puissance du soleil, la beauté de l’eau et la croissance de la terre. Donc la loi Ponca est la loi naturelle. C’est en ce quoi je crois.

Catégories: Amérique du Nord, Europe, Opinion, Peuples originaires, Video
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.