Elections en Israël : gagnants et perdants – Tentatives de formation d’un gouvernement

20.09.2019 - Athènes, Grèce - Pressenza Athens

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Grec

Elections en Israël : gagnants et perdants – Tentatives de formation d’un gouvernement
(Crédit image : Haim Zach/GPO/ Handout/Anadolu Agency)

Par Christina Christoforou – Livani

Les élections nationales israéliennes ont eu lieu pour la deuxième fois cette année le 17 septembre, le Premier ministre Netanyahou n’ayant pu former un gouvernement en avril dernier. 63,7% de participation, soit 2,4 points de plus que lors des élections d’avril, selon la Commission électorale centrale. Ces élections déterminent la Knesset (Parlement).

Selon les résultats, le parti libéral bleu et blanc de Benny Gandz occupera 33 sièges à la Knesset, tandis que le parti d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Likoud, aura 32 sièges. Le parti de la Liste commune, une alliance de partis arabes, a obtenu un résultat important avec 12 sièges, étant la troisième force à la Knesset.

Le Likoud et ses alliés des partis religieux et supranationaux n’ont remporté que 56 sièges, soit cinq de moins que la majorité requise.

Bleu et Blanc et ses alliés du centre-gauche ont obtenu 55 sièges, plaçant Yisrael Beiteinu de Lieberman au centre avec neuf sièges, ce qui prouve la clé pour former le gouvernement.

La seule fois qu’un gouvernement d’unité a été formé en Israël, c’est après les élections de 1984, avec un premier ministre qui changeait de chef entre les chefs des deux plus grands partis.

Tentatives de former le gouvernement

Le Premier ministre Netanyahou peut sembler être le grand perdant des élections, mais Gandz n’est pas non plus le vainqueur. Les efforts pour former un gouvernement d’unité ont déjà commencé.
Les négociations pour former un gouvernement se sont intensifiées avec Nétanyahou qui affirme que « dans les jours à venir, nous entamerons des négociations pour établir un gouvernement sioniste fort et éviter un dangereux gouvernement antisioniste ». La référence « antisioniste » s’adresse aux partis arabes israéliens, qui semblent être la troisième puissance de la Knesset.

Dans des déclarations à ses partisans mercredi 18 septembre, le matin, Benny Gandz, chef du parti Bleu et Blanc, a déclaré qu’il essaierait de former un gouvernement d’unité avec ses opposants politiques et leur a demandé de se rassembler pour former un meilleur gouvernement pour tous les citoyens. « Il semble que pour la deuxième fois, le peuple d’Israël ait montré qu’il nous fait confiance ».

Avigor Lieberman, qui a rejeté un accord mené par Netanyahou en avril dernier et contraint le Premier ministre à se présenter pour un second mandat en cinq mois, a doublé le soutien de son parti et peut jouer un rôle clé dans sa réélection. Israël a déclaré qu’il soutiendrait une alliance Nétanyahou-Gandhi, excluant le gouvernement des partis juifs ultra-orthodoxes que Nétanyahou a soutenu jusqu’ici.

Déclarations préélectorales

Netanyahou se bat non seulement pour sa vie politique mais aussi pour sa liberté. Le procès de trois affaires de corruption contre lui n’est qu’à quelques semaines du terme et une majorité au parlement, de 120 sièges, pourrait l’aider à obtenir l’immunité et à ne pas être poursuivi en justice. Lors de ces élections, il a lancé des appels de plus en plus désespérés à d’autres partis de droite, affirmant que son élection annexerait la vallée du Jourdain occupée, où les Palestiniens cherchent à devenir un État, et consoliderait encore la souveraineté israélienne dans le territoire occupé. Dans ses déclarations préélectorales, il n’a pas manqué d’avertir qu’Israël entrerait probablement en guerre contre Gaza.

M. Gandz, pour sa part, a appelé à la paix avec les Palestiniens tout en maintenant les intérêts d’Israël en matière de sécurité. Il a déclaré que tout en faisant des concessions territoriales aux Palestiniens, il éviterait la question de la souveraineté de l’Etat palestinien et qu’il renforcerait les colonies juives en Cisjordanie, dans la vallée du Jourdain, comme « la frontière de sécurité orientale ».

Succès de l’alliance des partis arabes

Alors que les efforts de la coalition s’intensifient, personne ne semble disposé à travailler avec le parti de la Liste commune qui n’a jamais été impliqué avec le gouvernement israélien.

Mais le fait qu’il ait marqué 12 points et qu’il ait été la troisième force de la Knesset est un succès pour les quatre partis arabes qui ont décidé de participer à ces élections comme une alliance.

Malgré les efforts des partisans de Netanyahou pour empêcher les élections, en intimidant les électeurs palestiniens en avril dernier, cette fois-ci, il y a eu la plus forte participation parmi les citoyens palestiniens d’Israël. Sur les 1,2 million de citoyens palestiniens d’Israël, 61 % ont voté lors de ces élections, tandis qu’en avril, 49 % d’entre eux, dont la majorité ont soutenu l’alliance.

Catégories: Moyen Orient, Politique
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.