Tony Robinson « les gens en ont assez que la politique britannique ne parle que du Brexit »

27.08.2019 - Quito - Londres - Redacción Ecuador

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Allemand

Tony Robinson « les gens en ont assez que la politique britannique ne parle que du Brexit »

Avec l’éditeur de Pressenza à Londres, Tony Robinson, nous nous rapprochons de la réalité du Royaume-Uni, tant dans le domaine politico-social que dans la manière dont le Brexit est traité, la sortie de ces pays de l’Union européenne et les effets que pourrait avoir la manière dont le nouveau Premier ministre, Boris Johnson, fait de la politique.

Téléchargement

Nous invitons Tony Robinson à nous expliquer un peu ce qui se passe, ce que cela signifie que « à tout prix, ils vont faire sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne  ».

Pour mettre les choses en contexte, quitter l’Union européenne, c’est comme un grand divorce, imaginez que vous êtes mariés depuis 15 ans, que vous avez tout fait ensemble, que vous avez conclu des accords, résolu des conflits, que vous avez travaillé sur un projet commun. Puis vous voulez divorcer, ils doivent défaire, ou diviser tout ce qu’ils ont fait ensemble, domaine, comptes bancaires, amis. C’est chaotique et compliqué et cela apporte beaucoup d’émotions confuses, de la joie des bons moments, à la colère et au ressentiment des mauvais moments. Seulement dans ce cas du Brexit, nous ne parlons pas d’un mariage de 15 ans, il s’agit d’un cadre juridique international de presque 50 ans, presque tout ce que le Royaume-Uni a fait au cours des 50 dernières années a fait partie de l’Union européenne et maintenant nous essayons de séparer tout cela et c’est très compliqué, en général toutes relations, pas seulement avec le Royaume-Uni et ses collègues dans l’Union européenne, mais ici, au Royaume-Uni, où le résultat du référendum a été de 52% contre 48%, nous avons littéralement des amis et des familles qui sont devenus ennemis à cause de cela. Mais le pire, c’est que Johnson a vendu au pays le mythe selon lequel nous pouvons quitter l’Union et tout ira bien, nous aurons des accords commerciaux extraordinaires, nous aurons plus d’argent pour les services publics et nous serons une voix internationale forte dans les affaires mondiales.

Tout cela est un mensonge parce qu’en réalité, si nous quittons l’Union européenne sans aucun accord, tout ce que nous faisons aujourd’hui par rapport aux autres pays de l’Union sera invalidé le 1er novembre, tous nos échanges avec l’Union européenne se font donc sans paperasse grâce à l’Union, les marchandises peuvent entrer et sortir sans contrôles, sans paperasses, nous pouvons faire des échanges commerciaux sans taxes et nous pouvons utiliser nos services publics partout. Et tout cela dans le contexte de l’Irlande, par exemple, quitter l’Union européenne est très dangereux, beaucoup de gens ne le savent probablement pas, mais le Royaume-Uni était en guerre civile sur la question de l’Irlande du Nord, qui fait partie de l’île d’Irlande qui fait toujours partie des territoires occupés du Royaume-Uni et de nombreuses personnes dans ce territoire voudraient s’unir avec la République d’Irlande au sud.

A partir de 1971, des milliers de personnes sont mortes dans cette guerre civile et nous pouvons enfin résoudre ce conflit en 1998 du siècle dernier parce que nous faisions partie de l’Union européenne, parce que nous pouvions simplement effacer les murs physiques des barbelés et les points de contrôle militaires qui marquaient la frontière. Ainsi, le retour à une frontière physique avec les contrôles et les inspections douaniers est une perspective qui remplit actuellement d’horreur les personnes vivant en Irlande du Nord, qui se souviennent avoir vécu dans la peur et c’est très réel pour elles. Donc, pour des gens comme Johnson, c’est loin d’être le cas, il est probablement rarement allé en Irlande du Nord et il pense que les gens doivent s’adapter à cette nouvelle réalité, sans comprendre les racines du conflit qui existait avant la guerre.

Les conséquences d’une séparation sans accord pourraient alors être désastreuses.

C’est très dangereux.

Il y a quelques mois à peine, il a été publié un rapport de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits humains, dans lequel on soulignait qu’au Royaume-Uni « les politiques de rigueur sont directement responsables de la présence de 14 millions de personnes vivant dans la pauvreté, de niveaux records de faim, de sans-abri, d’une espérance de vie réduite pour certains groupes » et que nombre de personnes traversent de très mauvaises périodes, ce chaos du Brexit, je ne crois pas que cela aide. Comment vivent actuellement les habitants britanniques ?

Le gros problème que nous avons dans ce pays, c’est la mauvaise répartition de la richesse, c’est-à-dire qu’il n’y a rien de nouveau dans le monde, nous souffrons partout dans le monde, mais ce coup de maître qui a fait le 1% qui a la richesse est de diviser le pays. Cette situation, cette concentration des richesses s’aggrave de jour en jour et les gens sont dans une situation de plus en plus précaire et ils ont perdu confiance en tout, ils sont en lutte pour survivre, ils n’ont aucune issue pour sortir de cette situation.

Les politiciens n’ont pas, surtout les politiciens que Johnson représente, d’intérêt à faciliter la vie de ces gens. Il y en a beaucoup qui disent que Boris Johnson est un peu comme l’atout britannique parce qu’il représente l’aile la plus extrémiste des conservateurs, on le remarque en politique en cette première semaine de gouvernement, quelque chose est en train de changer, quelque chose devient pire.

Ce que nous voyons, c’est un durcissement des positions avec Johnson. En 2016, lorsque les gens ont voté le référendum pour quitter l’Union européenne, il n’y avait pas de définition de ce que cela signifiait, alors lorsque Theresa May est arrivée au pouvoir, elle a décidé que le Brexit signifiait que nous devions mettre fin à la libre circulation des migrants de l’Union européenne dans ce pays, rompre l’union douanière afin que le Royaume-Uni puisse conclure ses propres accords commerciaux, tout en maintenant une relation étroite avec ses partenaires. Parmi beaucoup d’autres questions, il y a eu une négociation de deux ans pour parvenir à un accord que le parlement du pays a rejeté à plusieurs reprises, à tel point qu’elle a dû démissionner, mais son parti a voté pour un remplaçant : Johnson, qui représente l’extrême droite du parti, le côté du parti qui croit toujours en l’Empire britannique.

Cette partie du parti qui est une petite minorité dans ce pays contrôle maintenant tout le pays et ces gens ne souffriront d’aucune circonstance et ils croient qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent, et ils le feront, et les gens ordinaires dans la rue vont être les gens qui vont souffrir dans tout ce processus et Johnson et ses amis s’en fichent. Ils mènent la grande majorité du pays au désastre, c’est très difficile, c’est sans espoir. Je vois que c’est un durcissement, Johnson n’a pas l’intention de renégocier avec l’Union européenne, ils veulent partir et peu importe le coût.

Pour conclure, je vais vous demander, face à cela, comment réagissent les mouvements sociaux, la société civile, quel est l’état de santé de l’éventuelle opposition à tout cela ?

Le seul signe de protestation que nous avons dans ce pays aujourd’hui concerne l’environnement, ce sont les gens d’Extinction Rebellion, les gens qui manifestent avec le plus de force dans ce pays. Mais la lutte centrale du monde, le 1% contre le 99% n’est presque pas vue, tout, absolument tout, en politique c’est Brexit et face à cette situation, les gens sont fatigués d’y prêter attention, ils veulent que ce soit fini, ils veulent qu’on parle à nouveau d’autres questions et ils ne se mobilisent pas car ils sont dans une situation si précaire que peut-être ils ne peuvent plus sortir et protester.

Catégories: Europe, Interviews, Politique, Radio
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 09.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.