Méritocratie néolibérale, mensonges véridiques

12.08.2019 - Buenos Aires, Argentine - Guillermo Sullings

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Méritocratie néolibérale, mensonges véridiques
Camp de migrants au bord de la Seine, Paris. (Crédit image : Pressenza)

Dans l’article précédent, « Le cercle vicieux de la concentration des richesses », nous avons décrit les mécanismes d’accumulation par lesquels le pouvoir économique non seulement accélère son appropriation des revenus, mais aussi, du fait de sa position dominante, s’affranchit des systèmes de redistribution traditionnels (entrepreneurs versus salariés ; recouvrement fiscal versus revenus privés) et restreint ainsi toujours davantage la marge de manœuvre pour améliorer le niveau du salaire réel, la rentabilité des petites et moyennes entreprises, et l’équilibre fiscal de l’État. Mais pour soutenir ce transfert brutal de revenus, il faut diviser pour régner, convaincre les victimes qu’elles sont responsables de leur malheur, et dans la bataille culturelle, imposer les valeurs de l’individualisme en installant un bon sens qui accepte la méritocratie comme un ordonnateur social. Tout cela est basé sur un certain sens moral profondément enraciné qui considère comme juste ce que chacun obtient en proportion de son effort et de son dévouement, et assume donc l’argument méritocratique comme logique et vrai. Mais maintenant nous allons voir certains des mensonges que cela cache, trompant aussi les fidèles de l’individualisme.

Les questions les plus fréquentes portent sur l’absence d’égalité des opportunités, condition sine qua non pour attribuer des résultats différents aux efforts individuels. Les vieux libéraux ont toujours parlé de l’égalité des opportunités comme une exigence de l’ordre méritocratique, mais comme les sociétés capitalistes ont muté vers les ploutocraties, une telle exigence est passée au second plan. Milton Friedman, idéologue du néolibéralisme, dans son livre « La Liberté du choix », lorsqu’il établit la différence entre l’égalité des opportunités et celle des résultats, ne s’appuie que sur les exemples qui lui paraissent appropriés, réduisant ainsi l’avantage disproportionné et évident que le capital accumulé possède devant les qualités et les potentialités des individus.

Cependant, malgré l’inégalité ostensible des opportunités, une partie importante de la population croit non seulement que tous les millionnaires sont millionnaires par leur propre mérite, mais considère également qu’il est naturel que le résultat de ce mérite soit transféré à tous leurs descendants, formant de véritables dynasties dont les opportunités augmentent inversement proportionnelles à ce qui diminue chez les mortels ordinaires. La propagande néolibérale s’est préoccupée de mettre en lumière les merveilles de la concurrence, tout en dissimulant sous le tapis l’inégalité des chances. Alors que l’enseignement public, dernier espoir d’améliorer les chances des défavorisés, est attaqué et détérioré pour être remplacé par l’enseignement privé, non seulement parce que c’est une bonne affaire, mais aussi parce qu’il est mieux adapté au modèle méritocratique. Des écoles plus coûteuses et plus prestigieuses pour les gagnants et des écoles publiques pour les perdants, qui cristallisent davantage les différences et empêchent la mobilité sociale ascendante. Cela est souvent bien vu par les secteurs intermédiaires ambitieux, qui considèrent que les chances de leurs enfants devraient être proportionnelles à leurs efforts pour payer une école privée, et si d’autres enfants parce qu’ils sont pauvres n’ont pas de chances, ce sera parce que leurs parents n’ont pas fait d’efforts, comme si les enfants devaient être une simple extension de leurs parents.

Cette bataille culturelle que le néolibéralisme livre pour imposer la méritocratie comme bon sens est au service du processus de concentration des richesses, dans lequel de vastes secteurs de la population sont marginalisés ou doivent s’endetter pour maintenir leur niveau de consommation, et il est très pratique de faire croire à toute société que ceux qui sont pauvres ne font pas suffisamment d’efforts. Comme la richesse est concentrée, la logique concurrentielle est réduite à un terrain de plus en plus limité, parce que le pouvoir économique se retrouve avec la plus grande partie du gâteau et le reste se dispute pour une part de plus en plus petite ; mais tandis que cette lutte est menée avec les règles de la méritocratie, chacun croira que le peu auquel il parviendra sera du fait de son dévouement. Le vieux proverbe est bien connu : « ne donnez pas de poisson, mais apprenez à pêcher », et pour nous tous, cela semble vrai. Cependant, si quelqu’un possédait les rivières et les mers, et que le reste d’entre nous n’avait plus qu’un petit lagon, malgré tous nos efforts, il n’y aurait jamais assez de poissons. Supposons que dans cette compétition il y ait égalité des chances (le même lagon pour tous, un petit bateau et une canne à pêche pour chacun), peut-être que quelqu’un qui essaie un peu plus ou est plus habile pourra attraper deux ou trois poissons, d’autres n’en attraperont qu’un, et beaucoup n’attraperont rien, simplement parce que cela ne suffit pas pour tous. Mais imprégnés de « l’esprit de compétition », le résultat de chacun s’explique par la proportion des mérites individuels, nous serons convaincus que la répartition a été équitable et que la méritocratie fonctionne… mais personne ne se demandera pourquoi nous n’avions qu’un petit lagon à notre disposition sur une si grande planète.

Prenons un exemple quotidien. Si nous devions calculer pour chaque ménage les postes dans lesquels nous dépensons notre revenu, nous verrions que la majeure partie de celui-ci est utilisée pour consommer les produits et services des grandes entreprises. L’électricité, le gaz, l’eau, la télévision, l’internet, les services téléphoniques, tous généralement fournis par des monopoles ou des oligopoles. Nous achetons des véhicules et dépensons en carburant et en péages, tous gérés par des grandes entreprises. Aliments, boissons et autres biens de consommation courante dans les chaînes d’hypermarchés qui imposent leurs conditions aux producteurs qui les fournissent. Si nous achetons des vêtements de marques connues, ceux-ci sont fournis par des sociétés multinationales et nous les achetons dans des locaux commerciaux de renommée internationale. Et même lorsque nous sortons pour manger, nous le faisons souvent dans les locaux d’une chaîne franchisée. De plus en plus d’articles sont absorbés par les grands acteurs du marché, et de moins en moins de marge de manœuvre pour qu’un entrepreneur devienne fournisseur d’une demande limitée par un budget familial limité. Il y a bien d’autres postes, notamment dans le domaine des services, qui restent une option pour les entrepreneurs et les travailleurs, et de nouvelles alternatives peuvent toujours apparaître qui ne dépendent pas de pouvoirs concentrés, mais ce que nous disons c’est qu’ils doivent survivre dans un terrain en rétrécissement car les acteurs importants sur le marché ont tout pris dans leur sac, se sont appropriés la consommation massive, fonctionnent avec de forts niveaux de rentabilité et traitent généralement les postes les moins flexibles de la demande.

Cette réduction progressive du revenu social disponible pour la consommation de biens et services des petites entreprises, qui ne font pas partie de la chaîne de valeur des grandes entreprises, réduit les attentes d’une offre méritocratique à la survie, et dans cette offre les  » moins efficaces  » sont simplement marginalisés du système. Mais ce qui est curieux, c’est que tant que cette offre suit les règles de la concurrence méritocratique, chacun va supposer qu’il est à la place qu’il mérite. Par le biais de la manipulation médiatique, sont exposés des self made man, qui, à partir du bas, ont atteint le succès, faisant ainsi que les classes moyennes ambitieuses se regardent dans ce miroir et participent à une compétition sauvage dans laquelle les perdants seront regardés avec mépris. Mais la vie n’est pas une compétition sportive, où il n’y a forcément qu’un seul champion, un podium pour deux de plus, et le reste rentre chez lui ; en compétition économique, les perdants sont marginalisés avec des emplois précaires ou au chômage.

Bref, l’histoire de la méritocratie repose sur la prémisse de l’effort individuel, ce qui semble a priori vrai mais qui est faux en raison de l’inégalité des chances, et surtout en raison de la réduction progressive du quota de pêche dont dispose la majorité. Si nous croyons vraiment que la croissance et le développement économiques seront renforcés par la libération des forces productives, ce qui signifie offrir à chacun la possibilité de faire le meilleur effort possible, nous devons garantir l’égalité des chances et démanteler la concentration économique en ouvrant le jeu à tous. Il est clair que tout cela ne sera pas fait par le marché, qui tend à la concentration, mais par l’État dans la mesure où il représente les intérêts de la majorité. Pour y parvenir, il sera certainement nécessaire d’avoir des politiques publiques claires sur les questions financières, fiscales et du travail ; de faciliter la déconcentration et d’accorder plus d’espace aux petites et moyennes entreprises ; mais surtout, il sera nécessaire de renforcer l’éducation publique et de mener la bataille culturelle en dévoilant les mensonges cachés derrière le modèle méritocratique néolibéral.

 

Traduit de l’espagnol par la rédaction francophone

Catégories: Economie, International, Opinion
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.