Facebook a payé des tiers pour transcrire les audios de Messenger

30.08.2019 - Opera Mundi

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Portugais, Grec

Facebook a payé des tiers pour transcrire les audios de Messenger
Selon Bloomberg, certains des contractuels estimaient que le travail n'était pas conforme à l'éthique. (Crédit image : picture-alliance/AP Photo/A. Alfiky)

Bloomberg révèle que des centaines de travailleurs ont été embauchés pour écouter les conversations des utilisateurs, et l’entreprise confirme cette pratique, mais garantit qu’elle a été suspendue ; Apple, Google et Amazon ont été critiqués pour des cas similaires.

Les entreprises affirment que la pratique de l’analyse des conversations vise à améliorer leurs produits. Alors qu’Apple et Google disent avoir suspendu cette pratique, Amazon donne à ses utilisateurs la possibilité de bloquer la reprise vocale effectuée par l’assistant Alexa.

Dans le cas de Facebook, la situation est un peu plus délicate par rapport aux autres conglomérats technologiques. Depuis des années, une rumeur circule selon laquelle les applications du réseau social écoute les utilisateurs pour personnaliser le contenu publicitaire. Les rapports de cas dans lesquels des publicités coïncident avec une conversation tenue récemment prouvent cette suspicion.

Cependant, l’entreprise a toujours nié cette pratique. Son fondateur et directeur général, Mark Zuckerberg, l’a réfuté avec véhémence lors d’un interrogatoire au Congrès américain, qualifiant la plainte de « théorie du complot ».

De plus, Facebook a toujours insisté sur le fait que les réseaux sociaux ne traitent les données audio que si l’utilisateur donne son autorisation expresse. S’il est clair que les audios doivent être traités pendant la fonction de transcription, les utilisateurs ne le savaient pas, comme dans le cas des assistants vocaux d’autres entreprises qui, à l’occasion, écoutaient ces audios.

Le mois dernier, l’entreprise de technologie a conclu une entente avec le gouvernement américain pour payer une amende de 5 milliards de dollars, ce qui a donné lieu à une poursuite pour atteinte à la vie privée. L’action fait référence au scandale impliquant Cambridge Analytica, une société qui a recueilli des données auprès de 87 millions d’utilisateurs de Facebook dans le but de faire de la propagande politique à l’insu de ces personnes.

Catégories: Culture et Médias, International
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.