Vers une nouvelle politique du temps

25.07.2019 - Athènes, Grèce - Socialpolicy.gr

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Grec

Vers une nouvelle politique du temps
Une nouvelle politique du temps. La semaine de travail plus courte. (Crédit image : Tobey Eleni)

Comment pouvons-nous prétendre être libres quand notre seule option est de travailler ? Ce n’est pas une question frivole. Pour la majorité des habitants des sociétés occidentales, le modèle de travail est probablement le principal obstacle pour avoir du temps livre au quotidien.

On nous donne le choix de travailler ou pas : ce n’est en aucun cas la vision immense d’une société libre, en particulier d’une société aux richesses matérielles sans précédent. Mais si nous pouvions prolonger notre temps personnel ? À la recherche d’une plus grande liberté, un mouvement pour le travail de quatre jours a rapidement évolué.

Nous travaillons excessivement sur une base chronique et souffrons d’une crise de détérioration de notre santé mentale. En 2018, le nombre total de jours perdus en raison du stress, de l’anxiété et de la dépression liés au travail au Royaume-Uni est passé de 3 millions à 15,4 millions. La charge de travail excessive est la principale cause de maladie au travail, un jour de travail sur quatre est perdu du fait des heures de travail excessives. Le problème est mondial : au Japon, environ 10 000 travailleurs meurent chaque année après de longues heures de travail. Le problème est si intense qu’on lui a donné un nom spécifique: karōshi.

karōshi, le décès provoqué par le surmenage.

Les longues heures de travail sont non seulement toxiques pour la santé, mais ont également peu de sens pour l’économie : l’Allemagne, les Pays-Bas et la Norvège ont la durée de travail minimale en Europe. Pourtant, la productivité est inférieure de 26% au Royaume-Uni par rapport à l’Allemagne, où les employés travaillent moins d’heures. Si les fonctionnaires allemands cessaient de travailler jeudi à midi, ils produiraient le même travail qu’un employé britannique avant la fin du vendredi. Au Japon, la main-d’œuvre en surnombre a les taux de productivité les plus bas parmi les pays du G7.

Notre modèle de travail ne fonctionne pas et est anachronique. Il contribue à perpétuer des problèmes profonds et interdépendants au sein des économies, notamment la croissance des formes d’emploi non formelles, l’impact de l’automatisation, la persistance des inégalités entre les hommes et les femmes, la productivité encrassée, la polarisation continue du travail et les inégalités de revenus énormes.

Certains progressent avec succès vers un monde de moins de travail. Les syndicats à travers l’Europe commencent à faire campagne pour moins d’heures. L’association allemande IG Metall et le syndicat des travailleurs de la communication du Royaume-Uni ont réalisé des progrès significatifs dans ce domaine, tandis que l’Institut syndical européen et la Confédération des syndicats ont également soulevé la question de moins d’heures hebdomadaires de travail.

Certaines administrations locales expérimentent. En 2015, le conseil municipal de Reykjavik en Islande a mené une application pilote de réduction de la durée hebdomadaire du travail d’environ 4 heures par personne. Avec 70 personnes, l’expérience a été un tel succès qu’elle a été étendue à 2 000 employés municipaux et risque de devenir permanente.
En Nouvelle-Zélande / Aotearoa, Perpetual Guardian est devenu la ligne de front en transférant son personnel à un poste hebdomadaire de 4 jours sans réduction de salaire. Les performances sont restées stables, tandis que l’équilibre entre le travail, la vie personnelle et le niveau de stress du personnel se sont nettement améliorés. Des organisations à travers l’Europe et les États-Unis suivent cette voie en expérimentant différents modèles de travail.

Nous constatons une nouvelle politique du temps de la part des syndicats, des activistes, des partis politiques et des entreprises. La réduction du temps de travail hebdomadaire est une réponse pratique et humaine aux multiples crises auxquelles notre économie est confrontée. Mais c’est plus qu’une réponse technique à ces problèmes : une réduction du temps de travail détendrait les chaînes de travail et élargirait le temps où nous pourrions tous nous sentir vraiment libres.

 

Par Aidan Harper

Source : newint.org

Catégories: International, Opinion, Santé
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.