Un Iranien et une Israélienne parlent d’armes nucléaires

13.07.2019 - Berlin, Allemagne - Reto Thumiger

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Grec

Un Iranien et une Israélienne parlent d’armes nucléaires
Sharon Dolev, Reto Thumiger et Emad Kiyaei (de droite à gauche) le 10.07.2019 à Berlin. (Crédit image : Maga Navarette, Pressenza)

Ce titre banal d’une soirée ce mercredi dernier, le 10 juillet, au centre culturel Framed.berlin n’a pas manqué d’attirer l’attention.

De nos jours, les débats ne sont pas nécessairement très populaires et la plupart des gens préfèrent détourner le regard plutôt que d’écouter lorsqu’il s’agit d’armes nucléaires. Néanmoins, environ 80 personnes ont assisté à l’événement, qui n’avait été publié que peu de temps à l’avance.

Est-il vraiment si inhabituel qu’un Iranien et un Israélien se parlent ? Ou bien la tension croissante entre les États-Unis et l’Iran dans le conflit nucléaire a-t-elle suscité un intérêt ?

Oui, les tensions sont à nouveau fortes dans la région et il y a beaucoup de conversations sur le Moyen-Orient. Ces pourparlers impliquent généralement des hommes blancs d’âge mûr. Comme c’est souvent le cas, les personnes les plus touchées ne sont pas impliquées dans le discours. De plus, les femmes ont rarement l’occasion de s’exprimer, même si elles jouent un rôle de premier plan lorsqu’il s’agit de prendre des mesures pour protéger la vie humaine. Et donc, malheureusement, on pourrait presque dire que cette soirée a été quelque chose de très spécial.

Indépendamment du sexe et de l’origine, les deux personnalités, Sharon Dolev et Emad Kiyaei et la façon dont elle et il ont parlé au public, ont fait forte impression. Les deux membres fondateurs du projet de l’Organisation du Traité du Moyen-Orient (METO) se sont engagés en faveur d’une zone exempte d’armes de destruction massive au Moyen-Orient et sont évidemment liés par une profonde amitié. Ils ont abordé avec compétence, éloquence, émotion et humour un sujet d’une grande complexité, ce qui a empêché les sentiments de résignation ou de désespoir de se manifester dans ce dossier très sérieux.

Dans le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) de 1970, la majorité des 187 États signataires ont renoncé à toute intention d’acquérir leurs propres armes nucléaires alors que les cinq puissances nucléaires de l’époque étaient autorisées à les conserver, mais à condition de négocier de bonne foi le désarmement nucléaire et, en 1995, de créer une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient. Cette dernière n’a jamais été réalisée.

Comment cette initiative ose-t-elle même proposer un traité d’abandon des armes nucléaires dans une région où les différents chefs d’État ne veulent même pas s’asseoir à la même table ? Aussi sceptique que l’était le scepticisme au début, l’appel à l’interdiction de toutes les armes de destruction massive fait entrer une telle zone dans le champ du possible.

Sharon a déclaré que l’on pouvait littéralement entendre le déclic dans la tête, puisqu’une interdiction de toutes les armes de destruction massive était un intérêt commun en matière de sécurité et qu’une telle interdiction « nuirait » à toutes les parties. Avec tout le scepticisme qui subsiste, le projet METO a réussi à amener les différentes parties à coopérer sur un projet de traité et à poursuivre ainsi le processus de négociation. Bien sûr, la résiliation unilatérale de l’accord nucléaire iranien par les États-Unis et le danger de guerre qui en résulte font qu’un tel accord est loin d’être un accord pour l’avenir. Sur ce point, Sharon Dolev a lancé un appel à l’UE et en particulier à l’Allemagne, qui joue un rôle clé, pour qu’elle agisse selon leurs responsabilités et qu’au lieu de toujours parler « du » Moyen-Orient, elle recherche un dialogue direct « avec » les États de la région.

Emad a expliqué l’importance du prétendu « accord nucléaire iranien ». Une partie essentielle du TNP est que les États qui ont testé des armes nucléaires avant 1968 pourraient les conserver en échange du droit du reste du monde à des applications pacifiques de la technologie nucléaire. Il existe de nombreuses applications de ce type dans l’agriculture et les produits pharmaceutiques, et bien sûr dans l’énergie. L’Iran n’a pas été autorisé à acheter de l’uranium enrichi en raison des sanctions et a donc lancé son propre programme d’enrichissement. L’accord nucléaire iranien garantit que le programme nucléaire reste pacifique. Ce n’est pas un accord parfait et il y a encore quelques lacunes, mais il ferme la plupart des portes aux armes nucléaires qui existent dans d’autres traités internationaux. L’accord avec l’Iran est un plan pour s’assurer que tout pays soupçonné d’avoir des aspirations en matière d’armes nucléaires ne les réalise pas. Bien sûr, l’énergie nucléaire est un désastre pour la planète, comme tous ceux qui ont vu le récent docu-drame de Tchernobyl de HBO ont pu le comprendre, mais si le TNP consacre le droit à l’énergie nucléaire, l’Iran ne fait rien de mal avec son programme d’enrichissement.

L’auditoire était composé en grande partie de membres des communautés israélienne et iranienne vivant à Berlin et il y a eu une participation animée mais aussi respectueuse au moment des questions et réponses. Il n’y a pas eu de provocations. Au contraire, on pouvait ressentir la grande préoccupation commune pour la sécurité de l’ensemble de la population de la région et la forte volonté de pouvoir agir.

Le contenu de ces deux heures intenses ne peut être résumé dans cet article, mais la conclusion de la soirée a été que le monde et pas seulement la région a besoin d’une politique de paix au lieu de boycotts économiques et du recours aux armes. Des ponts et la confiance doivent être établis et le dialogue créé. La paix a besoin de garanties et de stabilité, la déstabilisation de régions entières conduit inévitablement à la guerre. La paix au Moyen-Orient et un monde sans armes nucléaires commencent par un changement de paradigme dans nos esprits. Tous les changements importants dans l’histoire ont eu lieu de bas en haut, même si les livres d’histoire racontent une histoire différente. C’est à nous qu’il appartient de mettre ces processus en branle et ce soir a certainement été un petit pas dans cette direction.

Photos : Maga Navarette, Pressenza.

Catégories: Moyen Orient, Paix et Désarmement
Tags:

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.