Homo Luzonensis : la nouvelle espèce humaine découverte

15.04.2019 - Der Humanistischer Pressedienst

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Allemand

Homo Luzonensis : la nouvelle espèce humaine découverte
La grotte de Callao où ont été découverts les fossiles. (Crédit image : Ervin Malicdem — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=62781422)

Par Helge Brunswig

Pourquoi la découverte de la nouvelle espèce humaine Homo Luzonensis est un nouveau défi pour l’évolution ?

Dans une grotte de l’île philippine de Luzon, l’équipe de recherche de Florent Détroit a découvert quelque chose de sensationnel qui enrichit l’évolution humaine jusqu’alors inachevée. C’est grâce à de nouvelles découvertes que l’on remet en question les connaissances précédemment acquises.

Une petite créature grimpante

Seuls quelques restes fossilisés de l’Homo Luzonensis ont pu être classés par les chercheurs dans le genre Homo, qui fournit des informations sur le mode de vie et apparemment aussi sur leur progéniture.

La découverte nous renvoie à la découverte de l’Homo Floresiensis en 2004, puisqu’il s’agit également d’une découverte sur une île asiatique, qui constituait probablement une forme de développement réduit en raison du nanisme dit insulaire. Les personnes de petite taille sont sélectionnées de façon positive en raison de la réduction des ressources dont dispose une île. Même les individus adultes n’ont probablement atteint qu’une hauteur de 1,20 mètres. Ils existaient il y a 67.000 ans. La courbure des os de ses pieds suggère le style de vie d’un grimpeur et soulève de nouvelles questions pour l’équipe de recherche.

Faut-il réinterpréter l’histoire de la distribution humaine ?

Jusqu’à présent, on supposait que l’Homo Erectus était le seul genre d’hominidés qui avait quitté l’Afrique. L’Homo Luzonensis, cependant, a les os de pieds courbés comme l’Australopithecina, les ancêtres de l’Homo Erectus, dont Lucy fait également partie.

Si les Australopithecines ont quitté l’Afrique pour l’Asie, il est possible que d’autres variétés d’hominidés auraient pu apparaître simultanément. Dans ce contexte, la recherche devrait renoncer à l’image de l’Afrique comme origine de l’humanité et considérer l’Asie comme un nouveau point d’origine. Cela a été considéré comme obsolète pendant plusieurs décennies, car l’histoire de l’évolution humaine, fortement influencée par les postures racistes, ne considérait que l’Europe ou l’Asie comme le berceau de l’humanité, mais pas l’Afrique. Des chercheurs racistes ont attribué à l’homme noir un niveau de développement évolutif inférieur à celui des Blancs. A l’époque, on a fait valoir à tort que si l’Afrique (subsaharienne) n’avait pas généré une culture forte, l’émergence de l’homme dans cette région devrait également être exclue.

Les nouvelles découvertes ne sont que circonstancielles, pas des preuves. Le fait qu’aucun Astralopithèque n’ait été trouvé en dehors de l’Afrique, que les dents dénotent une descendance de l’Homo Erectus et que les données pour une telle réorientation essentielle de l’histoire humaine soient très limitées s’oppose à une descendance directe de l’Homo Luzonensis en Australopithecine. Les os recourbés des orteils pourraient aussi avoir été le résultat d’une rotation sur le dos.

Les individus de l’Homo Luzonensis (stade précoce) avec les caractéristiques de leurs ancêtres (Australopithecus) peuvent avoir eu un avantage de sélection sur les individus de leur espèce avec des expressions caractéristiques de leurs ancêtres directs (Homo Erectus).

L’importance de la découverte focalisée sur l’évolution humaine

Le climat tropical exclut très probablement la découverte de traces d’ADN, mais les chercheurs espèrent obtenir des protéines de la moelle osseuse ou de l’émail dentaire qui leur permettraient d’en savoir plus sur l’évolution de Luzonensis. D’ici là, la théorie hors d’Afrique continuera d’être la théorie dominante.

Les découvertes des humains Densinova, Homo Floresiensis et Homo Luzonensis suggèrent que nous devons imaginer l’évolution des hominidés comme beaucoup plus complexe qu’on ne l’avait supposé et que notre connaissance de l’incarnation doit être continuellement redessinée par de nouvelles découvertes.

Catégories: Humanisme et Spiritualité, Sciences et Technologie
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.